Test Shrek le Troisième PSP

Le par Franck P.  |  0 commentaire(s)
test shrek le troisieme psp image (13) reduite
A la lecture de ce test, vous vous direz probablement "pouah, quelle daube". Il ne faut pas aller jusque là non plus. Ce jeu comporte ses qualités et si elles ne rattrapent pas totalement l'ensemble, elles permettent au moins de se dire que l’on n’a pas lâché des thunes pour rien. On rit parfois, on grogne souvent, et on tapote à foison. Shrek a tout de même un mérite à savoir ne pas faire durer la torture trop longtemps. Evidemment cette remarque second degré est ironique mais après tout on trouve le plaisir et la satisfaction où l'on peut.


Il est donc clair que la copie générale de l'ensemble ne mérite même pas la moyenne. Après tout, beaucoup d'entre nous et même les plus brillants, ont parfois commis des devoirs bien crades. Alors, on sera indulgent avec l'équipe d’Activision en leur rappelant simplement que transposition de film en jeu rime bien souvent avec déception coté joueur. Alors plutôt que d'éculer des gags et répliques déjà anciennes, faire preuve d'imagination et de créativité est probablement une bien meilleure idée à mettre en avant. A bas les pauvres adaptations, vive l'imagination !



+ Les plus
  • Agréable à l'oeil
  • Drôle par moments
- Les moins
  • Jouabilité exécrable
  • Caméra géniale pour un manchot non voyant
  • Répétitivité confinant à l'absurde.

Notes

  • Graphisme Un des meilleurs points du jeu et quasiment le seul positif. La présentation générale est tout ce qu'il y a de plus convenable et le déroulement du soft nous entraîne dans des décors différents et pas mal rendus. Toutefois, de nombreux endroits sont absolument inaccessibles pour des raisons excessivement obscures. Quant à la "visibilité" lors de votre évolution elle varie de moyenne à pénible...
    6/10
  • Bande son Même si les voix ne sont pas celles du film, un effort a été porté sur celles-ci afin que soit gardé l'esprit général. On oublie bien vite qu'il s'agit d'imitation pour profiter des dialogues quelquefois franchement drôles et caustiques. On retrouve donc fidèlement l'esprit qui préside au long métrage. Les musiques quant à elles se contentent de coller à l'action. Les bruitages eux sont bien moyens et on éludera assez vite cet aspect peu réussi du jeu.
    6/10
  • Jouabilité On a mis 3 pour pas mettre moins mais il y a des baffes qui se perdent. La répétitivité, la caméra, les combinaisons de coups, l'inintérêt des combats, les collisions mal gérées, les bugs d'affichage ou encore les endroits inaccessibles mais présents devant vous sont à peu près tous les avatars de ce soft. Fort heureusement, la facilité de ce jeu est au rendez vous ce qui fait que les ennemis ne vous posent pas trop de problèmes malgré tout et l'on parvient sans mal à ne jamais mourir. On est donc dans l'impossibilité de vous dire ce que cela fait et si il y a un écran dédié à cet événement... ou alors il faut jouer les yeux fermés pour perdre, mais on ne pourrait toujours pas vous dire à quoi ressemble cet hypothétique écran... dur dur de tester certains jeux.
    3/10
  • Durée de vie R-i-d-i-c-u-l-e ! On passe guère plus de temps sur son jeu que celui consacré à la sortie cinéma qui avait duré environ 4 heures avec le transport, l’achat du ticket de cinéma, la queue, les bandes annonces, le film et le retour en transport. On pourrait même dire 5 heures si on a une compagne qui perd toujours ses clés au fond de son sac… mais pas plus !
    3/10
  • Scénario Identique au film et n'appelant pas de commentaire
    5/10
  • Note générale Au final, Shrek le troisième sur notre PSP ne fait pas mieux que la version Wii. On peut même dire qu'il fait encore moins bien. L'expérience de jeu se révèle irritante et l'univers du film ne suffit pas à lui tout seul à rattraper l'ensemble. Le constat est donc paradoxal car on en vient à penser que Shrek 3 sur PSP convient parfaitement au très jeune joueur tant la répétitivité, la facilité et la brièveté sont des caractéristiques devant favoriser une adaptation parfaite à ce type de néo-gamer. Mais dans le même temps, l'univers de Shrek ne s'y prête que moyennement si l'on veut en extraire toutes les références humoristiques. Il est une règle mathématique qui affirme que toute série qui se prolonge tend vers sa fin. On serait presque tenté d'en venir à aimer les maths tiens !
    4/10
Vos commentaires
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire
avatar
Anonyme
Anonyme avatar