Test Silent Hill : Shattered Memories PS2

Le par Gael B.  |  0 commentaire(s)
silent-hill-shattered-memories-ps2-image

Douloureux pour la rétine en 2010, le premier volet de Silent Hill dissimule pourtant un trésor d'ambiance et une expérience terriblement marquante derrière ses graphismes datés. Climax a pensé aux réfractaires de l'opus PSOne, et nous livre aujourd'hui une sorte de remake qui conserve certaines forces de l'œuvre originale, tout en réussissant à surprendre le joueur par la nouvelle direction empruntée, une voie axée sur la psychologie.

Welcome to Silent Hill (2ème prise)

Silent Hill premier du nom avait été une claque en son temps, soit il y a une petite décennie. Konami était parvenu, à travers son soft, à nous imprégner d'une peur constante, teintée de références au Malin, et ce malgré un visuel particulier et un moteur 3D pas exempt de tout reproche. Les limitations de la 32 bits de Sony n'avaient effectivement pas pu nous autoriser à jouir d'un rendu graphique formidable, mais l'univers de Silent Hill était néanmoins parvenu à se montrer diablement immersif, aidé par son esthétique désolante ainsi que les différents effets appliqués aux graphismes, pour au final nous faire plonger au cœur de la ville de la colline silencieuse. Mais pas muette pour autant.

Après un honnête Silent Hill Origins, le studio Climax s'est attelé à un retravail profond et assez risqué du premier volet de la saga. Les plates-formes concernées : Wii, PS2 et PSP. C'est ici de la mouture 128 bits dont nous allons parler, mais il est quasiment certain que le jeu a été pensé pour la Wii, pour des raisons que nous expliquerons plus tard. On remerciera Konami d'avoir pensé aux possesseurs de PS2, qui auront ici droit à une très probable ultime salve de Silent Hill avant son déménagement définitif sur d'autres machines. Vous pouvez d'ailleurs retrouver ici le test complet de la version Wii par Nathalie. Mais pas tout de suite je vous prie, j'ai des choses à dire.

silent-hill-shattered-memories-ps2 silent-hill-shattered-memories-ps2 (1)

Dès les premiers instants de jeu, Silent Hill : Shattered Memories déroute. Etonne. Intrigue. Exit l'intro culte du Silent Hill PSOne. Et place à une cinématique mettant en scène ce qui apparaît être un psychologue. Ce dernier vous accueille pour une consultation qui ne sera que la première à laquelle vous participerez, car d'autres auront lieu au cours de l'aventure, et elles vous amèneront à vous livrer. Etes-vous du genre infidèle, vos amis comptent-ils plus à vos yeux que votre famille, quelle est votre position vis-à-vis du sexe, les réponses que vous donnerez influeront sur la suite du périple de Michael Pachter Harry Mason que vous contrôlerez après ces séances, car c'est bien lui le personnage principal (et perturbé) de Shattered Memories.

La représentation graphique a changé, elle se rapproche désormais plus de celle arborée dans les derniers Resident Evil. Les angles de vue parfois osés et assez saisissants du volet original resteront donc inhérents à celui-ci. Lâché dans la bourgade embrumée de Silent Hill après un accident de la route, Harry Mason n'aura de cesse de rechercher sa petite fille Cheryl, disparue depuis cet évènement. Pas de réelles surprises jusque là. Seulement... Harry Mason peut courir, ausculter les lieux qu'il traverse avec sa lampe torche, utiliser son téléphone portable à différentes fins (détaillées plus bas), et enfin, ramasser des objets. Quelque chose vous chiffonne ?



Une peur plus cérébrale

Climax a délibérément choisi de ne pas intégrer le meurtre dans le gameplay (sauf ceux attentés contre vous). Vous rencontrerez des ennemis, pas de soucis à ce sujet. Mais il vous sera impossible de vous en défaire, on ne vous donnera d'ailleurs même pas le soin d'essayer. Un seul recours alors, la fuite. On comprend alors assez vite l'intérêt de ce changement. Sans aucune arme pour se défendre, on se sent nu, désemparé face à l'adversité menaçante, et il est par conséquent bien normal de ressentir une peur panique qui vient s'ajouter à celle provoquée par l'ambiance déjà bien glauque de Silent Hill. Preuve que l'accent n'est pas du tout mis sur les affrontements, une simple pression sur un bouton vous permettra de vous débarrasser d'un monstre un peu trop attiré par vous.

Silent Hill devient alors quelque peu plus "réaliste", car ne nous obligeant plus à tuer pour survivre, avec cet objectif qui s'apparentera à celui que vous et moi privilégierions si nous nous trouvions à la place de Harry Mason : retrouver au plus vite notre enfant (ici Cheryl), sans oublier de déguerpir lors des mauvaises rencontres. Ces dernières seront inévitables dans le monde altéré.

silent-hill-shattered-memories-ps2 (2) silent-hill-shattered-memories-ps2 (3)

Car oui, cela n'en étonnera pas beaucoup, vous explorerez deux facettes de l'univers de Silent Hill : Shattered Memories. Les ennemis n'apparaîtront que lorsque le décor se modifiera (en temps réel) pour prendre des teintes blanches, bleues et glaciales. Dans ces phases, votre cœur aura des chances (ou des risques) de battre plus vite que la normale, car il s'agira de rallier un point le plus vite possible, avant que d'étranges petits bonshommes ne se chargent de vous faire rejoindre l'au-delà. Une marque bleue sera visible aux endroits où une interaction sera possible (la plupart du temps, grimper et sauter), et vous passerez alors la majeure partie de votre temps à cavaler en ouvrant des portes, en espérant à chaque fois qu'il n'y en ait plus d'autres après. Eprouvant, premièrement parce qu'on n'a pas vraiment le temps de réfléchir, il faut enchaîner les portes et faire confiance à son sens de l'orientation. Ensuite, quand on décide, afin de se repérer, de faire appel à la fonction Carte de notre téléphone portable (toujours en temps réel), on risque de se faire rattraper tant son interface est peu pratique. Comble du sadisme, une pression sur R1 fera qu'Harry regardera derrière lui pour vérifier si personne ne le suit. Dans le cas contraire, le feu ou des obstacles placés sur votre chemin éloigneront/ralentiront vos poursuivants, et ce ne sera pas de trop, car sachez qu'ils seront de toute façon plus rapides que vous.



Tête à tête avec soi-même

Revenons au téléphone, car il rassemble pas mal de fonctions qui vous serviront dans le jeu. On accède à son menu par l'intermédiaire de la touche Rond, mais les directions du pad directionnel vous permettront directement de passer un appel, de faire usage de votre appareil photo, ou bien de consulter la carte. Pendant vos pérégrinations, vous vous retrouverez forcément au moins une fois près d'un endroit spécifique semblant émettre des interférences. En prenant une photo au bon endroit, vous récolterez un souvenir, audio ou écrit (d'où le sous-titre du jeu). Il en sera de même lorsque vous vous approcherez de la source d'un bruit strident.

Ces souvenirs prendront également la forme d'objets bien physiques, ayant sans doute une forte signification pour certaines personnes, mais pas pour vous, des articles à première vue donc inutiles. Il faut dire aussi que mis à part des clés qui ouvriront une porte proche ou ces souvenirs, rien d'autre ne sera à ramasser. Aucune arme, aucune munition, aucune potion régénérante. Le jeu ne se focalise pas sur l'affrontement, au contraire des Silent Hill ayant suivi le second épisode, mais sur une introspection d'Harry, et de nous-mêmes par la même occasion. Les crédits finaux devraient d'ailleurs vous en apprendre de belles à ce sujet.

silent-hill-shattered-memories-ps2 (4) silent-hill-shattered-memories-ps2 (5)

Au chapitre des éléments qui ne changent fondamentalement rien à l'histoire, ces numéros de téléphone que l'on voit inscrits sur des panneaux, affiches, et qui vous permettent d'entrer en contact avec divers organismes. La plupart du temps, ils ne serviront pour ainsi dire à rien, sauf à vous sentir un peu plus proches du personnage d'Harry Mason et de ses déboires. Il sera aussi fréquent en cours de jeu de recevoir des SMS, évidemment mystérieux, et qui renforceront ce sentiment de "vie" qui transparaît dans cet opus.

On voit très bien que Silent Hill : Shattered Memories a été conçu pour la Wii. Le principe de diriger Harry avec le Nunchuk et sa lampe-torche à l'aide de la Wiimote se révèle évident, et les objets que l'on récolte pendant la partie nécessitent souvent, voire tout le temps pour leur obtention, des petites manipulations qui doivent certainement être plus agréables à réaliser sur la console de Nintendo. Mais on ne fera pas de procès à la DualShock 2. Elle fait ce qu'elle peut, et ce n'est déjà pas si mal que ça.



Vision alternative

Il est absolument impossible de parler de SIlent Hill sans citer le nom de son compositeur de talent, j'ai nommé Akira Yamaoka. La Silent Team a beau avoir laissé son bébé entre les mains d'équipes occidentales, Mr. Yamaoka reste crédité pour la bande-son de tous les épisodes de la série. Il est ainsi très agréable de le retrouver pour ce Shattered Memories qui ne semble reprendre aucun thème de Silent Hill premier du nom. L'ambiance musicale n'en reste pas moins savoureuse, même si moins marquante que celle de Silent Hill 2. Le doublage, comme d'habitude dans Silent Hill, est de qualité, renforcé dans ce volet par une synchronisation labiale convaincante.

Plus on avance dans le jeu, et plus la vérité devient implacable : Silent Hill Shattered Memories n'est définitivement pas un remake de Silent Hill 1. Certes, il en reprend l'amorce du scénario, la ville, quelques personnages, mais il les manipule à sa guise, pour nous offrir une deuxième approche, une alternative pas si improbable que ça si vous avez terminé l'opus original. S'il vous arrive de rencontrer Lisa Garland par exemple, vous pourriez être surpris si vous avez encore en mémoire sa représentation sur PlayStation.

silent-hill-shattered-memories-ps2 (6) silent-hill-shattered-memories-ps2 (7)

On retiendra aussi de Silent Hill : Shattered Memories qu'il n'effraie pas tant que ça. Pendant les phases d'exploration dans le monde "normal", on ressent comme un léger malaise, en plus de ce sentiment persistant d'avancer vers l'inconnu, mais rien de saisissant, puisqu'on ne sera jamais attaqué ici. La tension est évidemment bien plus présente quand on traverse cet autre univers, bleuté et dérangeant, mais elle se retrouve condensée en cette perpétuelle fuite vers la sortie, nous empêchant de conserver un manteau d'effroi tout le long du jeu. Alors oui, certains passages que je garderai pour moi mettent mal à l'aise, mais ils sont peu nombreux. Trop pour qu'on élève ce Silent Hill-là au même rang que les deux premiers épisodes de la série. Sans doute fallait-il d'abord remettre la série sur de bons rails avant de soigner le voyage.



Conclusion

silent-hill-shattered-memories-ps2-jaquetteTouchant car ayant délibérément opté pour une approche psychologique, et donc plus poignante, Silent Hill : Shattered Memories est avant tout une expérience, tout comme l'avait été le volet original, puis sa suite et l'épisode décrié The Room. Avec ses faiblesses (ici la durée de vie et l'ambition des développeurs pas suffisamment marquée) mais aussi ses forces, comme celle, retrouvée, d'émouvoir le joueur et de le faire réfléchir. C'est dans cette direction que l'on veut voir se diriger Silent Hill, indubitablement.

Climax monte en puissance, ce qui ne peut, logiquement, qu'augurer du bon pour l'avenir de Silent Hill. Si toutefois le développeur britannique se montre intéressé pour prolonger son association avec la série.



+ Les plus
  • Silent Hill abordé sous un nouveau jour, et avec brio
  • L'aspect psychologique mis en avant, au détriment des combats
  • Plus accessible que les précédents épisodes
  • Une bande-son toujours impeccable
  • Une peur différente...
- Les moins
  • ... mais pas vraiment efficace
  • Durée de vie ne dépassant pas les dix heures
  • Un challenge pour le moins absent
  • Difficulté d'échapper aux ennemis
  • Une localisation reprochable
  • L'excellence n'était pas loin

Notes

  • Graphisme On ne s'attardera pas sur l'aspect technique de Shattered Memories, honnête mais laissant transparaître une PS2 souffrante par moments (ralentissements). Les protagonistes, très expressifs, profitent d'une synchronisation labiale qui fait plaisir à voir. Il ne sera pas utile de s'attaquer à l'esthétique des environnements, envoûtante et qui pourra rappeler de beaux souvenirs à certains.
    7/10
  • Bande son Akira Yamaoka assure une fois de plus, sans vraiment forcer. Ses thèmes d'ambiance uniques faisant intervenir du piano et d'autres sons délicieusement inconnus font toujours mouche. Nous tenons sans doute là environ 50% de la puissance de chaque Silent Hill, si ce n'est plus.
    8/10
  • Jouabilité Harry Mason se veut un père de famille pas très pataud pour cet opus, ouf. Alors bien sûr, il sera vite rattrapé par les créatures du monde alterné, mais ses mouvements s'exécuteront sans trop de mal. Toutefois, malgré les raccourcis disponibles, le téléphone portable pourra poser des difficultés, notamment quand il s'agira de le fermer au plus vite pour éviter de se faire rattraper par un monstre.
    7/10
  • Durée de vie Moins de dix heures pour voir la fin du jeu, et on vous incite même, au terme de l'aventure, à la recommencer. Pas sûr que vous y reviendrez, sauf pour choisir d'aborder d'une façon différente vos entretiens avec le psychologue.
    6/10
  • Scénario Climax s'est amusé à reprendre quelques personnages du Silent Hill original en les arrangeant à sa "sauce", tout en en ajoutant d'autres pour nous livrer une version alternative du premier volet. Le résultat est bien plus convaincant que dans Silent Hill : Origins, et le dénouement, émouvant, peut faire naître l'envie de se relancer dans l'aventure.
    7/10
  • Note générale Silent Hill : Shattered Memories est un excellent redémarrage pour la série, se risquant à explorer des voies qui ne feront peut-être pas l'unanimité. On ne pourra toutefois pas se permettre de le qualifier de chef-d'œuvre, malgré le plaisir ressenti à reprendre le contrôle d'Harry Mason, plus de dix ans après notre premier contact avec lui. Jouant beaucoup plus sur l'aspect psychologique que les derniers épisodes, qui faisaient la part belle à l'action, Shattered Memories est un opus qui transmet un sentiment de tristesse à chaque pas foulé, se délivrant brillamment de bon nombre de codes qui avaient commencé à étouffer la saga. Silent Hill retrouve de la crédibilité, pourvu que ça dure.
    7/10
  • Partager ce contenu :
Vos commentaires
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire