Test Summer Challenge Athletics Tournament

Le par Gael B.  |  0 commentaire(s)
Summer Challenge Athletics Tournament

Après l'hiver, il y a le printemps, auquel succède l'été. L'éditeur DTP a jugé bon de zapper la saison en cours pour déposer devant notre porte un soft rempli d'épreuves sportives à effectuer de préférence lors de fortes chaleurs. Mais faisant suite au dispensable Winter Sports 2011, Summer Challenge Athletics Tournament nous a-t-il davantage convaincus ?

Oh Camille, si tu savais...

Summer Challenge Athletics Tournament démarre sur une bonne note : sa jaquette. Y figure en effet Camille Lacourt, médaillé d'or à Budapest en 2010, triple champion d'Europe du 50m, 100m dos et relais 4 x 100m, et également recordman de France du 50 et 100m dos (ce dernier record a également été validé en Europe). Ces informations sont inscrites au verso de la boîte, je n'invente rien. Enfin, de la boîte, j'exagère un peu, car il ne s'agit en fait que d'un étui conçu uniquement pour les beaux yeux de Camille. Retirez-le et vous vous retrouverez non seulement avec une jaquette superbement laide, mais également avec un produit ne contenant pas un iota de ce séduisant athlète. Ne comptez même pas sur une apparition dans la séquence d'intro. Tout compte fait, vu le talent des graphismes de ce jeu, nous sommes peut-être passés à côté d'un outrage aux bonnes mœurs.

Summer Challenge Athletics Tournament (1) Summer Challenge Athletics Tournament (2)

Trouvez le bon timing pour maintenir votre jauge de puissance à un haut niveau, sans toutefois aller au-delà de vos limites.

Le solo du jeu se divise en quatre modes : Discipline unique, Tournoi, Carrière et Défis. Le mode Défis est un peu particulier car il fera que répertorier les Trophées à décrocher et indiquera votre progression pour chacun d'entre eux. Au nombre de quarante-neuf, ces carottes seront responsables d'un allongement significatif de la durée de vie du soft (pour les passionnés). Vous commencerez logiquement par sélectionner la première option du menu principal, car elle vous permettra de vous entraîner à toutes les disciplines sans avoir à participer à une quelconque compétition. Les sports en question sont : course, lancer, saut, natation, plongeon de haut vol, tir à l'arc, trampoline et escrime. Ce qui nous donne huit disciplines au total comprenant elles-mêmes plusieurs spécialisations. On ne pourra donc pas vraiment se plaindre d'avoir peu d'épreuves à se mettre sous la dent. Encore faudra-t-il pouvoir s'amuser à égales proportions avec la totalité des disciplines, et nous détaillerons page suivante les forces et faiblesses de chacune avant de dresser notre verdict final.

Summer Challenge Athletics Tournament (3) Summer Challenge Athletics Tournament (4)

L'eau n'est pas trop mal rendue, mais le reste est digne d'une Wii en plein effort.

L'attraction la plus intéressante de Summer Challenge Athletics Tournament est incontestablement son mode Carrière (et non le lancer de son Blu-ray messieurs les cyniques). Après avoir sélectionné votre équipe parmi huit (apparemment les mêmes que celles de Winter Sports 2011), vous ferez la connaissance de Gino, entraîneur mal rasé mais sans qui vous serez pratiquement incapable de décrocher des médailles d'or. Au tout début, vous n'aurez accès qu'à deux épreuves. Mais en remportant au minimum une médaille de bronze dans l'une d'entre elles, vous débloquerez deux nouvelles épreuves (réussir une épreuve déverrouille les cases adjacentes). Vous gagnerez par la même occasion des PE (points d'entraînement) que vous pourrez utiliser dans des programmes dispensés par Gino. Ils feront travailler votre tête, vos bras, votre corps et vos jambes. Chacun aura un prix en PE et s'accordera à renforcer un voire plusieurs domaines. Si, par exemple, vous n'arrivez pas à finir dans les trois premiers lors d'une épreuve sprint 100m, optez pour le programme qui fera travailler votre corps et vos jambes (si votre bourse de PE vous le permet). Ne vous attachez toutefois pas trop à Gino, car sitôt votre première médaille d'or remportée dans une coupe, vous débloquerez un nouvel entraîneur qui remplacera automatiquement votre ersatz de Philippe Lucas, et ainsi de suite. Parce que l'après est toujours mieux que l'avant voyons, l'ignoriez-vous ?



Souffrir pour réussir ?

Le mode Tournoi se compose quant à lui de quatre types de compétitions, vous invitant chacun à participer à un nombre défini de disciplines. Vous aurez donc le choix entre le Décathlon classique (10 disciplines), la Compétition rapide (8), la Compétition classique (13), et enfin, le summum pour les possesseurs de mains artificielles, la Compétition Summer Challenge qui vous conviera à une série de 20 épreuves. Les adeptes du multijoueur local applaudiront en silence la possibilité de s'affronter en écran splitté jusqu'à quatre joueurs. Le multijoueur online, quant à lui, ne vous confrontera pas en temps réel à des adversaires humains mais aux meilleurs scores enregistrés par ces mêmes personnes. De bonnes performances vous permettront de quitter le niveau 1 (Néophyte) en vue d'atteindre le niveau 10 (Olympique). Mais, sans vouloir faire de mauvais jeux de mots, la barre est placée haut dans cette partie du jeu.

Notre passage en revue (non exhaustif) des différentes disciplines du jeu va démarrer par une sélection, celle des épreuves que nous avons trouvées intéressantes et agréables à jouer. Le saut en hauteur est par exemple particulièrement fun. On commence par déterminer la hauteur de saut qu'il faudra battre. Démarre alors une course d'élan pendant laquelle on devra alternativement appuyer en rythme sur L2 et R2. A chaque touche pressée au bon moment, on augmente ses chances de passer au-dessus de la barre. Et pendant le saut, pour éviter la touchette et conclure brillamment l'épreuve, il faudra remuer très vite le pad de façon circulaire. Tant que vous battez un record et que votre endurance n'est pas à plat, on vous donnera la possibilité de faire encore mieux (deux droits à l'erreur autorisés). Ne le nions pas, on se plaît à tenter des hauteurs toujours plus folles d'autant plus que les doigts ne souffrent quasiment pas ici.

Summer Challenge Athletics Tournament (5) Summer Challenge Athletics Tournament (6)

Le tir à l'arc, une épreuve reposante. Le lancer de marteau, à vous détruire vos phalanges.

Le plongeon de haut vol aura également de quoi vous plaire. Il est divisé en trois étapes : dans la première, vous devrez appuyer sur L2 à chaque fois que la barre entrera dans le cercle (vous gagnerez ainsi du temps pour exécuter vos mouvements); dans la seconde, vous vous retrouverez dans un Dance Dance Revolution-like, la musique en moins. Il s'agira de reproduire, avec les sticks gauche et droit, les figures indiquées au moment où elles entreront dans le champ d'action. Pour finir, l'ultime étape vous demandera d'incliner votre pad de manière à faire rentrer le cercle dans la zone, résultant en une réception réussie ou non de votre athlète. Pas si évident que ça mais on reste dans le jouable. Un petit mot aussi sur le tir à l'arc, où il vous suffira juste de savoir dompter les vents pour toucher dans le mille. Mais une parfaite symbiose entre le jeu de vos yeux et celui de vos doigts ne sera également pas de trop.

Summer Challenge Athletics Tournament (7) Summer Challenge Athletics Tournament (8)

Si vous saviez à quel point on se sent seul dans l'épreuve de trampoline.

Passons maintenant aux disciplines qui font mal aux doigts, et pas seulement qu'à eux. Les épreuves de course sont éreintantes et, plus grave, loin d'être un modèle d'ergonomie, c'est un gaucher qui vous le dit (pour le 100m haies, imaginez-moi avec le pad tenu à la verticale, le pouce et l'index gauches déchaînés sur le stick droit sans oublier un doigt sorti d'on ne sait où pour sauter les haies avec L2). Dans ces épreuves où les sticks seront fortement sollicités (lancer de marteau, de javelot), vous devrez logiquement vous y reprendre à plusieurs fois pour remporter l'or, et ne limitez surtout pas vos efforts même si cela conduit à fragiliser pour quelques jours la paume de votre main (c'est du vécu).

Vous l'avez vu sur les clichés, Summer Challenge Athletics Tournament est graphiquement pauvre. Dire que l'éditeur a osé indiquer sur le boîtier que "Camille Lacourt est le visage de Summer Challenge"... Privée en plus d'une compatibilité avec le PlayStation Move que nous aurions pourtant accueillie avec plaisir, cette version PS3 ne présente donc pas un intérêt supérieur à la mouture Wii par exemple (laquelle serait d'ailleurs peut-être plus à conseiller pour les détenteurs de plusieurs consoles). Sur un autre plan, les musiques, bien que n'étant pas ratées, s'avèrent répétitives et moins convaincantes que dans Winter Sports 2011.



Conclusion

Summer Challenge Athletics Tournament - jaquette PS3Sorti fin mars mais présent seulement aujourd'hui dans nos colonnes, Summer Challenge Athletics Tournament ne nous semble cependant pas faire tâche dans notre rubrique "tests". Peut-être parce que l'été approche et que cette période-ci est probablement le bon moment pour se décider à acheter une simulation d'athlétisme. La concurrence étant pratiquement inexistante, Summer Challenge sera donc le titre à se procurer si on souhaite passer ses grandes vacances à saccager ses manettes et à décrocher médaille sur médaille confortablement installé dans son fauteuil, canapé ou lit. Il n'en reste pas moins un "petit" jeu que l'on ira acheter en cachette, en occasion.

Summer Challenge Athletics Tournament est disponible sur PS3 à partir de 59,95€.



+ Les plus
  • Le challenge
  • Plus d'épreuves que dans Winter Sports 2011
  • Beaucoup de Défis/Trophées à remporter
- Les moins
  • Pas beau
  • Commandes parfois peu intuitives
  • Et le PS Move ?
  • Utilisation très discutable de l'image de Camille Lacourt

Notes

  • Graphisme On a envie de dire que Summer Challenge est moche, et bien peu parmi vous auraient envie de nous contredire. Il est vrai que vu son genre, on ne demandait pas la lune, mais tout de même, le titre de DTP ressemble plus à un jeu PS2 lissé qu'à un titre vendu 60€ de nos jours. L'habillage des menus reste sensiblement le même que celui de Winter Sports 2011.
    5/10
  • Bande son Les musiques sont encore plus discrètes que dans Winter Sports 2011, faisant de la soundtrack du jeu un élément passe-partout que l'on pourrait facilement couper. Les voix sont en français mais n'inspirent pas de commentaire particulier.
    5/10
  • Jouabilité Attendez-vous à souffrir sur certaines épreuves où l'on vous demandera une dextérité surhumaine pour que l'or devienne vôtre (surtout lorsqu'il sera question de s'acharner sur les joysticks). Ce n'est pas le temps de réponse des commandes que nous pénalisons ici, juste un gameplay parfois pénible de par sa conception.
    6/10
  • Durée de vie La tentation de copier/coller notre avis sur la durée de vie de Winter Sports 2011 est grande, mais nous ne nous abaisserons pas à cette facilité. On retiendra que les vingt disciplines disponibles ne jouissent pas toutes d'un intérêt semblable (le 110m haies vous donnera des cloques et pas forcément satisfaction), et aussi que les Défis représenteront la majorité des Trophées à remporter. Mais aurez-vous envie de tous les réussir ?
    6/10
  • Note générale Pendant estival de Winter Sports 2011, Summer Challenge Athletics Tournament lui emprunte malheureusement une partie de ses tares. Si le sourire ravageur de Camille Lacourt a réussi à vous faire craquer, vous profiterez quand même d'une dose respectable d'épreuves qui solliciteront votre abnégation jusqu'à ce qu'épuisement s'ensuive. A plusieurs, le gameplay vous apparaîtra peut-être moins irritant qu'en solo, mais dans tous les cas, vos yeux pleureront de rire ou de consternation devant la réalisation faiblarde du jeu. Moyen, comme le cours.
    5/10
  • Partager ce contenu :
Vos commentaires
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire