Test Superstars V8 Next Challenge

Le par Fabien H.  |  0 commentaire(s)
Superstars V8 : Next Challenge - vignette

Basé sur une compétition automobile italienne créée en 2004, Superstars V8 : Next Challenge cherche à démocratiser l'épreuve à l'échelle mondiale. Se frottant directement à des grandes licences telles que Gran Turismo, Test Drive Unlinited et autres Forza Motorsport, le titre de Millestone tente de se tailler une part du gâteau en orientant sa production sur deux gameplay : l'arcade et la simulation. Le résultat sera-t-il suffisamment pertinent pour intéresser les néophytes comme les amateurs de courses automobile, ou cette improbable alliance résultera sur une impression brouillonne ?

Des berlines sur-vitaminées

Organisée annuellement depuis 2004, le Superstars Championship Italie est une compétition de courses automobiles mettant en avant des berlines modifiées et particulièrement puissantes puisqu'elles peuvent, pour certaines d'entre-elles, atteindre 500 chevaux. L'activité est surtout connue en Italie puisque la plupart des courses du circuit européen s'y déroulent. Et pourtant, certaines personnalités connues telles que l'ancien pilote de Formule 1 Gianni Morbidelli participent au Superstars. Sur près de dix circuits, les véhicules allant de la BMW M3 à l'Audi RS4 en passant par des modèles de chez Chevrolet, Jaguar ou encore Cadillac s'affrontent férocement, en hésitant pas à se pousser dans les courbes.



Le studio Millestone, habituellement chargé de ses licences SBK Superbike et MotoGP, s'est lancé dans la création d'un jeu autour du phénomène italien : Superstars V8. Après un premier coup d'essai peu enthousiasmant en 2009, la licence se paie un second opus baptisé Superstars V8 : Next Challenge. Pour l'occasion, l'équipe de développement a cherché à enrichir davantage le gameplay afin d'offrir une prise en main suffisamment confortable pour les joueurs débutants, mais également pour les acharnés des jeux de course. Pour cela, il a fallu faire cohabiter une configuration arcade et sa conduite à la fois rigide et accessible, avec l'aspect simulation plus proche des conditions physiques réelles et de son lot de contraintes. La clé de voûte de cet ensemble tient en un seul et même point : les aides au pilotage.

Superstars V8 : Next Challenge - 1 Superstars V8 : Next Challenge - 2

Si le jeu est réglé par défaut sur la configuration arcade, il est possible de passer en mode simulation en désactivant plusieurs options de votre véhicule : TCS (antipatinage), ABS (assistance de freinage), ESC (correcteur de trajectoire), ainsi que la transmission - manuelle ou automatique. Chaque élément est primordial pour garder un total contrôle sur la route. Si toutefois l'une des aides est désactivée, les sensations de conduite diffèrent réellement sur le circuit, en particulier pour l'antipatinage. Ainsi, la prise en main se révèle bien plus délicate et nécessite de bien calibrer les trajectoires et les distances de freinage. Vous serez d'ailleurs avisé par un indicateur rouge si vous déboulez trop rapidement dans une courbe : cela permet d'éviter au maximum les sorties de route. Et d'ailleurs, chacun des bolides disposent d'une conduite spécifique, en rapport avec leurs caractéristiques de tenue de route, accélération et vitesse maximale.



Malheureusement, si la différence de comportements est sensible à la désactivation des aides au pilotage, force est de constater que l'immersion demeure encore trop peu prononcée. En effet, les réactions de la voiture ne se veulent pas suffisamment pertinentes pour se diriger complètement vers la simulation. La gestion de la physique n'est pas assez approfondie, notamment au niveau des virages. On a trop souvent l'impression de ne pas être maître de son véhicule et ce, même après de nombreuses heures de conduite. Qui plus est, il est assez étonnant de constater la si faible perte de vitesse lorsqu'on mord  hors de la piste, voire même sur le sable. Les comportements du bolide sur les différentes surfaces n'ont pas un impact suffisamment important pour que les sensations soient parfaites. Bien évidemment, il est possible de paramétrer l'usure des pneus afin de gagner en réalisme, mais cet élément ne peut à lui seul estomper ce léger manque de réalisme.

Superstars V8 : Next Challenge - 5 Superstars V8 : Next Challenge - 4



Galerie d'images

Superstars V8 : Next Challenge - 21 Superstars V8 : Next Challenge - 20

Superstars V8 : Next Challenge - 19 Superstars V8 : Next Challenge - 18

Superstars V8 : Next Challenge - 15 Superstars V8 : Next Challenge - 16

Superstars V8 : Next Challenge - 26 Superstars V8 : Next Challenge - 23

Superstars V8 : Next Challenge - 25 Superstars V8 : Next Challenge - 24

Superstars V8 : Next Challenge - 12 Superstars V8 : Next Challenge - 13

Superstars V8 : Next Challenge - 14 Superstars V8 : Next Challenge - 17

Superstars V8 : Next Challenge - 22 Superstars V8 : Next Challenge - 11

Superstars V8 : Next Challenge - 10 Superstars V8 : Next Challenge - 9

Superstars V8 : Next Challenge - 8 Superstars V8 : Next Challenge - 7



Un challenge de courte durée

En comparaison avec son prédécesseur, Superstars V8 : Next Challenge a corrigé de nombreux défauts. Si l'approche de la simulation en est une, la qualité de l'intelligence artificielle en est une autre. En effet, le titre dissimule d'admirables comportements des adversaires, tout du moins dans les modes difficiles et légende. Dans ces cas de figure, les véhicules tentent régulièrement des embardées pour vous couper la route, se poussent entre-eux, sortent de la piste et, surtout, se comportent en fonction de votre position. Ainsi, nous avons presque l'impression de nous retrouver dans une partie multijoueur, tant les critères comportementaux du CPU sont variés. A contrario, l'IA des modes de difficulté standards se veulent particulièrement médiocres. Toutefois, ils conviendront clairement aux joueurs désireux d'apprendre les ficelles du pilotage sans être trop ennuyé par les opposants.



L'intérêt du soft se matérialise surtout dans la qualité des étapes de maîtrise du jeu. Un néophyte des jeux de course peut ainsi se faire ses premières armes avec les aides au pilotage avant de se lancer dans un mode permis. Ce dernier comporte plusieurs séries d'épreuves sur des parcelles de circuits et en temps limité. Rapidement, les aides de conduite seront partiellement désactivées, vous poussant à vous familiariser avec les problématiques liées à la conduite à grande vitesse. À terme des quatre chapitres du permis, vous apprendrez à manier votre véhicule sans aucune assistance et en transmission manuelle. Dès lors, le plaisir de conduite devient garanti, puisqu'il nécessite une plus grande attention. Néanmoins, nous aurions apprécié davantage de conditions climatiques que les modes sec et pluvieux. La conduite sur piste mouillée étant globalement bien retranscrite, il aurait été intéressant d'inclure d'autres scénarios tels que les rafales de vent, la pluie battante, voire même les modifications météorologiques au fil de la course.

Superstars V8 : Next Challenge - 6 Superstars V8 : Next Challenge - 8

Parallèlement, force est de constater que le contenu de la production est clairement en deçà de l'attente actuelle des joueurs. En effet, seuls les modes permis et championnat / week-end de course sont présents, en sus des parties course libre et contre la montre. On se retrouve dans une configuration extrêmement classique et diablement dépassée à l'heure actuelle. Au vu de la richesse de la compétition, pourquoi ne pas avoir intégré un mode carrière ? L'intérêt aurait été plus présent afin d'assurer une durée de vie suffisamment étoffée. Toutefois, il faudra du temps pour terminer l'unique championnat. S'il se déroule sur les neuf circuits officiels de la discipline, ce mode vous obligera à vous adonner à une séance d'essais (une demi-heure qu'il est possible de passer), une phase de qualification de 30 minutes, puis deux courses de trois tours. Cette configuration, bien que réglementaire, s'avère terriblement redondante pour les novices du jeu de course. On sera ainsi souvent tenté de se lancer dans une partie multijoueur (en ligne uniquement), permettant de jouer jusqu'à seize sur le même circuit.



Si des efforts ont été fournis sur le plan technique par rapport à son prédécesseur, Superstars V8 : Next Challenge ne parvient toujours pas à étonner les joueurs. La modélisation des voitures sont certes de qualité honorable, mais la génération des dégâts n'est vraiment pas suffisamment creusée. En revanche, la gestion des collisions entre les véhicules se veut correcte. Les développeurs ont cependant pensé à ajouter deux vues cockpit, afin d'offrir des sensations de jeu exacerbées. La vue capot est quant à elle mal calibrée, rendant la conduite peu confortable. Si les intérieurs manquent franchement de textures, on appréciera les effets d'assombrissement lors des impacts avec les adversaires, façon Need For Speed : Shift. La palette de couleurs se veut plus vive que par le passé, mais ne parvient aucunement à dissimuler le manque de finition des décors : les circuits manquent totalement de relief, les arbres et le public dans les tribunes sont juste ignobles, au même titre que d'autres éléments tels que les montgolfières.

Superstars V8 : Next Challenge - 7 Superstars V8 : Next Challenge - 3

Offrant un gameplay arcade pour les débutants et simulation pour les puristes, Superstars V8 : Next Challenge promettait une expérience de jeu clairement destinée à tous les amateurs de jeux de course. Dans les faits, le couplé s'avère bien discerné par l'activation / désactivation des aides au pilotage. Si les comportements des véhicules se modifient de façon significative, le versant simulation du jeu ne se veut pas suffisamment peaufiné pour se confronter à d'autres ténors du genre. En effet, les sensations de conduite manquent de nervosité et de réactions face aux obstacles tels que les sorties de piste. Toutefois, le challenge est bien remonté via une intelligence artificielle remarquable en mode difficile et légende. Malheureusement, le contenu résolument faiblard (où est le mode carrière ?) et la réalisation graphique qui manquent de finition jouent en la défaveur du titre de Millestone. L'intérêt demeure toutefois présent pour les néophytes dans les jeux de course, ainsi qu'à ceux qui recherchent une expérience de jeu aux bases intéressantes.



+ Les plus
  • Bonne cohabitation de l'arcade et de la simulation
  • L'apprentissage progressif via les permis
  • Mode multijoueur jusqu'à seize
  • Bonne modélisation des véhicule
  • Très bonne intelligence artificielle en mode difficile et légende
- Les moins
  • Contenu faiblard
  • Trop peu de modes de jeu
  • Réalisation graphique bancale
  • Léger manque de sensations de conduite
  • Trop peu de conditions météo

Notes

  • Graphisme L'aspect graphique de la production dispose de très bons atouts tels qu'une modélisation des véhicules particulièrement correcte, mais également plusieurs éléments nettement moins sexy. On notera en particulier la pauvreté des décors, affichant des sprites fort laids, un manque de relief accablant, ainsi que quelques effets de clipping. La gestion des dégâts est également insuffisamment appuyée, au même titre que la réalisation des textures des nouvelles vues cockpit. Enfin, on notera quelques légères baisses de framerate, en particulier lorsque plusieurs véhicules s'affichent à l'écran.
    6/10
  • Bande son L'ambiance sonore du titre se révèle assez inégale. Les rugissements des moteurs se veulent bien travaillés (notamment en vue subjective ou cockpit) dans les rapports de vitesse et en accélération. D'un autre côté, nous nous confrontons à des bruitages bien plus discrets : dérapages, chocs entre les véhicules, sorties de piste, etc. On se retrouve devant un résultat en demi-teinte. Niveau sonore, un faible nombre de pistes de type pop-rock accompagnera la navigation dans les menus et en course.
    6/10
  • Jouabilité Croisant habilement la conduite arcade et les propriétés inhérentes à la simulation, le titre a joué la carte du risque en se concentrant vers un plus grand nombre de joueurs. La compétition Superstars étant peu reconnue hors de l'Italie, le choix demeurait toutefois assez judicieux. Si la partie arcade se révèle efficace pour les néophytes, le versant simulation est certes honorable, mais trop avare en sensations. L'attrait pour les non-initiés se révèlera dans la migration de l'arcade vers la simulation au travers des permis.
    7/10
  • Durée de vie Se concentrant sur un mode permis de quatre chapitres et un seul championnat de neuf pistes, le titre fait pâle figure face aux contenus des productions concurrentes. Nous aurions apprécié l'introduction d'une carrière avec, à la clé le gain de quelques bolides. Au lieu de cela, le jeu propose directement l'intégralité des véhicules et ne permet que de gagner quelques trophées et autres objets décoratifs. Il ne restera donc qu'à se concentrer sur le mode multijoueur en ligne du soft et sa possibilité de jouer jusqu'à seize sur le même circuit.
    5/10
  • Note générale Superstars V8 : Next Challenge est parvenu à faire cohabiter efficacement le gameplay arcade et celui de la simulation au travers d'un ingénieux système d'aide au pilotage. Le résultat s'avère satisfaisant, bien que les puristes de la simulation s'interrogeront sur le manque de sensations de conduite. Quoi qu'il en soit, le jeu est simple à prendre en main et agréable à pratiquer. Toutefois, la réalisation a encore des progrès à faire, autant au niveau graphique qu'en terme de richesse sonore. Quoi qu'il en soit, le titre demeure suffisamment bien conçu pour que les joueurs s'y intéresse, ne serait-ce que pour son intelligence artificielle de qualité dans les modes de difficulté relevés, ou encore pour son mode multijoueur.
    6/10
  • Partager ce contenu :
Dans le même style
  • Preview SBK X / Superstars V8 Next Challenge
    Du genre efficace, Tradewest Games nous a invité à une double présentation consacrée à deux jeux de courses que sont SBK X et Superstars V8 : Next Challenge. Durant cette courte heure, nous avons pu tester brièvement les deux titres ...
Vos commentaires
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire