Test The Last Remnant PC

Le par Alain L.  |  0 commentaire(s)
The Last Remnant - Logo

Sorti en novembre dernier, The Last Remnant avait pour objectif de relancer la machine Square Enix qui pour le moment n’a su réellement s’imposer sur consoles next-gen. Cette transition a été difficile pour la firme japonaise qui souffert du trop plein technologique du Unreal Engine 3. Le jeu original a été plombé par de grands ralentissements et des chargements à répétition. Les PC auront-ils le droit à des améliorations spécifiques ? Réponse dans les lignes qui suivent…

Quatre mois et pas une ride ?

Il aura fallu seulement quatre bons mois à Square Enix pour mettre sur pied une version PC qui dans la théorie peut se montrer plus qu’intéressante. Mais le développeur nippon n’est pas vraiment connu sur le support pour ses portages de qualité. Il effectue souvent des portages à la va-vite et n’exploite pas efficacement le couple clavier/souris.

Force est de constater que certaines de ces habitudes ont changé et d’autres sont restées. En effet, la version PC de The Last Remnant tire partie de la puissance de nos cartes graphiques et de nos processeurs afin de rendre le jeu fluide à souhait. Les saccades présentes sur Xbox 360 font désormais partie du passé, enfin presque. Quelques ralentissements se feront sentir lors les affrontements de taille, mais rien de bien grave.

En revanche, il ne faut pas s’attendre à tomber sur des textures de meilleure qualité. Le filtrage anisotropique, l’anti-aliasing et les hautes résolutions sont les seuls moyens d’augmenter la qualité visuelle du jeu. Au final, l’ensemble se montre assez décevant, d’autant que les normes PC sont tout autres. Les Crysis et autres Stalker sont passés par là.

The Last Remnant PC - Image 12 The Last Remnant PC - Image 9

La trame scénaristique n’a pas subi de quelconque changement et reste identique en tout point. Le joueur aura donc l’honneur d’incarner Rush Sykes et de se lancer à la recherche de sa jeune sœur enlevée sous ses yeux. Derrière ce « simple » rapt se cache en fait un conflit de plus grande importance, un conflit auquel notre héros participera.

Les Remnants, de puissants artefacts mystérieux, sont à l’origine de ces conflits. Ils bouleversent pour ainsi dire l’équilibre des forces. Le joueur devra alors enquêter sur les agissements d’un étrange homme qui semble être l’origine de cet enlèvement. Le jeu repose sur des mécaniques de jeu huilées et conventionnelles.

Nous avons d’un côté l’histoire, de l’autre les combats. Il faut savoir que les combats occupent une très grande partie du jeu, les amateurs de belles histoires et de personnages charismatiques devront passer leur chemin.  Car en effet, bien que le jeu nous propose de belles surprises, sa mise en scène ne permet pas une réelle immersion.

The Last Remnant PC - Image 10 The Last Remnant - Image 29



On prend les mêmes et on recommence

Les personnages nous sont trop brièvement présentés et surtout pas assez développés. L’histoire traine des pieds et essaye tant bien que mal de nous justifier une telle affluence de combats. Quant aux cinématiques, elles alternent entre le bon et le médiocre, l’utilisation de la caméra semble fastidieuse et souffre d’un manque de fluidité.

Les dialogues tout comme les doublages manquent de punch et d’implication.  Mais avec de tels scripts, on comprend parfois la difficulté des doubleurs à s’investir pleinement. Le jeu a beau se montrer basique technologiquement parlant, artistiquement il parvient toujours à impressionner. Les villes proposées nous offrent un panorama unique et une véritable sensation de grandeur. On ne peut sur ce point que saluer le travail des artistes.

Mais ces sensations ne sont qu’illusoires, en pratique les villes sont confinées et relativement peu exploitées. Elles servent principalement à améliorer notre inventaire et à nous offrir de nouvelles quêtes secondaires. Celles-ci peuvent très facilement nous occuper durant des dizaines d’heures et doubler littéralement la durée de vie du titre.

The Last Remnant PC - Image 11 The Last Remnant PC - Image 4

Le plus souvent, il s’agit de tuer des ennemis précis, d’explorer des donjons ou de collecter des objets. Des quêtes tout à fait ordinaires en somme. Ce n’est pas une surprise, The Last Remnant compte énormément sur ses mécanismes de jeu pour séduire le joueur, et il faut avouer que de ce côté-là Square Enix a mis le paquet.

Soulignons tout d’abord, l’arrivée d’un mode turbo qui permet d’accélérer grandement la tournure de combats et de gagner énormément de temps. Nous ne sommes plus forcés de voir chaque personnage agir, on peut passer rapidement l’action et se concentrer sur la stratégie. Contrairement aux RPG traditionnels, le jeu fait appel à des groupes de combat, aussi connus sous le nom d’unions.

Comme son nom l’indique, une union est un groupement de plusieurs combattants. Le joueur peut bien entendu modifier leur composition et grandement affecter leur efficacité. L’échelle de jeu est bien plus grande et implique des dizaines voire des centaines de guerriers. Les contrôler est simple et se fait via des ordres parfois évasifs.

The Last Remnant PC - Image 5 The Last Remnant PC - Image 6



Merci le mode turbo

Mais l’essentiel est là, l’attaque, la défense ou encore la magie. Sauf qu’il faut prendre en compte l’orientation de nos joueurs et éviter de se faire attaquer par surprise. A ce propos, le jeu ne présente aucune confrontation au hasard, la majorité des combats se font en « attaquant » un ennemi visible et mobile.  Il est possible d’engager plusieurs ennemis mais les risques sont doubles au même titre que les récompenses.

Le joueur peut aussi éviter la confrontation et ralentir le temps afin d’éviter le contact avec une créature, synonyme d’engagement. Il s’agit là d’une action franchement utile, car bon nombre de rencontres nécessitent de la patience et des personnages puissants. On regrette en effet que la difficulté du jeu soit mal étalonnée, on peut très bien rencontrer des créatures surpuissantes en début de partie.

Les combats se déroulent au tour par tour, ils sont affectés par le matériel, l’expérience des héros et leur moral. L’expérience ou plutôt les compétences s’acquièrent au travers de combats et s’obtiennent tout naturellement. Le moral lui nous permet d’exécuter des attaques puissantes et d’utiliser les fameux Remnants, des sortes de furie.

 The Last Remnant PC - Image 8 The Last Remnant PC - Image 7

On termine avec la personnalisation du matériel qui n’est malheureusement pas disponible qu’au travers du héros principal. Impossible donc de choisir les armes de nos alliés. Ils nous demanderont de temps à autre des objets précis, mais c’est tout. Il est possible en revanche de modifier leur formation ou de recruter de puissants soldats.

Pour éviter au joueur de s’endormir, des QTE sont présentes pour augmenter la puissance des coups ou contre-attaquer. La difficulté du titre ne réside pas dans ses combats à proprement parler mais plutôt leur déroulement. Non seulement il nous faut battre des boss résistants, mais il faut aussi se battre contre le hasard.

Il est impossible de prévoir l’ordre de passager des unités et surtout de choisir les unités à soigner, un comble. Pour clore le tout, sachez qu’il est impossible de fuir, il faut combattre jusqu’à la mort. En revanche, on peut sauvegarder n’importe où, à condition toutefois d’être hors combat. En tant que RPG, The Last Remnant ne déroge à la règle et nous propose de créer armes et objets.

The Last Remnant PC - Image 2 The Last Remnant PC - Image 3



Essaye encore

The Last Remnant PCCela prend bien évidemment du temps, mais les récompenses sont à la hauteur. Il est bien entendu possible d’ignorer de telles possibilités. Square Enix semble malheureusement avoir fait les choses à moitié, les contrôles ne sont aucunement adaptés aux PC et je ne saurais trop vous conseiller de jouer avec une manette. Le développeur n’a pas fait l’effort de remplacer ses textes et de les adapter au clavier.

On peut donc retrouver sans le moindre problème des phrases comme Appuyer sur Start. Dommage, cela nuit irrémédiablement à la crédibilité du studio qui a été mise à rude épreuve durant ces quelques mois. Au niveau de la bande sonore, le développeur ne déçoit pas et sauve les apparences. Le travail Tsuyoshi Sekito porte ses fruits et surprend par sa diversité. L’utilisation de synthétiseurs électroniques et d’instruments orchestraux est un régal pour les oreilles. On ne peut pas en dire autant des voix qui se montrent trop moyennes.

Square Enix a bel et bien réussi à régler de nombreux problèmes techniques et simplifier la vie du joueur.  Mais le contenu en lui-même reste trop brouillon pour nous permettre de profiter pleinement de l’histoire. En revanche, les amateurs de combat et de stratégie en auront clairement pour leur argent. On aime ou on aime pas…

The Last Remnant PC est disponible à partir de 37€.

Configuration de test :

  • INTEL Core i7 920 (2.66Ghz)
  • Asus Rampage II Extreme
  • MSI GeForce N280GTX-T2D1G-OC
  • Antec Twelve Hundred
  • Antec 650W Signature
  • Seagate 500Go 7200 RPM S-ATA II 32Mo
  • Plextor PX-810SA
  • Logitech G3
  • Logitech G15
  • QPad Crysis Collector

 



+ Les plus
  • Fluide !
  • Excellente durée de vie
  • Bande sonore de qualité
- Les moins
  • Trop de combats ?
  • Difficulté hasardeuse
  • Portage incomplet
  • Personnages peu charismatiques

Notes

  • Graphisme Technologiquement médiocre, le jeu parvient tout juste à atteindre les normes PC. Les jolis panoramas offerts par les différentes villes sont tout de même à signaler et relèvent quelque peu l’ensemble. On regrette une exploitation superficielle du Unreal Engine 3.
    6/10
  • Bande son Les bruitages effectuent une prestation juste et précise, ce qui change des doublages trop moyens. On sent un manque d’implication de la part des acteurs et c’est bien dommage. Toujours prêts à sauver les meubles, les compositeurs de chez Square Enix répondent présents. Cette fois, c’est Tsuyoshi Sekito qui s’est dévoué et s’en sort haut la main.
    7/10
  • Jouabilité Difficilement jouable sur clavier/souris, le jeu doit être impérativement joué à l’aide d’une manette afin d’éviter des crises de nerf et éventuels jets d’objets. Les mécaniques de jeu proposées sont bien exploitées, mais un temps d’adaptation est nécessaire. Il est en revanche dommage de jouer systématiquement avec le hasard et ne savoir où on met les pieds.
    6/10
  • Durée de vie Accusant une durée de vie s’échelonnant entre 40 et 80 heures, The Last Remnant vous donnera du fil à retordre aux joueurs, principalement via ses nombreux et parfois interminables combats. Il faut donc apprécier les combats sous peine de démoraliser.
    8/10
  • Scénario Un scénario assez classique qui comporte quelques surprises. Elles sont prévisibles et ne justifient qu’en partie les combats. Les personnages peu charismatiques rendent l’histoire secondaire et ne lui permette de s’exprimer pleinement, dommage….
    6/10
  • Note générale Sympathique et prometteur sur papier, cette version PC ne s’est accompagnée que d’améliorations technologiques. L’apport d’un mode turbo est tout de même sympathique, mais on aurait aimé voir de réelles avancées touchant directement le gameplay. Square Enix ne s’est pas vraiment foulé en effectuant ce portage qui a au moins le mérite d’être fluide. Mais les défauts du jeu n’en restent pas moins visibles et présents. Un jeu à conseiller aux fans de stratégie.
    7/10
  • Partager ce contenu :
Dans le même style
  • Test The Last Remnant
    Loin d’être laissée pour compte, la Xbox 360 bénéficie actuellement du support plein et complet de Square Enix qui s’attache véritablement à séduire le public occidental. Après avoir accueilli l’honnête Infinite Undiscovery, ...
Vos commentaires
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire