Test : The Amazing Spider-Man 2

Le par Rénald B.  |  2 commentaire(s)
The_Amazing_Spiderman_2_a

Après un tour dans les salles obscures, The Amazing Spider-man 2 tisse sa toile sur consoles de salon. Ce jeu en mode open world est-il à la hauteur de ses ambitions ? Réponse dans notre test complet.

La Big Apple en open world

Un jeu en monde ouvert

Le jeu débute par l’assassinat de l’oncle Ben de Peter Parker, une scène classique dans la mythologie de Spiderman. L'événement sert de prétexte afin de vous faire enfiler le fameux collant rouge et bleu de Spiderman pour ensuite aller arpenter les toits de Manhattan. La Big Apple s’offre alors à vous deux années après la mort de l’oncle Ben.

The_Amazing_Spiderman_2_g The_Amazing_Spiderman_2_d  

Les développeurs de Beenox ont eu l’ambition d’un New York en monde ouvert. C’est l’immersion qui est visée. On incarne soit Peter Parker ou bien Spiderman. Il va s’agir de suivre l’histoire principale composée de 14 missions très scriptées ou bien de se balader dans New York afin de défendre la veuve et l’orphelin.

Au gré des missions secondaires, on peut ainsi véritablement jouer au super-héros qu’on a tous rêvé d’être. On vole de building en building afin de sauver des civils qui se font agresser, mettre une raclée aux membres de gangs ou bien sortir des personnes prises dans un immeuble en feu grâce à une tenue spéciale. Malheureusement, ces quêtes annexes sont trop répétitives.

Respect de l’oeuvre originelle

Reste l’histoire principale qui a pour arc narratif de retrouver l’assassin de l’oncle Ben dans un esprit de vengeance. L’occasion de rencontrer de nombreux malfrats et autres super-vilains, dont certains sont connus des fans de l’univers Marvel.

Ce dernier est d’ailleurs parfaitement respecté par le studio Beenox qui avait déjà officié sur The Amazing Spider-man et Spiderman : Shattered Dimensions. Toutes les tenues de Spiderman existent bel et bien dans les comics Marvel ainsi que les super-vilains que vous croiserez : le Kaid, Shocker, la Chatte Noire, Carnage… Background et design sont respectés à la lettre.

Des références qui, bien entendu, raviront les fans du comics.



Beat’em all, XP et infiltration

Si l’open world et le respect de l’oeuvre originelle de Stan Lee sont deux composantes importantes du jeu, l’aspect Beat’em all l’est tout autant. Dans ce domaine, on peut souligner des efforts vénérables de la part des développeurs.

Dans The Amazing Spider-man 2, les combats sont extrêmement dynamiques. On alterne entre esquives et coups, ce qui n’est pas sans rappeler un certain Batman Arkham City. S’ils peuvent prendre l’allure de véritables ballets, la palette des coups reste malheureusement trop limitée. C’est plus sur l’enchainement que sur la variété qu’il faudra se focaliser. Par rapport au premier volet, notons également l’introduction de quelques nouveautés au niveau du gameplay comme la possibilité d’esquiver les tirs de mitraillette et de désarmer les ennemis. De nouveaux pouvoirs font également leur apparition (avec les toiles sismique et ionique). Notre héros est maintenant capable de se soigner lui-même en réalisant ses pansements et bandages.

The_Amazing_Spiderman_2_c The_Amazing_Spiderman_2_f 

Les développeurs ont également eu la bonne idée d’ajouter une composante infiltration. Spiderman peut en effet mettre à profit son sens de l’araignée (en appuyant vers le haut sur la croix de direction) pour étudier les alentours et échafauder une stratégie l’infiltration. Il s’agit alors d’éviter les affrontements directs et de faire parler les poings. De manière furtive, on va également explorer les repaires des malfrats dont l'IA est malheureusement assez mauvaise.

Ces combats vont également prendre un peu de relief grâce à l’arbre de compétences. Celui-ci permet de faire évoluer les aptitudes de notre héros à notre guise grâce à différentes caractéristiques à faire augmenter. On acquiert en effet des points d’XP au fil des missions en combattant des malfrats et en atteignant les objectifs.

Les tenues de Spiderman se renforcent également. A terme, le costume peut passer au niveau supérieur améliorant ainsi l’efficacité et la puissance de ses capacités. Les quêtes annexes prennent alors tout leur sens car elles permettent également d’acquérir des points XP et de faire évoluer Spidey.

L’autre aspect névralgique du jeu provient des déplacements aériens de l'homme araignée. Initialement, il est quelque peu difficile de parfaitement se balancer d’un building à un autre en tissant ses toiles. Une fois cet aspect maîtrisé, ces phases de voltige aérienne sont toutefois très grisantes. On en oublie parfois de se rendre au point de rendez-vous indiqué.



Mais New York malmené

Cette chorégraphie aérienne est parfaitement réalisée grâce à une modélisation quasiment sans failles de notre super-héros. Si ses tenues offrent des textures très fines laissant apparaître jusqu’au grain du cuir, les animations sont en effet, elles, également réussies. Voir l’homme araignée slalomer entre les immeubles devient alors un pur plaisir.

Mais, l’extase retombe vite dès qu’on se rapproche du sol. New York, cette cité connue pour son activité grouillante, prend ici des allures de Morne Plaine. Les quelques piétons sont plutôt mal modélisés tout comme les décors qui manquent cruellement de détails et dont les textures ne sont clairement pas dignes de la PS4.

C’est vraiment l’aspect technique qui fait retomber le soufflet. Si le jeu tentait de se rapprocher de la saga Batman Arkham pour ce qui est des combats, il s’en écarte totalement d’un point de vue technique.

Reste quelques éléments que certains estimeront relever du pur fan service mais que d’autres pourront apprécier. Ainsi, au fil du jeu, on sera amené à collecter quelques 300 pages de comics sur les toits de Manhattan. A la fin du jeu, on peut alors les consulter dans le Comic Shop de Stan Lee.

  The_Amazing_Spiderman_2_b The_Amazing_Spiderman_2_e 



Conclusion

Avec une durée de vie de 15 heures, The Amazing Spider-man 2 pêche indéniablement sur l’aspect technique, là où un Infamous Second Son montre tout le potentiel de la PS4. La finition n’est pas au rendez-vous et on peut aussi lui reprocher des temps de chargement trop longs. Se balader dans New York en monde ouvert, c’est bien. Mais on aurait préféré une Big Apple réaliste grâce à une modélisation réussie.

Il n’en reste pas moins un bon divertissement avec des références au comics omniprésentes. Slalomer entre les immeubles s’avère des plus grisants. Le jeu est bardé de bonnes intentions et si vous passez outre la réalisation technique, il vous offrira de bonnes sensations.

The Amazing Spider-man 2 est disponible sur PS4 (version testée), Xbox One, PS3, Xbox 360, Wii U et PC.

The_Amazing_Spiderman_2_a 



+ Les plus
  • Les phases de voltige
  • Modélisation et animation de Spiderman
  • Respect de l'oeuvre de San Lee
  • Introduction de nouveautés
  • Aspect combat bien ficelé
- Les moins
  • Modélisation de New York
  • Réalisation technique indigne de la PS4
  • IA des ennemis lors des phases d'infiltration
  • Quêtes secondaires répétitives
  • Phases en Peter Parker peu convaincantes
  • Temps de chargement

  • Partager ce contenu :
Dans le même style
  • Test Spiderman Dimensions
    Activision a décidé de briser avec la monotonie et de faire du prochain Spiderman un jeu d’action. Le géant américain a longuement exploité la licence en donnant naissance notamment à des jeux bac à sable dont fait partie le ...
Vos commentaires
Trier par : date / pertinence
Imanol offline Hors ligne Vétéran icone 1042 points
Le #1766662
Il est sorti également sur PC à moins de 15€ en téléchargement (12.74€ pour être exact mais les prix changent souvent et il est certain que cela va encore baisser.
Pour plus d'infos à ce sujet :

http://www.goclecd.fr/acheter-the-amazing-spiderman-2-cle-cd-comparateur-prix/
rajaa offline Hors ligne Héroïque avatar 562 points
Le #1888801
thanks for this great article i would like to share with u a very usefull website gamingcode.org
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire