Test Urban Chaos : Violence Urbaine

Le par Alexandre W.  |  0 commentaire(s)
Article n° 158 - Test Urban Chaos : Violence Urbaine (120*120)

Dans un futur proche, la ville est ravagée par des violences urbaines, il est impossible d'aller et venir en paix où que ce soit. Vous incarnez Nick Mason, un des meilleurs agents d'intervention des T-zero (comprenez Tolerance Zero). Votre mission est simple et claire (bien que parfois elle sera plus claire que simple) : rétablir l'ordre par n'importe quel moyen que ce soit. Vous serez en charge de secourir des personnalités, d'escorter des secouristes ou encore nettoyer certains lieux infestés par la vermine.

Encore un Quake-like me direz-vous '

Le 19 mai dernier sortait donc Urban Chaos : Violence Urbaine, un nouveau Quake-like, le genre de jeu qui tend à se développer ces derniers mois ( comme Black ou King-Kong ). Que ce soit sur PC ou sur consoles, lorsqu'un jeu de ce type arrive sur le marché, on espère toujours découvrir une nouveauté au niveau du gameplay ( comme on a pu découvrir le Bullet Time, la Vue Infrarouge à travers les murs ou encore la destruction totale des décors ), et bien ici ce n’est pas trop le cas si ce n’est que l’on peut interagir avec quelques personnages du jeu ( pompiers, ambulanciers ou policiers ) ce qui n’est certes pas très nouveau, mais cela apporte un petit " plus " au jeu.

 

Urban Chaos : Violence Urbaine      Urban Chaos : Violence Urbaine   

 

Le hic avec ce genre de jeu, quand il sort sur console, c’est la jouabilité et à notre grande surprise, la maniabilité du personnage est très aisée et nous donne une quasi-entière satisfaction. Ce n’est évidemment pas aussi précis que sur PC mais c’est bien plus agréable que la majorité de ses concurrents.

 

Urban Chaos : Violence Urbaine      Urban Chaos : Violence Urbaine

 

Comme dit plus haut, la jouabilité est assez bonne dans ce Quake-like made in John Woo, la sensibilité du stick n’est ni trop importante ni pas assez et la touche de tir ( R1/R2 ) a été bien choisie car elle permet de ne pas se mélanger les doigts lorsque l’on fait des strafes.

 

Urban Chaos : Violence Urbaine      Urban Chaos : Violence Urbaine

 

Le seul point délicat niveau maniabilité est la position accroupie qui est sur le stick directionnel et il arrive souvent que l'on appuie un peu fort et on peut alors se retrouver en train de refaire ses lacets ( et donc être très ralenti ) devant un malade et son couteau de boucher. Gênant...

../..



Que fait la Police '

On trouvera quelques puzzles à résoudre mais malheureusement un peu trop simples ( fermer une valve ou un interrupteur ) mais rien qui ne donne vraiment de l’intérêt au jeu, ces petites énigmes sont juste là pour donner un aspect plus humain au jeu, et dire qu’il ne faut pas tirer que sur tout ce qui bouge.

 

Urban Chaos : Violence Urbaine   Urban Chaos : Violence Urbaine

 

Plus humain me direz-vous ' L’interactivité avec les personnages est assez basique ( viens, planque toi, soigne moi et défonce moi cette porte ) mais permettra d’accéder à des endroits que l’on ne pourrait atteindre seul, et d’augmenter la durée de vie ( ou de la raccourcir, si on oublie de dire à un otage de se planquer pendant une fusillade ).

 

Urban Chaos : Violence Urbaine      Urban Chaos : Violence Urbaine

 

On regrettera l’action un peu trop linéaire du jeu. Il n’y a malheureusement pas plusieurs chemins à choisir pour finir la mission ni plusieurs fins possibles, ce qui aurait été le bienvenu dans un jeu avec un scénario de ce type.

 

Urban Chaos : Violence Urbaine

../..



Une bonne panoplie d'armes

Côté armes et équipements, le bouclier anti-émeute se montrera très utile car il vous permettra d’avancer face à l’ennemi sans risquer d’être blessé ainsi que de l’assommer à bout portant. On aurait aimé pouvoir se protéger et tirer en même temps comme dans tout bon film, mais ce ne sera pas le cas, par contre il sera possible de recharger tout en étant à l’abri.

 

Urban Chaos : Violence Urbaine    Urban Chaos : Violence Urbaine

 

Au cours de vos missions tout votre arsenal pourra évoluer, que ce soit votre arme de poing (qui pourra recevoir des chargeurs de plus grandes capacités) ou votre bouclier anti-émeute qui deviendra plus léger et donc plus maniable. Cette évolution sera liée au nombre de médailles que vous remporterez au cours de vos missions, qui sera lui-même lié à votre façon de jouer.

 

Urban Chaos : Violence Urbaine      Urban Chaos : Violence Urbaine

 

En effet, comme dans toute police qui se respecte, vous serez noté sur vos " bonnes " et " mauvaises " actions. Par exemple, si vous tirez sur tout ce qui bouge, vous n’obtiendrez jamais les médailles du bon flic qui neutralise ses ennemis plutôt que de les supprimer. De plus, certains personnages, notamment les chefs de gang, devront être pris vivants afin de pouvoir débloquer certaines missions. Vous pourrez aussi obtenir les médailles de tireur d’élite ( pour les balles tirées dans la tête ) ou de bon enquêteur ( pour certains indices trouvés : des masques de hockey portés par les ennemis ).

 

Urban Chaos : Violence Urbaine    Urban Chaos : Violence Urbaine

 

Une fois la mission terminée, vous pourrez la recommencer autant de fois que vous le voudrez si vous souhaitez obtenir toutes les médailles possibles et par conséquent débloquer plus d’armes ou d’équipements.

../..



Counter Strike or not CS '

Côté multi-joueurs, Eidos nous propose deux modes, le LAN et Internet. Bien que le LAN ne soit pas très exploité ou exploitable sur console, c’est toujours sympa d’y avoir pensé.

Pour ces modes, nous nous retrouvons dans un " simulateur de combat urbain ", qui, sommes toutes, est un petit Counter Strike. Je dis petit car le nombre de cartes n’est pas énorme. Mais on s’y croirait vraiment, le type de mission ressemble à s’y méprendre à CS : T-ZERO doit défendre ses camions, les Burners doivent détruire ces camions, T-ZERO doit protéger une zone, les Burners doivent s’en emparer.

 

Urban Chaos : Violence Urbaine      Urban Chaos : Violence Urbaine (Small)

 

Les missions sont donc bien mais peu originales, de plus certaines cartes sont assez sombres et les adversaires sont difficilement identifiables.

Malgré cela, les graphismes sont de très bonne qualité et les mouvements très fluides. Bien qu’il y ait quelques bugs ( certains ennemis restent plantés devant vous sans rien faire ), l’ Intelligence Artificielle est bien gérée et vos collègues ( pompiers, ambulanciers et policiers ) ne sont jamais coincés par un caillou ou derrière une caisse.

 

Urban Chaos : Violence Urbaine      Urban Chaos : Violence Urbaine

 

Le scénario est bien mais commun ( vous gentils, eux méchants, eux faire des bêtises, vous donner la fessée, etc.) et quelques originalités auraient été les bienvenues.

 

Urban Chaos : Violence Urbaine      Urban Chaos : Violence Urbaine

 

Les dialogues sont, eux aussi, bons mais sont moins communs, en effet, j’ai bien cru entendre un de ces clones de Jason Vorhees dire qu’il allait faire quelque chose avec ma mère, que seul mon père devrait normalement faire. Ce qui est sympa c’est que l’on a enfin un jeu où les gros balèzes plein de muscles et d’armes ne nous parlent pas en nous traitant de méchants ou de vilains chenapans.

../..



Galerie d'images

Urban Chaos : Violence Urbaine XS     Urban Chaos : Violence Urbaine XS     Urban Chaos : Violence Urbaine XS

 

Urban Chaos : Violence Urbaine XS     Urban Chaos : Violence Urbaine XS     Urban Chaos : Violence Urbaine XS

 

Urban Chaos : Violence Urbaine XS     Urban Chaos : Violence Urbaine XS     Urban Chaos : Violence Urbaine XS

 

Urban Chaos : Violence Urbaine XS     Urban Chaos : Violence Urbaine XS     Urban Chaos : Violence Urbaine XS

 

Urban Chaos : Violence Urbaine XS     Urban Chaos : Violence Urbaine XS     Urban Chaos : Violence Urbaine XS

 

Urban Chaos : Violence Urbaine XS     Urban Chaos : Violence Urbaine XS



Conclusion

Bien que ce jeu ne soit pas une révolution en son genre, il est très sympathique et permet de passer de bons moments à punir les méchants voyous qui osent brûler nos voitures et insulter nos parents.

Urban Chaos : Violence Urbaine Jaquette

 

 

Le site web est bien pensé, on se croirait sur un site d’actualité qui nous parle des émeutes et autres faits divers vécus dans le jeu. Le gameplay très correct permettra de ne pas lâcher le jeu au bout de la deuxième mission.

 



Notes

  • Graphisme Les graphismes sont très corrects pour un jeu sur une console comme la PS2 qui commence à dater. On regrettera certaines cartes assez sombres avec des adversaires difficilement identifiables. Malgré cela, les graphismes sont de très bonne qualité et les mouvements très fluides.
    7/10
  • Bande son La bande son est sympatique surtout au niveau des dialogues, si on n?est pas trop susceptible.
    6/10
  • Jouabilité La jouabilité nous a plus que surpris pour ce FPS, notamment grâce à la bonne assignation des boutons de tirs et de sélection des armes.
    7/10
  • Durée de vie La durée de vie est suffisamment longue, mais est surtout réhaussée à cause de la difficulté en mode élite et à l?inconvénient de jouer avec une manette.
    5/10
  • Scénario Le scénario est assez commun (vous gentils, eux méchants, eux faire des bêtises, vous donner la fessée...) et ne permet malheureusement pas une immersion du joueur.
    5/10
  • Note générale Un jeu sympathique mais qui manque d?originalité. Heureusement le gameplay, les graphismes ainsi que l?ambiance en font un jeu sur lequel on peut s?attarder quelques temps. Mais ce ne sera sûrement pas un jeu que l?on ressortira une fois terminé.
    6/10
  • Partager ce contenu :
Vos commentaires
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire