Test Warriors Orochi 3

Le par Fabien H.  |  0 commentaire(s)
Warriors Orochi 3 - vignette

Connu de prime abord pour sa série Dynasty Warriors, le studio japonais Omega Force fait du beat'em all sa marque de fabrique. Aux côtés de sa série Samurai Warriors, la firme développe un spin-off baptisé Warriors Orochi. La sortie de ce troisième opus fait l'objet de nombreuses interrogations, notamment au niveau des évolutions qu'ils propose. Verdict dans ce test.

L'union fait la force

Depuis de nombreuses années, le studio de développement Omega Force travaille autour de Dynasty Warriors, sa principale franchise, ainsi que les séries qui en émanent. Dans l'absolu, l'équipe de développement se base sur un seul et même gameplay : le beat'em all. Ainsi, une véritable communauté de joueurs adhèrent au concept, tandis que d'autres critiquent amèrement le manque de variété dans les jeux développés. Moins connue que les licences Dynasty Warriors et Samurai Warriors, Warriors Orochi propose en quelque sortie un pot-pourri de contenu. En effet, ce spin-off intègre de nombreux personnages des séries sus-nommées, afin de proposer une véritable alliance contre le démon Orochi.

Avec Warriors Orochi 3, les concepteurs ne changent pas leur recette, puisqu'il s'agira à nouveau de regrouper un maximum d'alliés, dans l'optique de combattre une gigantesque hydre. C'est d'ailleurs cette dernière qui mettra notre trio de héros hors course dès la toute première mission du jeu, signant par la même occasion la domination grandissante des forces des ténèbres. Suite à cet échec cuisant forçant le repli général des armées alliées, vous rencontrerez un oracle qui indique notre destinée : celle de former une équipe de héros qui rétablira la paix dans le monde en exterminant les forces obscures. C'est alors qu'un subterfuge scénaristique vous permettra purement et simplement de remonter le temps, dans l'optique de sauver les héros normalement morts au combat face à l'adversité. Il vous suffira de vous téléporter dans ces batailles et de changer l'issue tragique de l'histoire.

Warriors Orochi 3 - 1 Warriors Orochi 3 - 2 

Dans l'absolu, le scénario de Warriors Orochi 3 n'est qu'un simple prétexte à vous lancer à corps perdu dans des batailles plus ou moins longues, comme Omega Force nous a habitué. L'histoire est également bien moins ficelée que celle d'un Dynasty Warriors ou d'un Samurai Warriors, puisque seuls quelques dialogues sans grand intérêt viendront introduire chaque affrontement, permettant d'avoir un aperçu sur les tenants et aboutissants. Les cut-scenes sont malheureusement bien trop rares et ne viennent finalement que ponctuer la fin de chaque chapitre du jeu. Sachant qu'il en existe quatre en tout, vous savez à quoi vous attendre. Enfin, il est utile de souligner que le jeu est sous-titré en anglais uniquement ( les voix demeurent toutefois en japonais ), ce qui pourrait désintéresser d'entrée de jeu les anglophobes.

Le titre nous laisse toutefois libre de choisir l'ordre des missions à effectuer - dans le cadre ou ces dernières sont débloquées – via un tableau chronologique récapitulatif. Entre chaque bataille, vous évoluerez dans votre camp allié qui s'agrandira au fil des chapitres pour accueillir l'ensemble des héros. Sachant qu'il y a 120 personnages à collecter, la durée de vie s'annonce plutôt bonne si vous souhaitez tous les récupérer. En effet, l'intérêt du soft se concentre dans le contenu qu'il propose, jouant la carte du fan-service en mixant des combattants de Dynasty Warriors, Samurai Warriors, mais également des invités de choix de Bladestorm : La Guerre de Cent Ans, Trinity : Souls of Zill O'll, mais aussi Ayane et Ryû Hayabusa de la licence Ninja Gaiden. Tout ce beau monde supplémentaire peut composer un réel intérêt pour les fans de ces sagas.

Warriors Orochi 3 - 3 Warriors Orochi 3 - 4 



Rien de nouveau

Le studio japonais Omega Force utilise depuis de nombreuses années les mêmes ficelles en matière de gameplay au sein de ses franchises. Tout comme ses deux prédécesseurs, Warriors Orochi 3 n'innovera en rien, puisqu'il s'agira toujours d'un beat'em all particulièrement rigide, mettant en avant des fonctionnalités en combat du même acabit que par le passé. En effet, chaque bataille offre la possibilité de sélectionner une équipe de trois héros. En appuyant simplement sur la gâchette correspondante, il sera possible de passer « à chaud » d'un combattant à l'autre. Cette mise en œuvre permet notamment de se sortir de mauvais pas, lorsqu'on essuie des combos ennemis par exemple. En parallèle, nous retrouvons tous les contrôles habituels de la série, à savoir les coups forts, les coups classiques – l'association des deux permettant d'enchaîner des combos – ainsi que le fameux Musou, suivant l'état de votre jauge.

Une jauge supplémentaire est présente, gérant les attaques combinées, faisant apparaître les trois personnages de votre équipe qui effectueront alors une série de coups dévastateurs sur les adversaires aux alentours. Cette attaque lourde de conséquence est surtout utile lorsque vous combattrez certains ennemis puissants tels que Susanoo, qui semblent quasi-invulnérables aux attaques classiques. On regrettera toutefois que certains attraits apportés avec Dynasty Warriors 7 ne soient pas au goût du jour, tout particulièrement le fait de changer d'arme en cours de mission, ou encore les transitions fluides entre les cut-scenes et les phases de gameplay. Aussi, nous nous retrouvons dans un cas de figure désormais obsolète, ce qui fera grincer les dents des fans.

Warriors Orochi 3 - 5 Warriors Orochi 3 - 6 

Bien évidemment, vos combattants pourront toujours glaner de l'expérience au fil de leurs victoires, chaque niveau améliorant la jauge d'attaque, de défense, ou encore de Musou. De plus, il sera possible de concevoir vos propres armes par le biais du forgeron de la base alliée. Ce dernier permettra de combiner des équipements récoltés sur les officiers ennemis tués. En sus de la gestion de la compatibilité avec votre combattant et l'indication de dégâts, les armes sont largement avantagées lorsqu'elles sont équipées de gemmes. Ces dernières, directement serties dans certaines armes, peuvent être fusionnées à d'autres par le biais des habilités du forgeron. C'est ainsi qu'il est possible d'améliorer drastiquement les dégâts infligés, mais aussi ajouter des effets supplémentaires tels que le gel ou encore le feu. Il est également possible d'acheter des armes au prix fort, mais cet usage devient rapidement peu utile, étant donné que vous récoltez de très nombreuses armes au combat ( ainsi qu'à la loterie, si un allié vous offre gracieusement un ticket en fin de bataille ), qui peuvent être fusionnées entre-elles. Ainsi, l'usage de la monnaie est particulièrement limitée. Nous aurions apprécié une gestion plus avancée de l'équipement, afin d'apporter une richesse supplémentaire.

Autre élément important qu'il faut prendre en compte : la gestion des relations entre les officiers. Cette fonction peut paraître anodine, mais elle se révèle rapidement très utile en combat. Par exemple, deux personnages disposant d'une parfaite entente s'accordent parfaitement au cours d'une mission, puisque l'un viendra automatiquement en aide à l'autre en cas de difficulté. L'amélioration de relations entre les personnages s'effectue bien évidemment pendant les batailles, mais également par la possibilité d'organiser des banquets à plus ou moins grande échelle – et plus ou moins coûteux – pour améliorer de nombreuses relations dans un même temps.

Warriors Orochi 3 - 7 Warriors Orochi 3 - 8 



Manque d'ambition ?

Pour les amateurs des productions Omega Force, il est clair que Warriors Orochi les laissera sur leur faim. En effet, le soft est en deçà de la qualité des récentes productions du studio japonais, faisant l'impasse pure et simple sur les améliorations apportées avec les différentes versions de Dynasty Warriors 7. Bref, ce n'est pas sur le gameplay que le soft tirera ses meilleurs arguments, mais très certainement sur son contenu assez important, même si la partie solo composée de quatre chapitre ne revêt pas de la même prestance ni de la même longévité que celle d'un Dynasty Warriors ou d'un Samurai Warriors. C'est surtout les quelques 120 personnages qui formeront le fer de lance du soft, surtout que certains d'entre eux sont issus de licences extérieures – mais sous le label Tecmo Koei.

Malgré tout, Warriors Orochi 3 cherche à toucher au multijoueur en ligne en sus de l'éternel écran partagé à deux. Il est donc possible de parcourir les missions déjà finalisées avec un autre joueur online, ce se révèle bien évidemment moins rébarbatif qu'en solo ou la répétitivité est rapidement perceptible. Toutefois, il est clair qu'à l'heure de l'écriture de ce test, les serveurs demeurent désespérément vides. Pour enrichir davantage la durée de vie, le jeu arbore un éditeur de missions plutôt sommaire et finalement assez rapidement dispensable, malheureusement.

Warriors Orochi 3 - 9 Warriors Orochi 3 - 10 

Comme la plupart des jeux de ce studio de développement, ce n'est aucunement la partie graphique qui joue un rôle majeur dans son intérêt. Seulement, si Warriors Orochi est légèrement moins bien fini sur la partie graphique que les récentes productions du studio, il est important de noter qu'il faudra composer avec un clipping de tous les instants, faisant parfois apparaître / disparaître des adversaires à quelques centimètres de notre personnages... Cette lacune, récurrente dans la plupart des missions, devient extrêmement gênante, puisqu'il est possible de passer à côté de certains adversaires importants à occire. Bref, il s'agit ici d'une petite régression, accentuée par un manque de charisme certain de la plupart des officiers ennemis. Ces derniers étant pour la plupart des démons, force est de constater que les développeurs ne se sont pas foulés pour nous proposer des créatures au design spécifique, mais des duplications ayant des noms différents. Bref, voilà de quoi ajouter une lassitude supplémentaire.

Que retenir de ce Warriors Orichi 3 ? Très certainement un beat'em all disposant de peu d'arguments en sa faveur, puisqu'il reprend entièrement une formule déjà vue et revue par le studio de développement Omega Force. Il est également question d'une régression au niveau du gameplay vraiment pas au niveau des récentes productions de la firme nipponne, ainsi que des lacunes techniques qui ternissent le confort de jeu. Il en reste évidemment la possibilité d'incarner 120 personnages, au sein de missions une fois de plus répétitives et sporadiquement mises en scène. En bref, s'il vous faut un beat'em all à la sauce japonaise, tournez-vous plutôt vers une version de Dynasty Warriors 7, Warriors Orochi 3 étant avant tout destiné aux inconditionnels de ces franchises, malgré un gros laxisme en matière d'innovation.

Warriors Orochi 3 - 11 Warriors Orochi 3 - 12 



+ Les plus
  • 120 personnages dont certains inédits
  • Présence d'un mode multijoueur en ligne
  • Voix japonaises
- Les moins
  • Techniquement en retrait
  • Gameplay décevant
  • Gestion de l'équipement pas assez poussé
  • Éditeur de mission peu intéressant
  • Sous-titres en anglais

Notes

  • Graphisme Si les titres signés Omega Force n'ont jamais brillé par leur réalisation technique, force est de constater que Warriors Orochi 3 reste en deçà des dernières productions du studio. Les textures sont peu étoffées, les polygones manquent à l'appel et le clipping atteint un réel niveau d'inconfort. En effet, il n'est pas rare de voir disparaître des ennemis à proximité de votre personnage, démontrant que l'optimisation du moteur graphique est encore non appliqué.
    6/10
  • Bande son Les bruitages du jeu se révèlent corrects dans l'ensemble, reprenant la bibliothèque de sons habituels de Dynasty Warriors et consorts. Bien évidemment, l'ensemble manque de profondeur, mais il est important de noter que nous profitons de voix japonaises d'office, à défaut de disposer d'une traduction des textes en français. Enfin, les musiques du jeu offrent pour le coup davantage de diversité en esquivant assez souvent le rock pour des compositions plus atypiques, tantôt désagréables, tantôt très adaptées aux batailles.
    6/10
  • Jouabilité Dans l'absolu, Warriors Orochi 3 est une réelle régression des récentes productions d'Omega Force, puisque la prise en main n'offre pas les dernières innovations telles que le changement d'armes en cours de bataille, ainsi que les transitions sans coupures entre les phases de gameplay et les cut-scenes. Hormis ces éléments, le titre a strictu sensu la même prise en main que les autres franchises du studio japonais, avec toute la rigidité habituelle.
    6/10
  • Durée de vie Souvent un argument de premier choix pour la plupart des jeux du studio, la durée de vie pour le coup assez moyenne, en raison d'un unique mode histoire qui ne se découpe qu'en quatre chapitres, sans réel autre mode à effectuer. Ce n'est que la collecte des 120 personnages qui pourra agrémenter les heures de jeu, aux côtés d'un mode multijoueur en local et en ligne et un éditeur de missions anecdotique.
    6/10
  • Scénario Nettement moins développé que celui de ses deux principales franchises, l'histoire de Warriors Orochi 3 n'est finalement qu'un prétexte à effectuer des affrontements, avec des pirouettes scénaristiques permettant à nos trois héros de départ de voyager dans le passé par la volonté d'un oracle, dans l'optique de remporter les batailles passées et ainsi sauver la vie des nombreux héros du jeu. En plus d'être en anglais, le jeu n'arbore que de rares cut-scenes, préférant des dialogues parfois insipides pour introduire les batailles.
    4/10
  • medaille
    Note générale Très clairement, Warriors Orochi 3 ne s'adresse qu'aux fans absolus des beat'em all signés Omega Force. En effet, le titre ne dispose pas réellement d'arguments en comparaison avec les autres productions du studio, à l'exception des très nombreux personnages à débloquer. Le soft se veut techniquement en retrait et arbore un gameplay désormais obsolète au vu des innovations apportés avec Dynasty Warriors 7. Le mode multijoueur en ligne, pourtant attendu par les joueurs, n'est finalement pas aussi grisant qu'escompté, faute à l'obligation de refaire les mêmes missions qu'en solo. Enfin, l'éditeur de mission manque de consistance, ce qui atténue sensiblement son intérêt.
    6/10
  • Partager ce contenu :
Vos commentaires
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire