Test Wheelman

Le par Nathalie M.  |  0 commentaire(s)
Test Wheelman

A l'affiche actuellement dans Fast and Furious 4, Vin Diesel l'est aussi dans ce titre. On le savait amateur puis producteur de jeux vidéo et ce Wheelman n'est autre que l'une de ses œuvres. L'acteur n'ayant jamais fait de films d'auteur, préférant de loin les grands scénarios hollywoodiens bourrés d'action et d'effet spéciaux, on retrouve à peu près le même cocktail sur console. Wheelman se montre donc assez basique et ne vole pas toujours très haut, malgré les cascades.

Le jeu vidéo hollywoodien

Vin Diesel n'est pas acteur à tourner dans les films intelligents et profonds, et s'il a dans sa carrière joué parfois des rôles plus percutants que d'autres, l'image que l'on a de lui nous le montre bien souvent dans des films à gros budget rarement approfondis. C'est dans ce genre qu'il semble se sentir le mieux, une passion qui se répercute d'ailleurs dans le choix des productions vidéoludiques. Wheelman n'échappe pas à la règle et vous propose donc de l'action, des cascades, des armes à feux, des femmes, des belles voitures et un langage de charretier. Et celui qui fait la loi ici, c'est naturellement Vin Diesel, très fort et presque immortel d'ailleurs tant il en faut pour le mettre à mal.

Wheelman Wheelman (1)

Donc, Vin Diesel, alias Milo Burik (un air de ressemblance avec Niko Bellic ?), est un agent infiltré à Barcelone. L'homme farfouille dans le milieu de la pègre, ne se fait pas que des amis, mais apprend surtout à se faire respecter. Milo est vraiment trop fort et met facilement tout le monde à ses pieds, et ce même si vous êtes une pauvre tâche en matière de jeu vidéo. Du côté du scénario, comme tout mauvais film d'action qui se respecte, il se montre quasiment inexistant, vide, et d'une banalité effarante. Vous vivez le jeu au gré des missions qui vous sont demandées, le titre n'arrivant pas à vous faire distinguer les tenants et les aboutissants de l'histoire. En gros, ne réfléchissez pas trop, contentez-vous de conduire et de foncer dans le tas, c'est encore ce que le jeu a de mieux à vous proposer.

Wheelman (4) Wheelman (5)



Un GTA-Like sans saveur

De l'action, vous n'en manquerez pas, mais vous en aurez aussi vite fait le tour. Wheelman se présente comme un GTA-Like, auquel on a mis les courses de voitures sur le devant de la scène. Barcelone est votre terrain de jeu. Ne faites pas comme nous à chercher des endroits familiers dans la ville, des quartiers de la vraie ville de Barcelone, vous n'en trouverez pas. Les développeurs ne sont pas attardés à tenter de donner une quelconque ressemblance à la ville originelle. Vous êtes à Barcelone comme vous pourriez être dans une City quelconque que cela ne ferait pas de grosse différence.
Mais les développeurs ont peut-être choisi une ville européenne pour des raisons pratiques. Les villes du Vieux Continent sont nettement plus à taille humaine que ce qu'il se fait en Amérique, de ce fait, les quartiers et le terrain de jeu sont nettement moins grands. Comme le titre n'affiche pas une durée de vie extraordinaire, il ne nécessitait pas de disposer d'une grosse mégalopole.

Wheelman (2) Wheelman (3)

Le déroulement du titre s'expose véritablement comme celui d'un GTA-Like. On vous donne des missions, principales et secondaires, à vous de choisir ce dans quoi vous souhaitez vous lancer. Les missions principales ne changent pas et ont toujours pour but de vous faire avancer dans l'histoire et d'arriver au bout du jeu. Les secondaires ont normalement pour objectif de diversifier votre partie en vous proposant différents challenges. Ici, les défis ne sont pas nombreux mais pourtant répétés plusieurs fois. N'apportant finalement aucun attrait à la mission principale, vous finirez vite par les mettre de côté, privilégiant le jeu en lui-même plutôt que ces à-côtés inutiles. Il fallait cependant bien trouver une idée pour offrir une durée de vie plus longue au jeu...

Wheelman (9) Wheelman (8)

Ces missions secondaires vous demanderont donc très souvent de faire le taxi, qui sans surprises vous fait emmener un client d'un point A à un point B dans un temps limité. Autre défis, celui de récupérer des véhicules plus ou moins volés ou à voler, et de les ramener au garage, là aussi dans un temps limité. Les courses de voitures sont également de la partie,  comme les contre-la montre, les destructions d'objets en ville, la récupération d'objets bonus... Pas de quoi se relever la nuit.



En voiture, c'est mieux

Tout n'est pas à jeter dans ce titre. Malgré le peu d'enthousiasme dont nous faisons preuve, il faut bien avouer que le titre a réussi à nous procurer quelques instants de plaisir. Ces instants, c'est surtout en voiture qu'on les a vécus. Vin étant un chauffeur émérite, la mécanique du jeu tourne pour l'essentiel autour des véhicules, des courses et de la vitesse. Les développeurs ont donc apporté à cet aspect du jeu quelques techniques de gameplay assez jouissives.

Wheelman (7) Wheelman (6)

La première technique à apprendre, ce sont les violents coups de volant donnés à votre véhicule pour que ce dernier aille heurter les voitures que vous suivez ou qui vous pourchassent. Une technique barbare mais efficace qui donnera lieu, après un peu d'acharnement quand même, à une magnifique explosion de votre adversaire. Voilà ce par quoi le jeu commence et qui affiche la couleur : vous foncez dans le tas, votre voiture ne craint presque rien tellement les véhicules se montrent résistants et vous envoyez valser tout ce qui se met sur votre passage.

Wheelman (13) Wheelman (12)

Et puis si votre véhicule ne vous plaît plus, que sa tenue de route vous indispose, que vous trouvez qu'une Smart ça ne fait vraiment pas classe, vous pourrez décider en cours de route d'en changer. Pas besoin de vous garer, d'attendre qu'un autre véhicule passe pour l'emprunter gentiment à son propriétaire. Nous sommes dans un jeu d'action avec Vin Diesel, ici, on ne compte pas fleurette ! Vin, alias Milo, est chauffeur mais aussi cascadeur. Vous pourrez donc, de votre véhicule lancé à pleine vitesse, sauter sur celui devant vous, jeter son conducteur dehors et en prendre le contrôle, et ce sans jamais vous arrêter. C'est beau, c'est fort, cela s'appelle du Airjack. La technique est en plus un jeu d'enfant et l'on s'amuse à répéter la manoeuvre, rien que pour la beauté du geste.

Wheelman (11) Wheelman (10)

Une fois que vous aurez acquis les armes à feu dans le jeu, vous pourrez, et encore une fois, toujours en pleine conduite, éliminer vos adversaires en leur tirant dessus. Facile direz-vous, il suffit de baisser la vitre, d'empoigner le volant d'une main et de tirer de l'autre. Nous, on vous répète que vous jouez avec Vin Diesel, il faut donc voir plus grand. Votre voiture, avec la technique du cyclone, opère un virage à 180° sur elle-même, vous vous retrouvez face à l'ennemi qui vous pourchasse et là, la technique du Tir Précis entre en  jeu, vous n'avez plus qu'à viser votre cible (le titre vous mâche le travail) et le tour est joué. Votre véhicule reprend son chemin, votre ennemi, lui, vient de faire une bien jolie pirouette... On s'amuse donc en voiture, même si à la longue le gameplay se révèle répétitif. Mais on aime aussi de temps un temps un jeu un peu bourrin qui vous propose des techniques peu communes.

Wheelman (17) Wheelman (16)

En revanche, là où on ne s'amuse plus, c'est quand Vin se retrouve à pied. Le héros n'est clairement pas programmé pour ça, mais doit quand même faire face à des phases de tir. Celles-ci se montrent particulièrement laborieuses et heureusement que notre homme est presque invincible. Il encaisse les balles comme personne sans jamais faiblir. Le plaisir éprouvé en voiture est terni par ces phases dont on aurait largement pu se passer.

Wheelman (15) Wheelman (14)

Enfin et pour finir, Vin a à sa disposition une large palette de véhicules. On ne vous conseillera que trop de tous les tester, surtout le petit Vespa qui sied parfaitement à la carrure du héros. On oublie l'aspect réaliste du jeu, il n'y en a pas du tout. Les accidents en deux roues ne sont pas plus mortels qu'en quatre et ne font même pas bouger Vin de sa selle. Profitez, foncez dans le tas, seul le côté défoulant du jeu apporte un vrai plaisir.



Galerie d'images

Wheelman (15) Wheelman (18)

Wheelman (22) Wheelman (21)

Wheelman (20) Wheelman (19)

Wheelman (27) Wheelman (26)

Wheelman (25) Wheelman (24)

Wheelman (23) Wheelman (31)

Wheelman (30) Wheelman (29)

Wheelman (28) Wheelman (36)

Wheelman (35) Wheelman (34)

Wheelman (33) Wheelman (32)

Wheelman (41) Wheelman (40)

Wheelman (39) Wheelman (38)

Wheelman (37) Wheelman (45)

Wheelman (44) Wheelman (43)

 



Conclusion

WheelmanTout n'est donc pas à jeter dans Wheelman, mais ce qui nous plaît un court instant est malheureusement bien trop éphémère pour nous faire apprécier le jeu dans sa globalité. Les développeurs et Vin Diesel en particulier ont fait le choix d'offrir aux joueurs un jeu tourné vers l'action. Vous vous retrouvez donc avec un titre extrêmement basique, dont tous les mécanismes ne sont pas bien huilés. On ne reproche pas au titre de ne proposer que de l'action pure, on lui reproche surtout de mal la proposer.

Techniquement parlant, le jeu se montre inférieur à la moyenne des jeux du genre sur Xbox 360. Et on ne parle pas du scénario... Le jeu divertit un temps mais n'enthousiasme pas. Le constat est vite fait : le titre se montre trop vide et pas encore assez percutant pour mériter meilleure critique. A se procurer d'occasion donc.

Wheelman est disponible à partir de 42,95 €.

 

 



+ Les plus
  • Des phases de conduite sympathiques
  • Vraie impression de vitesse
  • Diversité des véhicules
- Les moins
  • Nombreuses missions identiques
  • Phases à pied laborieuses
  • Scénario décousu

Notes

  • Graphisme Les développeurs ont porté un soin particulier à modéliser presque parfaitement Vin Diesel. La ressemblance est troublante mais on est frappé du coup par le manque d'attention laissée au reste du jeu. D'un côté, il y a le héros, superbe, et puis il y a le reste, à qui on a laissé des miettes. Le reste, ce sont les décors, la variété des environnements, la modélisation des autres personnages, leurs animations... Et là, on est en deçà de ce que les jeux "honnêtes" proposent aujourd'hui sur la 360. Et ce n'est pas la mine patibulaire de Vin Diesel qui arrivera à vous faire oublier le reste.
    4/10
  • Bande son Montez le son et écoutez le doublage en français des personnages et de Vin Diesel en particulier. L'acteur américain nous déploie une voix sortie d'outre-tombe, monocorde, très "brrrrr il fait peur", qu'on finit par en rire. Vin Diesel n'est pas mal, mais mieux vaut qu'il n'ouvre pas trop la bouche. Quant aux thèmes musicaux, on apprécie les interventions de musiques classiques, mais les amateurs de rap ou de rock trouveront aussi leur compte.
    5/10
  • Jouabilité C'est dans les phases de conduite, de courses poursuites, bref, dès que Vin se trouve derrière un volant, que le jeu se montre appréciable. Avec des techniques de tir, de cascades et des pics de vitesse vraiment intéressants, on prend du plaisir sur ce point du jeu. En revanche, à pied et dans les phases de tir, le gameplay devient nettement plus laborieux.
    6/10
  • Durée de vie Wheelman se targue de vous proposer en plus de l'aventure principale, des missions secondaires. Ces dernières se révèlent vite être d'une banalité affligeante, qui plus est répétitive. Bref, si le jeu semble afficher un contenu à la GTA-Like, ce n'est qu'une impression. Vous vous contenterez vite au final de ne faire que les missions principales, vous tenant ainsi en action sur moins de dix heures de jeu.
    5/10
  • Scénario Vin Diesel joue le rôle d'un agent infiltré dans les rues de Barcelone. Il y fait sa place en tant que "chauffeur" et amasse un certains nombres d'informations utiles. On le sent en quête d'une mission, mais on ne distingue pas vraiment laquelle. Le scénario n'est pas le point fort du jeu, les développeurs ayant préféré tout miser sur l'action...
    5/10
  • Note générale Mise à part quelques phases de conduite assez jouissives, et encore, juste un temps, Wheelman n'arrive pas à faire décoller notre enthousiasme. Vin Diesel est assez pathétique dans son rôle, on rit à l'entendre parler et le scénario dans lequel il s'est engagé ne se montre jamais très crédible. Le titre de Midway se montre assez plat, comme un très mauvais film d'action que la sixième chaîne française pourrait nous passer en seconde partie de soirée. Ce Wheelman là est bien loin de se joindre à la cour des grands.
    4/10
  • Partager ce contenu :
Vos commentaires
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire