Twitter propose de poursuivre la discussion et envisage l'orange pour les fake news

Le par  |  4 commentaire(s)
Twitter

Twitter continue ses efforts visant à faciliter les discussions sur sa plateforme et pour expérimenter de nouveaux moyens de lutte contre la désinformation.

Toujours dans sa quête de faciliter et favoriser les discussions, Twitter se dote d'une possibilité d'ajout d'un tweet à un ancien tweet. Une manière d'ajouter une discussion à un ancien message ou de " poursuivre la discussion. "

Pour procéder, il suffit lors de la rédaction d'un nouveau tweet d'opter pour un ancien tweet auquel connecter le nouveau message.

Dans un tout autre registre, Twitter a confirmé à NBC News explorer une énième solution pour lutter contre la désinformation et donner davantage de contexte à des tweets sur la plateforme.

NBC News avait découvert une démo où des actualités trompeuses et des fake news sont signalées de manière très visible par un bloc orangé qui les suit et accompagné d'un avertissement. Un tel système concernerait principalement des personnalités publiques et politiques.

nbc-news-twitter-message-fact-checking-signalement

La validité du signalement pourrait venir de fact-checkers et de journalistes avec un compte vérifié sur la plateforme, voire avec la contribution d'utilisateurs qui participeraient à une inititiative s'inspirant du modèle de l'encyclopédie libre collaborative Wikipédia.

À ce stade, rien ne dit que ce genre de système sera effectivement mis en œuvre.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #2091811
Si c'est implémenté, j'espère que nos gouvernants aiment l'orange.
Le #2091812
Ils vont devoir la charte des couleurs.
twitter, l'oiseau orange.
Le #2091857
tient ça me rappelle la révolution orange en Ukraine.
https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9volution_orange


Le #2091859
Les entreprises de vente de données personnelles de masse (aussi appelées "réseaux sociaux") sont vraiment le cul entre deux chaises, entre cette nécessité de ne pas créer de mouvement de foule virtuel fuyant un environnement lui étant devenu hostile ou en tout cas suspect, et un pouvoir qui aimerait bien une baguette magique pour rendre à nouveau inoffensif, invisible, le "toujours causant".

Cela donne, en apparence en tout cas, des idées pas si mauvaises d'outils participatifs, et s'ils jouent le jeu, ça pourrait être bénéfique pour tout le monde. Sauf pour le pouvoir, qui lui a arrêté de jouer le jeu démocratique depuis belle lurette, étant totalement émancipé du peuple.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
Anonyme