Uber banni d'Italie

Le par  |  54 commentaire(s)
Uber-logo

La justice italienne a finalement tranché en faveur des taxis traditionnels et annoncé la fin du service Uber sur son territoire.

Uber en Italie, c'est fini ! Alors que la présence du service de VTC dans l'hexagone fait toujours débat et que la firme est toujours sous le coup de plusieurs enquêtes, chez nos voisins transalpins, Uber vient d'être déclaré illégal.

Uber se voit donc chasser d'Italie sur décision de justice, contraint de stopper toute activité sur le territoire (Uber X, XL, Black, Lux, SUV, Select et Van). Le verdict rendu ce 7 avril fait également mention de l'interdiction pure et simple de faire de la publicité ou promotion pour son activité.

Uber

La justice avait été saisie suite à la gronde des services de taxis italiens pour concurrence déloyale. Uber a immédiatement partagé son étonnement lors de l'annonce du verdict : "Nous allons faire appel de ce jugement basé sur une loi vieille de 25 ans. Le gouvernement italien ne peut plus perdre de temps et doit désormais décider s'il veut rester ancré dans le passé ou s'il veut permettre aux Italiens de bénéficiers des nouvelles technologies". Dans le même temps, les taxis se sont dits satisfaits de la décision. Uber dispose de 10 jours pour faire appel ou mettre fin à ses activités, sans quoi la société sera condamnée à une amende de 10 000 euros par jour.

Depuis son arrivée en Europe, Uber pose problème dans de nombreux pays, les taxis traditionnels voyant d'un mauvais oeil les chauffeurs privés qui n'ont pas à détenir de licence spécifique pourtant facturée au prix fort par le gouvernement. Entre défaut de formation ou assurances peu adaptées à l'activité, les chauffeurs d'Uber sont largement décriés par les professions de transport. Mais eux aussi ne sont pas sans revendications, notamment du point de vue des revenus versés par Uber jugés trop faibles.

En France, l'Urssaf mène une enquête pour travail dissimulé et cherche à requalifier le statut des chauffeurs, présentés comme indépendants pour échapper au cadre légal qui entoure la profession de chauffeur de taxi.

Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 6

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1960795
Uber banni d'Italie, pas besoin de rajouter le T à banni
Le #1960796
"Nous allons faire appel de ce jugement basé sur une loi vieille de 25 ans. Le gouvernement italien ne peut plus perdre de temps et doit désormais décider s'il veut rester ancré dans le passé ou s'il veut permettre aux Italiens de bénéficiers des nouvelles technologies"

ils manquent pas de culot Uber, ils violent la loi et quand il se font gauler au lieu de s'écraser ils prétendent que la loi est périmée
Le #1960801
Moi ce que je trouve étrange c'est que els chauffeurs n'aient pas pensé à faire leur propre application, gérée par un syndicat. A but non lucratif. La population serait prête à quitter Uber dans ce cas. Et si leur argumentation semble étrange ils sont dans le vrai : marre des monopoles. La population devrait applaudir Uber qui enfin remet un peu de concurrrence. Et je signale que les plaques des taxis, en France, ont été DONNEES par les pouvoirs publics. Ils ne les vendent pas. Ce sont les chauffeurs qui ont spéculé dessus en les revendant, histoire de se remplir encore plus les poches. Marrre bis. Perso. si j'étais au gouvernement je pondrai une application, la filerai à une entreprise publique qui gèrerait ça avec quasiment aucun profit et prendrais une taxe sur toutes les courses redistribuée aux derniers taxis ayant acheté une plaque. Taxe qui partirait une fois els palques payées. Puis concurrence (loyale du coup) généralisée.
Le #1960803
bazic a écrit :

Uber banni d'Italie, pas besoin de rajouter le T à banni


Il y a un petit triangle noir avec un point d'exclamation en fin de news pour les petites erreurs de frappe
Le #1960811
bazic a écrit :

Uber banni d'Italie, pas besoin de rajouter le T à banni


Je me disais aussi, qui est ce Monsieur d'Italie ?
Le #1960817
Encore un régulateur qui n'a rien compris…
la relève est deja la...
Open source, et gratuite : http://libretaxi.org/
Le #1960822
cycnus a écrit :

Moi ce que je trouve étrange c'est que els chauffeurs n'aient pas pensé à faire leur propre application, gérée par un syndicat. A but non lucratif. La population serait prête à quitter Uber dans ce cas. Et si leur argumentation semble étrange ils sont dans le vrai : marre des monopoles. La population devrait applaudir Uber qui enfin remet un peu de concurrrence. Et je signale que les plaques des taxis, en France, ont été DONNEES par les pouvoirs publics. Ils ne les vendent pas. Ce sont les chauffeurs qui ont spéculé dessus en les revendant, histoire de se remplir encore plus les poches. Marrre bis. Perso. si j'étais au gouvernement je pondrai une application, la filerai à une entreprise publique qui gèrerait ça avec quasiment aucun profit et prendrais une taxe sur toutes les courses redistribuée aux derniers taxis ayant acheté une plaque. Taxe qui partirait une fois els palques payées. Puis concurrence (loyale du coup) généralisée.


+1000 !

C'est pas Uber qui est en cause, c'est une conséquence ! C'est la conséquence d'un service de MERDE de la part des taxis, dont les gens ne veulent plus.
Pourquoi ne font-ils pas de même eux-même ? Pourquoi garder un système compliqué, cher, inefficace ?
Pour mémoire l'idée du service Uber est venu à l'esprit de son créateur en France, alors qu'il avait essuyé 3 refus de taxis à son arrivée à l'aéroport

Uber devrait payer les impôts qu'il doit dans chaque pays puis dégager ces dinosaures.
S'il y a bien une profession que je hais le plus c'est celle-ci. Ils ont eu des licences gratuites et ont commencé à se les revendre pour se faire des bénefs et maintenant viennent pleurer qu'ils ont des frais
Le #1960848
cycnus a écrit :

Moi ce que je trouve étrange c'est que els chauffeurs n'aient pas pensé à faire leur propre application, gérée par un syndicat. A but non lucratif. La population serait prête à quitter Uber dans ce cas. Et si leur argumentation semble étrange ils sont dans le vrai : marre des monopoles. La population devrait applaudir Uber qui enfin remet un peu de concurrrence. Et je signale que les plaques des taxis, en France, ont été DONNEES par les pouvoirs publics. Ils ne les vendent pas. Ce sont les chauffeurs qui ont spéculé dessus en les revendant, histoire de se remplir encore plus les poches. Marrre bis. Perso. si j'étais au gouvernement je pondrai une application, la filerai à une entreprise publique qui gèrerait ça avec quasiment aucun profit et prendrais une taxe sur toutes les courses redistribuée aux derniers taxis ayant acheté une plaque. Taxe qui partirait une fois els palques payées. Puis concurrence (loyale du coup) généralisée.


C'est clair...
Le #1960855
Il faudrait faire pareil en France mais elle n'a pas le courage, elle l'aura quand d'autres pays l'auront déjà fais à sa place.
Le #1960866
Barbak a écrit :

Il faudrait faire pareil en France mais elle n'a pas le courage, elle l'aura quand d'autres pays l'auront déjà fais à sa place.


Interdire Uber et garder le système de merde actuel ?
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]