Unis contre la triche : Phil Spencer appelle à un ban cross-platform

Le par Mathieu M.  |  1 commentaire(s)
Phil Spencer Xbox One

La triche sur les jeux en ligne est un véritable fléau que le secteur du jeu vidéo peine à endiguer, c'est pourquoi Phil Spencer (Xbox) apelle à une unification des différents acteurs pour une réponse plus efficace.

A chaque sortie d'un jeu vidéo proposant un mode multijoueur en ligne, les studios et éditeurs promettent tout mettre en oeuvre pour ne pas permettre aux tricheurs de sévir. Et systématiquement, les jeux les plus populaires finissent par être pollués par des joueurs qui n'hésitent pas à utiliser des outils pour obtenir un avantage déloyal sur leurs adversaires.

Phil Spencer Xbox One

Qu'il s'agisse d'utiliser des glitches, des Aimbots ou des ESP, les tricheurs gâchent l'expérience des joueurs légitimes. Le phénomène est tel que les tricheurs arrivent parfois à eux seuls à démolir la réputation d'un jeu et à faire ou défaire le succès des éditeurs.

Pour Phil Spencer, le patron du département Xbox chez Microsoft, la situation implique une prise de conscience globale de tout le secteur, mais aussi une alliance. Interviewé par le New York Times, ce dernier explique qu'il souhaite mettre en place un système dans lequel un utilisateur banni sur un jeu ou une plateforme le serait également automatiquement sur tous les autres jeux et plateformes.

En clair, un tricheur repéré sur Warzone sur Xbox Series en train de tricher pourrait être banni du jeu, mais également du même jeu sur PS5 et PC, voire même être banni automatiquement d'autres jeux du même éditeur.

Activision met déjà ça en place : les plus grosses sanctions impliquent un bannissement du compte sur tous les jeux de l'éditeur.

Le système proposé par Phil Spencer est utopique : difficile de s'assurer de l'identité d'un joueur sur des plateformes différentes. Il est également peu probable que Sony partage des informations sur ses joueurs avec Microsoft... Par ailleurs un tel système pourrait également freiner les ventes de titres du coté des éditeurs si le curseur était trop restrictif.

  • Partager ce contenu :
Complément d'information

Vos commentaires

Trier par : date / pertinence
Le #2154551
Je ne croise jamais de tricheurs. Ah oui, je joue seulement hors ligne, "a l ancienne".
mokocchi away Absent Héroïque icone 859 points
Le #2154569

Le système proposé par Phil Spencer est utopique : difficile de s'assurer de l'identité d'un joueur sur des plateformes différentes. Il est également peu probable que Sony partage des informations sur ses joueurs avec Microsoft...



C'est là que le couplage d'un appareil (via une puce de sécurité dans l'appareil adopté en tant que standard industriel et certifié par les gouvernements) à un service "distributed identity ledger" qui permet de vérifier l'identité de l'utilisateur pourrait voir le jour dans le futur. Ca va dans la narrative "pro-surveillance au nom de la sécurité/intégrité de la personne". En voyant où va le monde, ce ne serait même plus surprenant que ces systèmes de surveillance deviennent obligatoire...
Le prérequis TPM (et plus tard Microsoft Pluton) pour Windows est peut être un des premiers pas en ce sens.

Il y a des sondages qui disent qu'une grande majorité de personnes veulent en finir avec l'anonymat sur les réseaux sociaux, et pour eux, ce dispositif pourrait aussi résoudre ce problème. Les gens pourront rester sous pseudo, mais pourront facilement être recoupés à travers des réseaux ou appareils différents avec un tel système. Il est encore relativement facile de se créer une boite email et d'obtenir un n° de téléphone, mais pour ce dernier point, le Simswap peut être utilisé comme moyen d'usurpation, car un téléconseiller télécom n'est pas incorruptible et/ou peut être sujet à être trompé. Avec des intermédiaires et une distribution totalement sous contrôle et traçable, le facteur humain ne serait plus que du passé...théoriquement.

Avec le "trust platform" justifié par des utilisateurs qui veulent plus de sécurité, en évoquant simplement des scandales eSports et un marché de la triche valorisé à quelques milliards de $ en crypto, ça en ferait un argument de plus pour la surveillance totale...

Mais il ne faut pas se leurrer, aucun système est totalement infaillible, et ça va poser de sérieux problèmes pour les bureaucrates qui ne sont pas forcément à jour niveau technologie.
Le #2154592
"Il y a des sondages qui disent qu'une grande majorité de personnes veulent en finir avec l'anonymat sur les réseaux sociaux"

Ca irait plus vite d en finir avec les reseaux sociaux tout simplement, mais je suis peut etre le seul a le penser.
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire