Visites pédagogiques dans les Apple Store : l'Education Nationale condamne

Le par  |  22 commentaire(s)
Zurich Apple Store

Suite à un reportage diffusé au journal de 20h sur France 2, l'Éducation nationale s'insurge contre les sorties scolaires réalisées dans les Apple Store. Pourtant, la pratique est en place depuis de nombreuses années...

Apple organise depuis plusieurs années des sorties scolaires dans ses propres Apple Store. L'objectif de ces sorties n'est pas d'encourager les scolaires à acheter les produits de la marque (ou indirectement) mais de les initier à la programmation et au code numérique.

La marque californienne tente ainsi de susciter des vocations dans un secteur d'avenir où le personnel qualifié fait cruellement défaut, notamment en France. Or,en apprenant l'existence de ce genre de sorties suite à la diffusion d'un reportage au journal de 20 H de France 2, certains parents s'insurgent.

Ainsi, nombreuses ont été les réactions partagées sur Internet de parents révoltés face à ce type de sorties pédagogiques. Mais l'affaire est également montée plus haut encore, jusqu'à Paul Devin, inspecteur de l'Éducation nationale qui a indiqué que ce type de sorties n'avaient pas raison d'être, qu'il fallait conserver "un principe de neutralité" et qu'"il n'y a pas besoin d'Apple pour enseigner"...

Même situation pour le secrétaire général de la SNPI-FSU, un des syndicats principaux de l'Éducation nationale qui, en parlant du directeur de l'école ayant mis en place cette sortie précise qu' "un fonctionnaire, dans l’exercice de ses fonctions, ne peut pas faire de la promotion pour un objet commercial".

Le Ministère de l'Éducation nationale a indiqué lancer une enquête. Pour le directeur de l'école en question, la polémique est ridicule : "Une sortie sur le codage, ça rentre dans les programmes, donc je l’autorise. Le fait que ça se passe dans un Apple Store m’a un peu posé question, c’est du privé, y a un côté publicité. Mais les élèves ne repartent pas avec des flyers non plus !"

Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 3

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #2008786
c'est vrai que la limite est assez etroite, mais dans ce cas, quand est ce qu'on s'occupe des cantine sponsorisées ? des machines à café ? des dons aux écoles ? ...

bref, c'est un peu tripotage de nouille cette histoire
Le #2008788
Au début, je me disais que jamais je ne signerai une autorisation de sortie pour un apple store.
Puis, je me dis que finalement, mes enfants pourraient bien troller en y allant avec un de mes T-Shirts.
Le #2008789
yam103 a écrit :

Au début, je me disais que jamais je ne signerai une autorisation de sortie pour un apple store.
Puis, je me dis que finalement, mes enfants pourraient bien troller en y allant avec un de mes T-Shirts.


Qu'est-ce que MacOS sinon un Unix qui a réussi à investir les foyers...
Le #2008792
Faudrait qu'ils m'expliquent à l'EN en quoi c'est différent de la carte blanche/partenariat avec Microsoft…
Le #2008802
C'est certain que pour apprendre à coder, le meilleur endroit c'est un Apple Store !!! pfffffff

La remarque du directeur de l'école soulève le problème numéro 1: le personnel enseignant n'a aucune formation numérique et pour la grande majorité on est au niveau débutant (voire dans l'ignorance totale, expérience vécue à l'appui).

En général, ils 'savent" surfer, consulter leurs mails, utiliser LO ou Word pour faire leurs documents (fiches de prep perso ou documents à donner aux élèves), un tableur c'est déjà beaucoup plus rare. Voilà le niveau moyen, chez certains c'est encore plus faible. Alors, comprendre l'informatique, l'algorithmique, afin de l'enseigner, on en est très très loin.

Il y a évidemment un problème de formation qui est d'ailleurs le même problème que celui des maths (Villani a pointé très justement ces défaillances et compte imposer 100h de formation en math info aux nouveaux arrivants). Ce qui serait souhaitable c'est aussi une revalorisation nécessaire salariale pour attirer des candidats plus qualifiés à ces posts cruciaux pour la jeunesse.
Le #2008803
lidstah a écrit :

Faudrait qu'ils m'expliquent à l'EN en quoi c'est différent de la carte blanche/partenariat avec Microsoft…


Apple n'a pas une part majoritaire dans l'utilisation des logiciels.

Microsoft est dominant, logique que les élèves l'apprennent.
Le #2008805
J'ajoute qu'apprendre à coder ne nécessite pas d'être sous un OS particulier.
D'ailleurs ils sont censés apprendre du scratch qui s'utilise en ligne depuis n'importe quelle plateforme. Idem avec geogebra et LO.

A ce propos, comme le rabâchent tous les profs d'info: apprendre l'informatique c'est savoir s'adapter à n'importe quel logiciel ou plateforme grâce à des concepts. On n'apprend pas Calc mais on apprend ce qu'est un tableur, on n'apprend pas Visual C++ on apprend d'abord les concepts de programmation objet, ensuite on choisit un langage adapté, ensuite on choisit un compilateur pour ce langage. On n'apprend pas photoshop ou gimp, on apprend les concepts liés à la retouche, ensuite les algos de traitement de base puis on choisit un outil pour le faire.

Un des gros problèmes de l'informatique c'est que beaucoup de gens se sont auto formés sur le tas et que les bases ne sont pas là. Dans l'urgence des besoins, beaucoup de ces personnes sont malheureusement devenues des référents.
Le #2008807
lidstah a écrit :

Faudrait qu'ils m'expliquent à l'EN en quoi c'est différent de la carte blanche/partenariat avec Microsoft…


Là, dans le cas Apfel, c'est à peine caché.

Dans le cas de Microsoft, y'a eu arrosage aux plus hauts sommets de l'Etat;
Le matériel et le logiciel est utilisé, dans les murs de l'école, et sans faire de pub trop ostentatoire (mais je ne sais pas trop comment cela se passe dans les faits).
Le #2008811
La formation des instits arrive.
Le CRPE (concours d'entrée des enseignants du primaire) contient maintenant une partie du le codage avec scratch. Les épreuves commencent aujourd'hui en RP, je croise les doigts.
Le #2008816
Oui yam et c'est urgent ! La preuve avec cette news.

Cela dit, sans revalorisation salariale ça va être compliqué d'attirer des profils compétents (déjà rien qu'en orthographe, le niveau est catastrophique : chez les 10 derniers stagiaires de ma femme, les rapports contiennent en moyenne une à deux fautes par phrase, sans même parler de la syntaxe ou de la ponctuation)
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme