Actualité GNT : ce que vous avez peut-être manqué

Le par  |  0 commentaire(s)
Logo résumé actualité

Comme chaque lundi, redécouvrez les faits qui ont marqué l'actualité de la semaine précédente et que vous avez peut-être manqués.

Parmi les faits à retenir de la semaine précédente, on rappellera le – très modeste – bilan pour la Hadopi et la levée de boucliers qui s'opère face au projet Google Class.

On pourra également évoquer la condamnation d’un internaute qui avait insulté Jean-François Copé sur Twitter, une plainte déposée contre Twitter et l’arrestation de deux hackers.

Sur ce, bonne lecture et bon début de semaine sur GNT.


Deux hackers détournent des cartes bancaires pour s'offrir 40 000 dollars de cartes-cadeaux : les hackers ne perpétuent pas leurs méfaits que sur la Toile, et certains basculent dans la délinquance de façon assez surprenante. Ainsi, un duo de pirates vient d'être interpellé pour avoir élaboré un système leur ayant permis de détourner 40 000 dollars en cartes-cadeaux de la chaîne de restauration rapide Subway.


Seulement quelques dizaines de dossiers transmis à la justice : dans le cadre de la réponse graduée, la Hadopi a transmis entre 20 et 30 dossiers au Parquet. De quoi faire sourire ses détraqueurs qui souligneront la goutte d’eau que cela représente par rapport aux plusieurs millions d’euros de budget alloués.


Le mouvement anti-Google Glass s'intensifie sur la toile : après le premier bar de Seattle à avoir déclaré la guerre au projet de lunettes Google Glass, c'est une véritable organisation qui s'installe à l'encontre du dispositif du géant de Mountain View.


Internaute condamné, mais pas de tweets d'excuses : Jean-François Copé a fait condamner un internaute qui l'avait insulté sur le service de microblogging Twitter. L'accusé écope d'une amende de 150 euros avec sursis sans les 466 tweets d'excuses demandés par l'avocat du plaignant.


Twitter attaqué en justice, 38,5 millions d’euros réclamés : dans l'affaire des tweets antisémites, l'UEJF reproche à Twitter de ne pas avoir identifié les auteurs comme ordonné par le tribunal de grande instance de Paris. L'association attaque le service de microblogging au pénal et lui réclame 38,5 millions d'euros.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]