Un amendement à la LME pour étendre la couverture ADSL

Le par  |  4 commentaire(s)
Dégroupage

La Loi sur la Modernisation de l'Economie a été votée il y a une dizaine de jours à l'Assemblée. Un sénateur a déposé récemment un amendement qui pourrait modifier le paysage du haut débit en France. Avec le dégroupage des sous-répartiteurs, des zones jusqu'alors non ou mal couvertes pourraient se voir proposer le haut débit ou des services supplémentaires.

DégroupageC'est The Inquirer qui a révélé le week-end dernier l'existence d'un amendement qui pourrait favoriser le déploiement de l'ADSL dans les zones non couvertes. Philippe Leroy, sénateur UMP a en effet profité de la Loi sur la Modernisation de l'Economie (LME) pour proposer que les FAI  soient autorisés à dégrouper les sous-répartiteurs. Cette possibilité aurait dû être effective depuis 2000 et une décision de l'Union Européenne allant dans ce sens.

Actuellement, seuls les répartiteurs, NRA, peuvent en effet être dégroupés pour y introduire des DSLAM. France Télécom, encadré par l'ARCEP propose aux collectivités le NRA-ZO, permettant d'étendre la couverture ADSL à partir des sous-répartiteurs. Cependant, il revient aux collectivités de financer une partie de ce déploiement. L'amendement viserait donc à offrir la possibilité aux opérateurs alternatifs d'utiliser les locaux des sous-répartiteurs afin qu'ils puissent y proposer des services xDSL. Plus concrètement, cela signifierait une meilleure couverture des zones qui n'ont toujours pas accès au haut débit. Cela permettrait aussi une augmentation des débits et l'accès aux services habituellement réservés aux personnes proches du NRA, comme la télévision par ADSL.


Le WiMAX pourrait en pâtir
wimax londresLe grand perdant pourrait être le WiMAX, dont l'adoption se fait toujours attendre, et qui a souvent été présenté comme une alternative à l'ADSL pour couvrir les zones blanches. Avec les sommes actuellement investies dans la fibre optique pour les grandes villes, il est possible que les opérateurs préfèrent la solution du dégroupage des sous-répartiteurs plutôt que la mise en place du WiMAX. Le coût de chacune des solutions pèsera lourdement. De plus, les équipements compatibles WiMAX prennent leur temps, même si les plates-formes mobiles Centrino 2 et Puma devraient amorcer une première percée d'ici quelques mois.

Notons que les zones blanches sont logiquement moins rentables que les zones à forte densité démographique. Il faut donc que les opérateurs décident d'y investir pour que l'on observe une réelle avancée. Le bon point, c'est qu'en l'absence actuelle de haut débit pour les ménages résidant dans ces zones, le premier qui dégroupera risquerait bien de remporter un nombre conséquent de nouveaux abonnés.

L'amendement a été accepté par la Commission Mixte Paritaire le 18 juillet dernier et sera discuté demain à l'Assemblée. En cas de confirmation, il ne restera plus qu'à attendre que la LME entre en vigueur pour, peut-être, voir le paysage du haut débit doucement bousculé.
Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #281361
Si l'idée est bonne, monsieur Leroy n'aurait-il pas été un peu aidé par les opérateurs de téléphonie mobile ?
db
Le #281421
La non couverture des zones non dense, c'est pas un problème technique, mais financier:

Ca rapporte pas assez à court ou moyen terme par rapport aux investissements nécessaires.

Déja les NRA avec plusieurs milliers de personnes sont rarement dégroupés, alors espérer que ça se fera à partir des sousrépartiteur (avec quelques pécos dessus), faut vraiment réver....


La seule solution pour que ces zones soient couvertes correctement, avec les mêmes services, ça serait un qu'un service publique gère l'ensemble du réseau, et en loue l'acès aux FAI.

Le #281591
"La seule solution pour que ces zones soient couvertes correctement, avec les mêmes services, ça serait un qu'un service publique gère l'ensemble du réseau, et en loue l'acès aux FAI."

Ca me parait évident que ça devrait être comme ça... vraiment ça me rend perplexe qu'on aille dans le sens contraire.
Le #281601
« La seule solution pour que ces zones soient couvertes correctement, avec les mêmes services, ça serait un qu'un service publique gère l'ensemble du réseau, et en loue l'acès aux FAI. »

Tout à fait !

La société France Télécom devrait redevenir 100 % publique et ne s’occuper que des réseaux. Mais cela doit impliquer un séparation nette et franche de FT et Orange. Orange ne doit plus être une société privée appartenant à FT : Orange ne doit plus appartenir à FT.
Point.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]