Apple : brevet pour désactiver les usages non autorisés

Le par  |  6 commentaire(s)
apple_logo

Parmi les nombreux brevets déposés par Apple pour iOS, il en est un qui doit permettre d'identifier et de désactiver les usages considérés comme non autorisés, à l'image du jailbreak, légalisé depuis peu.

apple_logoSi Apple a jusqu'à présent toléré le jailbreak de ses appareils mobiles, cette technique qui consiste à débloquer les terminaux en vue d'y installer des applications non autorisées par le fabricant pour divers motifs, cela ne l'empêche pas de préparer des mesures pour s'en protéger.

Dans le lot des nombreuses demandes de brevets relatives à son système d'exploitation mobile iOS, l'une d'entre elles, proposée en février dernier, décrit une méthode pour identifier les utilisateurs ayant modifié de façon logicielle et leur appareil et pour éventuellement en bloquer l'utilisation à distance.

Si ce futur brevet peut être utilisé pour désactiver des terminaux qui auraient été perdus ou volés, et protéger ainsi les données sensibles qu'il pourrait contenir, il serait également capable de déterminer si un terminal mobile Apple a été jailbreaké, avec la possibilité ultime de le bloquer.

Cela va jusqu'au repérage d'éléments comme le fait d'ôter la carte SIM ( qui pourrait suggérer un désimlockage ) ou l'augmentation de la consommation de la RAM en tant qu'indicateur possible de l'utilisation d'un programme de hack ou qu'un utilisateur non autorisé est en train de se servir de l'appareil.


Le jailbreak a changé de statut aux Etats-Unis

Cependant, ce scénario jusqu'au-boutiste a peu de chances d'être appliqué, le jailbreak venant d'une certaine façon d'être légalisé aux Etats-Unis via une exception à la loi DMCA sur les droits numériques.

Il n'est donc plus possible de faire un amalgame entre ceux qui jailbreakent leur appareil pour accéder à des applications légales mais non proposées sur l' App Store et ceux qui le font pour pirater des applications commerciales.

Apple maintient cependant l'annulation de sa garantie sur les terminaux ayant subi un jailbreak et s'est dit très déçue de la décision de considérer le jailbreak comme un " fair use " pour l'utilisateur, avec l'argument principal du risque pour la sécurité de la plate-forme.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #679621
"l'argument principal du risque pour la sécurité de la plate-forme."

Ah, oui clair, le fait de "jailbreaker" un iPhone fait courir un énorme risque à l'AppStore c'est évident enfin, pourquoi personne ne s'en est rendu-compte ???

Et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d'alu...
Le #679651
la plateforme en question, c'est l'iPhone, pas l'AppStore.
Le #679661
Bonjour,

Message à l'auteur de l'article, il ne faut pas confondre information et fantasme.
Le brevet concerne les usageRS non autorisés et non les usages. Ca concerne un utilisateur non habituel (vol) de l'iPhone.
Si un tel brevet concernant les USAGES est bien déposé, merci d'en apporter la preuve en citant des sources fiables.

Copie à revoir

Cordialement
Le #679741
@ ph0
Si l'article dit vrai, je ne vois pas comment l'augmentation de la consommation RAM ou même le changement de carte SIM permettraient de déduire avec certitude le vol de l'appareil.
Après tout, on me vole le téléphone : je déclare son vol : on bloque l'appareil.
Ce brevet n'a, à mes yeux, pas d'intérêt pour cela. Mais pour quoi alors ?
Le #679791
@tof67
Bonjour,

Le brevet en question est celui ci

http://appft1.uspto.gov/netacgi/nph-Parser?Sect1=PTO1&Sect2=HITOFF&d=PG01&p=1&u=%2Fnetahtml%2FPTO%2Fsrchnum.html&r=1&f=G&l=50&s1=%2220100207721%22.PGNR.&OS=DN/20100207721&RS=DN/20100207721

SYSTEMS AND METHODS FOR IDENTIFYING UNAUTHORIZED USERS OF AN ELECTRONIC DEVICE

C'est USERS et non USE

Et le passage le plus intéressant

"The patent application describes how certain activities performed on a device such as an iPhone could be indicative of "suspicious behavior" that could reveal unauthorized usage of the device. In particular, Apple describes how voice, facial, or heartbeat recognition could be used to confirm whether a user is authorized to have access to a given device. Upon detection of an unauthorized user, the system could limit access to sensitive data stored on the device while working to gather information (photos, voice recording, location, screenshots) on the user in order to determine his or her identity."

Donc j'en reviens à une mauvaise interprétation de l'auteur de l'article avec un brin de fantasme sur l'activité Big Brother de la pomme.

Moins de sensationnalisme plus de réalité...

Cordialement
Le #679941
@graveen
Bah, l'iPhone est un objet, et non une "plate-forme", le système d'exploitation à la rigueur, bien que les échanges qui passe par lui ne servent qu'à gérer le matériel...

Donc à part l'AppStore, je ne vois pas d'autre "plate-forme"...

Bref.

Ce qui prête à confusion dans cet article c'est le pragraphe :
"Dans le lot des nombreuses demandes de brevets relatives à son système d'exploitation mobile iOS, l'une d'entre elles, proposée en février dernier, décrit une méthode pour identifier les utilisateurs ayant modifié de façon logicielle et leur appareil et pour éventuellement en bloquer l'utilisation à distance."

Si on l'enlève c'est bon. ;-)
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]