iPhone 5 : des ventes en France comme l'iPhone 4S l'an dernier

Le par  |  7 commentaire(s) Source : Les Echos
iPhone 5 04

Problème de pénurie, engouement en baisse, évolution du marché mobile ? Les ventes de l'iPhone 5 ne seraient pas supérieures à celles de l'iPhone 4S l'an dernier.

Les opérateurs mobiles s'attendaient à une nouvelle folie des ventes de l'iPhone avec le lancement de l'iPhone 5 le 21 septembre dernier, mais le premier bilan après trois semaines de commercialisation est mitigé, rapporte le journal Les Echos.

Après une forte demande la première semaine, le rythme de vente est revenu au même niveau que celui de l'iPhone 4S l'an dernier alors que les opérateurs s'attendent à une demande significativement plus forte que l'an passé.
Ils notent également que l'arrivée de l'iPhone 5 n'a pas affaibli la demande pour le Samsung Galaxy S III, le groupe coréen trouvant là enfin de quoi résister efficacement à Apple, voire de quoi se positionner préférentiellement aux yeux des opérateurs.

iPhone 5 04 Si l'on peut y voir peut-être un début de désaffection, il faut aussi tenir compte du fait que les stocks d'iPhone 5 sont faibles et limitent donc les volumes de vente. Un problème qui a faussé les attentes des analystes sur les trois premiers jours de la commercialisation de l'iPhone quand Apple a annoncé avoir évoulé 5 millions de son nouveau smartphone...quand les observateurs attendaient quelques millions de plus.

Se repose d'ailleurs la question des priorités d'Apple en matière d'approvisionnement et d'une préférence donnée à ses boutiques Apple Store ( 13 magasins en France ) mais aussi d'une stratégie plus globale qui pousse le groupe de Cupertino à alimenter les marchés US et Chine de façon privilégiée.

Mais les fêtes de fin d'année approchant et le rythme de production de l'iPhone 5 atteignant sa vitesse de croisière, les ventes pourraient être restimulées en fin d'année, même si la poussée des offres low cost sans subvention du téléphone en France modifie le paysage du marché mobile.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1051852
j'analyse plutot el fait que 5 déclinaisons similaires d'un smartphone, dans un milieu trés dynamique, commencent à lasser les utilisateurs classiques. L'effet de mode se tasse un peu (rien d'inquiétant pour Apple, mais difficile de faire passer toutes les versions d'iPhone pour une révolution).
Le #1051882
"les stocks d'iPhone 5 sont faibles"

Perso partout ou je vais il y a des iphone 5 en stock
C'est peut-être le début de la chute libre ?

Meme si je n'aime pas du tout apple et ses fanboys sans cerveaux, je pense que les ventes devraient rester au niveau d'android.
La concurrence c'est ce qui permet les évolutions, sinon les fabricants on tendance à se reposer sur leurs acquis...
Le #1051912
Il est encore trop tôt pour juger des ventes réelles d'Apple sur cette fin d'année mais je dis et je répète depuis des années à présent que l'éco-système d'Apple en fait une marque totalement à part que ce soit pour la micro informatique, les baladeurs, les smartphones ou les tablettes.

Le fait de proposer un système complètement verrouillé où l'utilisateur est prisonnier d'une seule marque et des seuls outils que cette marque met à sa disposition implique que cette marque soit suffisamment exceptionnelle pour justifier de telles sacrifices pour toucher une majorité de gens.

Les macs par exemple n'ont jamais réussi à convaincre le grand public et leur utilisation reste marginale avec un public très spécifique souvent pro qui s'en sert surtout comme vitrine de sa réussite mais n'utilise qu'un ou deux logiciels au final.

L'iPod a été un gros succès malgré un prix prohibitif car l'objet a déchaîné les passions en proposant un design, une innovation dans l'interface et des capacités technique que la concurrence a eu du mal à copier.

C'est ce modèle qui a permit à Apple de connaître le succès qu'on sait avec l'iPhone dans un marché qu'ils ont pratiquement crée même si certains modèles confidentiels proposaient des options similaires, aucun n'alliait esthétique, innovation et technologie haut de gamme comme l'iPhone 3 a pu le faire.

Pour conserver cette position de leader, Apple a du faire la course en tête en proposant un iPhone 4 encore plus bluffant que les précédents et ça a encore fonctionné surtout car on parlait plus d'iPhone que de smartphone en 2009. Devenu leader du marché la question du choix de la marque et de la fermeture du système ne se posait plus. l'iPhone était un cran au dessus du reste et ça justifiait certains sacrifices de la part du consommateur.

Seulement innover tout le temps est très compliqué surtout quand on est tout seul face à une concurrence qui a eu le temps de créer sa propre histoire avec des valeurs plus universelles et la sortie d'un iPhone 4S décevant (alors qu'on attendait le 5) et d'un iPhone 5 qui n'apporte plus aucune innovation vont sans doute sonner le glas de la success story d'Apple dans la téléphonie mobile. Selon moi et contrairement à ce que tous les cabinets d'analyse projettent, sa part de marché devrait tendre vers les 10% dans les années qui viennent.

Même les dirigeants d'Apple (Steve Jobs en tête) avaient compris que la difficulté c'est de durer et que la marque ne pourrait conserver le leadership très longtemps.

En lançant l'iPad l'idée était bien évidemment de prendre le contrôle de la micro informatique grand public à court terme (moins de 5 ans) en utilisant les mêmes recettes que pour l'iPod et l'iPhone. Beaucoup n'ont pas cru à l'avenir des tablettes à ce moment mais il est compliqué aujourd'hui, moins de trois ans plus tard, d'imaginer un futur sans elles et la "magie" Apple a fonctionné une fois de plus puisque la marque est archi leader sur un marché qu'elle a elle-même initié avant les autres (des marques existaient mais personne n'y prêtait attention).

Mais à moins de changer sa philosophie, ce qui ne risque pas d'arriver de sitôt, je ne vois pas ce qui permettrait à Apple de rester à cette position dominante sur une longue période (plus de 5 ans). Apple devra donc se trouver d'ici 2015 un nouveau marché si la pomme veut éviter de redevenir une marque presque comme les autres.

Le soucis c'est que la convergence implique aussi des marchés de moins en moins diversifiés et que je doute que Apple ait encore beaucoup de surprises dans son chapeau.
Anonyme
Le #1052092
spamnco a écrit :

Il est encore trop tôt pour juger des ventes réelles d'Apple sur cette fin d'année mais je dis et je répète depuis des années à présent que l'éco-système d'Apple en fait une marque totalement à part que ce soit pour la micro informatique, les baladeurs, les smartphones ou les tablettes.

Le fait de proposer un système complètement verrouillé où l'utilisateur est prisonnier d'une seule marque et des seuls outils que cette marque met à sa disposition implique que cette marque soit suffisamment exceptionnelle pour justifier de telles sacrifices pour toucher une majorité de gens.

Les macs par exemple n'ont jamais réussi à convaincre le grand public et leur utilisation reste marginale avec un public très spécifique souvent pro qui s'en sert surtout comme vitrine de sa réussite mais n'utilise qu'un ou deux logiciels au final.

L'iPod a été un gros succès malgré un prix prohibitif car l'objet a déchaîné les passions en proposant un design, une innovation dans l'interface et des capacités technique que la concurrence a eu du mal à copier.

C'est ce modèle qui a permit à Apple de connaître le succès qu'on sait avec l'iPhone dans un marché qu'ils ont pratiquement crée même si certains modèles confidentiels proposaient des options similaires, aucun n'alliait esthétique, innovation et technologie haut de gamme comme l'iPhone 3 a pu le faire.

Pour conserver cette position de leader, Apple a du faire la course en tête en proposant un iPhone 4 encore plus bluffant que les précédents et ça a encore fonctionné surtout car on parlait plus d'iPhone que de smartphone en 2009. Devenu leader du marché la question du choix de la marque et de la fermeture du système ne se posait plus. l'iPhone était un cran au dessus du reste et ça justifiait certains sacrifices de la part du consommateur.

Seulement innover tout le temps est très compliqué surtout quand on est tout seul face à une concurrence qui a eu le temps de créer sa propre histoire avec des valeurs plus universelles et la sortie d'un iPhone 4S décevant (alors qu'on attendait le 5) et d'un iPhone 5 qui n'apporte plus aucune innovation vont sans doute sonner le glas de la success story d'Apple dans la téléphonie mobile. Selon moi et contrairement à ce que tous les cabinets d'analyse projettent, sa part de marché devrait tendre vers les 10% dans les années qui viennent.

Même les dirigeants d'Apple (Steve Jobs en tête) avaient compris que la difficulté c'est de durer et que la marque ne pourrait conserver le leadership très longtemps.

En lançant l'iPad l'idée était bien évidemment de prendre le contrôle de la micro informatique grand public à court terme (moins de 5 ans) en utilisant les mêmes recettes que pour l'iPod et l'iPhone. Beaucoup n'ont pas cru à l'avenir des tablettes à ce moment mais il est compliqué aujourd'hui, moins de trois ans plus tard, d'imaginer un futur sans elles et la "magie" Apple a fonctionné une fois de plus puisque la marque est archi leader sur un marché qu'elle a elle-même initié avant les autres (des marques existaient mais personne n'y prêtait attention).

Mais à moins de changer sa philosophie, ce qui ne risque pas d'arriver de sitôt, je ne vois pas ce qui permettrait à Apple de rester à cette position dominante sur une longue période (plus de 5 ans). Apple devra donc se trouver d'ici 2015 un nouveau marché si la pomme veut éviter de redevenir une marque presque comme les autres.

Le soucis c'est que la convergence implique aussi des marchés de moins en moins diversifiés et que je doute que Apple ait encore beaucoup de surprises dans son chapeau.


Je suis tout à fait d'accord avec tout ça.
Mais j'ajouterai un détail. On parle de la France, mais je constate, étant à Montréal, tout autre chose.
Certes, je n'ai pour le moment vu qu'un seul iPhone 5 et 2 GS3, mais à côté de ça, au moins 80% des smartphones vu dans le métro sont des iPhone 4 ou 4S.
Le #1052392
Mike-63 a écrit :

spamnco a écrit :

Il est encore trop tôt pour juger des ventes réelles d'Apple sur cette fin d'année mais je dis et je répète depuis des années à présent que l'éco-système d'Apple en fait une marque totalement à part que ce soit pour la micro informatique, les baladeurs, les smartphones ou les tablettes.

Le fait de proposer un système complètement verrouillé où l'utilisateur est prisonnier d'une seule marque et des seuls outils que cette marque met à sa disposition implique que cette marque soit suffisamment exceptionnelle pour justifier de telles sacrifices pour toucher une majorité de gens.

Les macs par exemple n'ont jamais réussi à convaincre le grand public et leur utilisation reste marginale avec un public très spécifique souvent pro qui s'en sert surtout comme vitrine de sa réussite mais n'utilise qu'un ou deux logiciels au final.

L'iPod a été un gros succès malgré un prix prohibitif car l'objet a déchaîné les passions en proposant un design, une innovation dans l'interface et des capacités technique que la concurrence a eu du mal à copier.

C'est ce modèle qui a permit à Apple de connaître le succès qu'on sait avec l'iPhone dans un marché qu'ils ont pratiquement crée même si certains modèles confidentiels proposaient des options similaires, aucun n'alliait esthétique, innovation et technologie haut de gamme comme l'iPhone 3 a pu le faire.

Pour conserver cette position de leader, Apple a du faire la course en tête en proposant un iPhone 4 encore plus bluffant que les précédents et ça a encore fonctionné surtout car on parlait plus d'iPhone que de smartphone en 2009. Devenu leader du marché la question du choix de la marque et de la fermeture du système ne se posait plus. l'iPhone était un cran au dessus du reste et ça justifiait certains sacrifices de la part du consommateur.

Seulement innover tout le temps est très compliqué surtout quand on est tout seul face à une concurrence qui a eu le temps de créer sa propre histoire avec des valeurs plus universelles et la sortie d'un iPhone 4S décevant (alors qu'on attendait le 5) et d'un iPhone 5 qui n'apporte plus aucune innovation vont sans doute sonner le glas de la success story d'Apple dans la téléphonie mobile. Selon moi et contrairement à ce que tous les cabinets d'analyse projettent, sa part de marché devrait tendre vers les 10% dans les années qui viennent.

Même les dirigeants d'Apple (Steve Jobs en tête) avaient compris que la difficulté c'est de durer et que la marque ne pourrait conserver le leadership très longtemps.

En lançant l'iPad l'idée était bien évidemment de prendre le contrôle de la micro informatique grand public à court terme (moins de 5 ans) en utilisant les mêmes recettes que pour l'iPod et l'iPhone. Beaucoup n'ont pas cru à l'avenir des tablettes à ce moment mais il est compliqué aujourd'hui, moins de trois ans plus tard, d'imaginer un futur sans elles et la "magie" Apple a fonctionné une fois de plus puisque la marque est archi leader sur un marché qu'elle a elle-même initié avant les autres (des marques existaient mais personne n'y prêtait attention).

Mais à moins de changer sa philosophie, ce qui ne risque pas d'arriver de sitôt, je ne vois pas ce qui permettrait à Apple de rester à cette position dominante sur une longue période (plus de 5 ans). Apple devra donc se trouver d'ici 2015 un nouveau marché si la pomme veut éviter de redevenir une marque presque comme les autres.

Le soucis c'est que la convergence implique aussi des marchés de moins en moins diversifiés et que je doute que Apple ait encore beaucoup de surprises dans son chapeau.


Je suis tout à fait d'accord avec tout ça.
Mais j'ajouterai un détail. On parle de la France, mais je constate, étant à Montréal, tout autre chose.
Certes, je n'ai pour le moment vu qu'un seul iPhone 5 et 2 GS3, mais à côté de ça, au moins 80% des smartphones vu dans le métro sont des iPhone 4 ou 4S.


Bien sûr, les iPhones 3 GS et 4 se sont très bien vendus il y a 2/3 ans permettant à Apple de devenir archi leader du marché des écrans tactiles (on ne voyait pratiquement que des iPhones dans la rue et ils restent très présent) et le 4S s'est également bien vendu. Ce que je dis concerne surtout l'évolution de ce marché.
Pour ma part j'ai vu 3 iPhones (4 ou 4S) sur une table pas plus tard que mardi dernier et chez moi il y a un Apple pour un Motorola mais je pense qu'on verra proportionnellement de moins en moins d'iPhones en circulation et de plus en plus de marques sous Android et parfois sous Windows Phone si MS s'ils ne lâche pas tout comme ils ont lâché le zune il y a qques années.

Voilà un lien qui permet d'éliminer les parasites des graphiques généralement diffusés sur le web et qui confirme que Apple est en grande difficulté face à la concurrence d'Android sur smartphones et que le scénario pourrait se reproduire sur tablette.

http://betanews.com/2012/07/24/nexus-7-will-lead-android-tablets-to-overtake-ipad/
Le #1059782
Les chiffres des USA ne sont pas bons non plus ! Les ventes d'iPhone 5 sont en dessous des prévisions et les analystes revoient tous leurs chiffres à la baisse.
L'excuse de l'approvisionnement a l'air de bien marcher puisque c'est ce que AT&T qui vend 77% d'iPhones (leur marque fétiche) avance pour expliquer des chiffres moins bons que prévus.

Plus personne ne parle de 50 millions d'iPhones vendus en 3 mois...
Le #1061412
Confirmé à l'instant : Apple fait pratiquement le même volume de ventes qu'au précédent trimestre ! Du jamais vu pour un trimestre qui comporte le lancement d'un nouveau modèle (même si c'est sur une petite partie du trimestre).

Les ventes d'iPad plongent !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]