Archos : Henri Crohas, son fondateur, se met en retrait sur fond de crise

Le par  |  1 commentaire(s)
Archos 101 01

Malgré une réorganisation récente de son activité, l'année 2012 a été éprouvante pour le spécialiste français des tablettes Archos. Son PDG et fondateur Henri Crohas cède les fonctions exécutives à Loïc Poirier.

Le champion des français Archos connaît des hauts et des bas ces dernières années. Après des moments difficiles en 2008-2009, il avait retrouvé de la vigueur en 2010-2011, profitant du succès du segment des tablettes tactiles et d'une refonte de son organisation pour en améliorer l'efficacité.

L'année 2012 s'est révélée beaucoup plus difficile, alors que le marché est en train de se structurer et amène les fabricants à descendre en prix. Si Archos pouvait évoluer dans un espace des tablettes à moins de 350 € laissé vacant par le champion du secteur Apple, l'année écoulée a vu plusieurs acteurs s'attaquer au créneau des tablettes à 200 dollars / 200 €, ajoutant une forte pression.

Fin 2012, la société a dû annoncer un nouveau plan de restructuration et une sévère réduction de ses effectifs. Le bilan de l'année écoulée est rude, avec un chiffre d'affaires en baisse de 10%, à 154 millions d'euros, et une perte nette de 38,7 millions d'euros, contre un bénéfice de 5,7 millions d'euros un an auparavant.

logoarchos Henri Crohas, fondateur (Archos est l'anagramme de Crohas) et PDG de la société, prend acte de cette évolution et annonce se mettre en retrait des fonctions exécutives à partir du 1er mai en transférant les fonctions de directeur général à Loïc Poirier (il était jusqu'à présent directeur général délégué), tandis qu'il conservera le poste de président du conseil.

La fonction de PDG au sein d'Archos se trouve donc scindée dans les deux postes. Henri Crohas s'occupera désormais plus spécifiquement des orientations stratégiques du groupe, avec un redéploiement de la R&D entre ses ressources européennes et chinoises sur trois axes : tablettes thématiques, smartphones et domotique.

Au passage, cela confirme la volonté de la société de s'inviter sur le segment des smartphones, ce qu'elle avait tenté de faire il y a quelques années avant de renoncer, faute de trouver les partenariats adéquats chez les opérateurs. Elle pourrait retenter sa chance prochainement avec une nouvelle offre.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1237522
Si ils font des téléphone portable 100% made in France et de qualité ( genre Wiko ) alors je me fait pas de soucis pour eux, ils auront du succès dans l'hexagone
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]