Les contenus illégaux en ligne de mire en Australie

Le par  |  4 commentaire(s)
Flag_of_Australia

Le gouvernement australien a déclaré la guerre aux contenus illégaux sur Internet. Un filtrage important, prévu depuis 2007, commence à être testé avant une mise en place chez les différents FAI du pays. Un projet qui sera sans aucun doute étudié au niveau international, dans le cadre de l'ACTA.

Flag_of_AustraliaNous vous avons parlé récemment de la plainte déposée par sept studios à l'encontre du troisième FAI d'Australie, iiNet, pour n'avoir pas assez " activement " lutté contre les échanges P2P de ses abonnés. Le pays des kangourous est également sous les feux de la rampe pour la mise en place prochaine d'un système de filtrage assez conséquent, prévu depuis l'année dernière.

Financé à hauteur de 150 millions de dollars, le projet inclut une liste noire de sites et contenus " dangereux " à filtrer. C'est une autorité gouvernementale qui se chargera de concevoir et mettre à jour cette liste qui reste pour le moment secrète. Si d'un côté, le procédé est présenté comme un moyen de rendre Internet plus sûr et de lutter contre la pédo-pornographie, il existe un certain flou concernant les autres contenus  qualifiés d' " indésirables ". Il s'agirait en effet de bloquer l'accès à tout contenu illégal et il n'est pas certain que les réseaux P2P y échappent.

Pour l'association des fournisseurs d'accès à Internet du pays, ces mesures vont coûter cher et ne seront pas efficaces car facilement détournées. De plus, les FAI assurent que le débit devrait être ralenti d'environ 30 %, ce qui n'est pas négligeable. Selon la même source, les tests préliminaires bloqueraient par erreur environ 1 % des pages Web. Des tests plus importants seront menés en fin d'années mais les opposants au projet craignent d'ores et déjà pour le respect des libertés individuelles.


L'Accord Commercial Anti-Contrefaçon
L'Australie participe, aux côtés de nombreux pays dont  ceux de l'Union européenne, à l'élaboration de l'ACTA, l'accord commercial anti-contefaçon. Les différentes mesures sont en cours de négociation mais le tout manque de transparence et semble se produire très discrètement. Peu de choses ont filtré mais, selon l'article de nos confrères d'Ecrans de début novembre, seraient débattues des questions aussi " légères " que l'autorisation - ou non - d'utiliser des logiciels libres pour la lecture de médias, l'interdiction des réseaux P2P ou encore la criminalisation de sites ou logiciels facilitant l'échange de données illégales.

L'ACTA vise très clairement à former un droit et des pratiques communes à un niveau supra-national et l'objectif énoncé est notamment la lutte contre " le vol de la propriété intellectuelle " à l'ère numérique. De nombreuses organisations ont dénoncé la méthode de négociation, fermée et opaque, de cet accord mais la publication des discussions et travaux préliminaires se fait toujours attendre.
Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #363121
Eh bien voilà des choses pour le moins rassurantes : opacité, aucune publication, logiciels libres potentiellement interdits pour la lecture des media.
Cool.
Au final, les dictatures reviennent au galop on dirait, et ce, dans tous les coins du monde.
C'est le contribuable australien qui finance tout cela je suppose.
Dans les 150 millions d'AUD je pressens qu'il y en a une bonne partie pour des dessous de table sans quoi de telles actions ne pourraient avoir lieu.

db
Le #363131
"Au final, les dictatures reviennent au galop on dirait, et ce, dans tous les coins du monde"
Ah! tu avais remarqué, aussi ?
"C'est le contribuable australien qui finance tout cela je suppose"
Ouais, et il n'y a pas qu' eux...

Le #363491
Le retour à la dictature, mais nous avons toujours été plus où moins encadrés par les dirigeants et les autorités. Les règles restent fondamentales à une société pour son bon fonctionnement.
Un peu comme une sorte de règle entre colocataires (ici ayant-droit et internaute) si aucun respect de la part de l'internaute pour le travail fourni par les artistes alors forcément des mesures s'en suivent, car après tout le téléchargement illégal n'est ni plus ni moins que du vol.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]