Body on a Chip : simuler le corps humain sur une puce pour trouver de nouveaux médicaments

Le par  |  0 commentaire(s)
BOC

Comment accélérer les tests de médicaments sans recourir aux coûteuses et longues cultures tissulaires en laboratoire ? En développant une puce qui simule la réaction des tissus humains à différentes substances. C'est le projet Body-on-a-Chip, ou BOC, soutenu par la Commission européenne.

body on chipAvant de lancer de nouveaux médicaments, l'industrie pharmaceutique doit soigneusement en tester la toxicité éventuelle sur l'organisme humain. Aux premiers stades d'analyse, cela passe par d'onéreuses et chronophages cultures tissulaires en laboratoire et les entreprises ont tout intérêt à déterminer rapidement si la substance est trop toxique pour être intéressante.

Il est possible d'aller beaucoup plus vite dans les analyses à l'aide d'une puce simulant la réaction des organes humains grâce à des cellules humaines disposées dans un modèle 3D (au lieu des cultures planes des boîtes de Petri) et dont l'organisation et l'alimentation est plus proche des organes réels.

C'est l'objet du projet BOC (Body-on-a-chip) financé par l'Union européenne et dont un premier prototype de puce a été réalisé à l'ETH Zurich et avec la spin off inSphero. Il faudra cependant encore deux à trois ans de travaux avant de pouvoir commercialiser une puce BOC pouvant simuler la réaction de plusieurs tissus humains.

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]