Boeing et Space X en partenariat avec la NASA pour concevoir les "taxis de l'espace"

Le par  |  2 commentaire(s)
ESA-Terre-ISS

L'agence spatiale américaine ne sera pas en mesure d'envoyer elle même des hommes dans l'espace avant 2018 et la mise en oeuvre de son programme SLS. Jusqu'à ce moment, la NASA aura recours à la sous-traitance auprès de deux partenaires privilégiés : Boeing et Space X.

Les premiers vols de vaisseaux issus de sociétés privées à destination de l'espace devraient avoir lieu en 2017, la NASA venant de confirmer la signature d'un partenariat avec deux prestataires américains.

Reid wiseman vine de l'espace Ce mardi, la NASA a annoncé avoir porté son choix sur deux sociétés pour l'acheminement d'astronautes au bord de l'ISS : Boeing et SpaceX, la société spatiale privée d'Elon Musk.

Le contrat potentiel est de 6,8 milliards de dollars, et c'est Boeing qui en profitera le plus avec 4,2 milliards de dollars lui étant réservés.

La NASA cherche à se désengager de sa dépendance avec la Russie pour l'acheminement de personnes dans l'espace. Depuis la fin du programme Space Shuttle et la mise à la retraite des dernières navettes américaines, les USA ont recours à des lanceurs de type Soyouz pour accéder à l'espace. Mais les récentes tensions avec le gouvernement russe ont récemment poussé la NASA à chercher de nouveaux partenaires.

Les collaborations annoncées ne sont pas totalement nouvelles, puisque la NASA exploite déjà diverses technologies de Boeing ainsi que des capsules de SpaceX pour l'acheminement de fret vers l'ISS.

Néanmoins, le fait de confier la vie d'astronautes aux productions issues d'un prestataire privé est un pas en avant vers une exploitation commerciale massive de l'accès à l'espace.

En sous-traitant ces voyages vers l'ISS, la NASA disposera de plus de temps à consacrer au développement de son SLS, son prochain lanceur qui lui permettra d'envoyer des hommes non seulement dans l'espace, mais aussi potentiellement vers d'autres planètes du système solaire.

La concurrence qui s'est lancée entre les sociétés spatiales privées ces dernières années devrait largement profiter à une baisse du siège vers l'espace. Actuellement, envoyer un astronaute depuis une fusée Soyouz se négocie à hauteur de 70 millions de dollars le siège. La NASA espère diviser ce prix par deux ou plus d'ici 3 à 5 ans, notamment en optant pour des lanceurs capables de revenir sur Terre pour en multiplier les usages.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1809264
"Actuellement, envoyer un astronaute depuis une fusée Soyouz se négocie à hauteur de 70 millions de dollars le siège. La NASA espère diviser ce prix par deux ou plus d'ici 3 à 5 ans"

"A défaut d'être divisé par 2 dans 5 ans, ça pourrait être multiplié par 10 tout de suite"
Влади́мир Влади́мирович Пу́тин

Le #1809280
PauletteParis a écrit :

"Actuellement, envoyer un astronaute depuis une fusée Soyouz se négocie à hauteur de 70 millions de dollars le siège. La NASA espère diviser ce prix par deux ou plus d'ici 3 à 5 ans"

"A défaut d'être divisé par 2 dans 5 ans, ça pourrait être multiplié par 10 tout de suite"
Влади́мир Влади́мирович Пу́тин


Ils se feront construire (la NASA) des fusées au Bangladesh.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]