Le Brésil s'attaque au clonage des animaux en voie de disparition

Le par  |  3 commentaire(s) Source : IPSnews
clonage

Dans la course à la préservation des différentes espèces végétales et animales, les scientifiques mènent la course sur divers fronts : préservation des environnements et repeuplement des espèces. Le Brésil lui opte pour une solution plus radicale: le clonage.

Difficile aujourd'hui de lutter efficacement contre l'extinction des espèces animales à travers le monde. Entre braconnage, déforestation, pollution et rétrécissement des zones naturelles préservées, les textes de loi et autres réglementations n'empêchent pas la faune et la flore de souffrir de l'activité humaine.

Si des programmes de repeuplement et de nombreux efforts sont à l'oeuvre dans certains parcs zoologiques ou réserves naturelles, le Brésil s'ouvre aujourd'hui à une solution plus radicale: celle du clonage.

Attention toutefois, pas question pour autant de repeupler la nature avec des copies, les clones seraient uniquement destinés à occuper des Zoos, évitant ainsi d'avoir à prélever les espèces concernées dans la nature.

Huit espèces en voie de disparition seraient concernées par ce programme, les scientifiques ayant déjà collectés plus de 400 échantillons génétiques sur des animaux morts ces dernières années et sont actuellement parés à lancer le processus de clonage.

Le loup à crinière devrait ainsi être le premier clone à voir le jour dans les laboratoires d'ici un à deux mois.

Les clones n'étant que des copies d'animaux déjà existants, les scientifiques ne souhaitent pas faire de ce programme un outil de repeuplement des milieux, ces animaux créés artificiellement ne participant pas à la diversité génétique des espèces. Néanmoins, dans le cas ou une espèce viendrait à passer le cap critique du risque d'extinction total, le Brésil pourrait envisager de relâcher quelques clones pour encourager le repeuplement et éviter la disparition de l'espèce concernée.

Une solution de dernier recours louable, mais qui trouvera néanmoins rapidement des limites à moins que les consciences n'évoluent plus vite que les espèces ne disparaissent.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1078622
Bah, si on relâche dans la nature 10 clones (d'animaux morts en plus, donc qui ne se reproduisent plus) parmi des centaines, quel est le problème ???

On n'est pas dans Jurassic Park quand même...

D'ailleurs en France faudrait cloner l'ours des Pyrénées que ces connards de chasseurs ont abattu (eux ils ont détruit une espèce mais ça on s'en branle par contre...).
Le #1078702
CodeKiller a écrit :

Bah, si on relâche dans la nature 10 clones (d'animaux morts en plus, donc qui ne se reproduisent plus) parmi des centaines, quel est le problème ???

On n'est pas dans Jurassic Park quand même...

D'ailleurs en France faudrait cloner l'ours des Pyrénées que ces connards de chasseurs ont abattu (eux ils ont détruit une espèce mais ça on s'en branle par contre...).


ben oui, vu que l'on est 97 % a ne pas habiter cette région on s'en branle un peu effectivement !
Par contre je pense que 100 % des habitant de cette région on un avis la dessus !
Le #1079102
Je pense que le clonage n'aura qu'un effet dévastateur sur ces espères en voie de disparition, on sait bien qu'un clone n'est pas parfait, donc l'amener à se reproduir avec une espère rare, ça donnera non seulement une espèce différente de l'originale et en plus on peut redouter des problèmes en fil des générations, donc au pire une réduction de l'espérénce de vie, et enfin l'accélération pure et simple de l'extinction de l'espèce "originale"

Bref, une fausse bonne idée.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]