Piratage de logiciels: un fabricant japonais débourse 3,3 M$

Le par  |  7 commentaire(s)
Logo BSA

La Business Software Alliance a obtenu l'arrangement amiable le plus important de son histoire. Un fabricant japonais a accepté de débourser 3,3 millions de dollars pour régler ses comptes suite à l'utilisation de logiciels sans licence.

Logo BSAC'est un accord quasi historique pour la BSA qui regroupe plusieurs éditeurs de logiciels et mène la lutte contre le piratage dans les entreprises. Un fabricant japonais a accepté de verser la coquette somme de 3,3 millions de dollars afin de revenir dans le droit chemin de la légalité logicielle.

Lors d'un audit, il a en effet été constaté que ce fabricant avait recours à très exactement 3 913 copies de logiciels dépourvues de licences. Parmi les produits logiciels concernés, la BSA cite Adobe Illustrator, AutoCAD, FileMaker Pro et Microsoft Office. Des solutions logicielles dont les éditeurs sont membres de la BSA.

Pour le Président de la BSA, ce cas doit rappeler aux entreprises que des contrôles sont possibles et qu'elles encourent de gros risques financiers si elles font preuve de laxisme vis-à-vis du piratage logiciel. Le représentant de BSA Japon se désole quant à lui qu'une telle affaire ait eu lieu au pays du Soleil levant.

Selon la dernière étude mondiale sur le piratage de logiciels publiée par la BSA, le Japon fait du reste partie des bons élèves avec un taux de piratage pour 2009 de 21 %, soit juste derrière les États-Unis avec 20 %. En France, ce même taux est de 40 %.

La BSA agit le plus souvent sur la base de signalements. En 2009, près de 4 000 cas de sociétés utilisant des logiciels sans licence ont été signalés à la BSA qui a intenté 2 256 procédures judiciaires en Europe.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #666591
L'arrangement amiable devrait être interdit à partir du moment ou une enquête a eu lieu. Soit on est hors la loi et cela mérite une sanction légale, soit on est dans son droit et on a rien a payer.
Là, c'est surtout un arrangement entre mafieux.
Le #666601
tout à fait d'accord.


Le #666781
Lors d'un audit, il a en effet été constaté...
Ils ont été assez stupide pour les laisser rentrer dans leur entreprise
Je connais certaines entreprise ou BSA est resté sur le pas de la porte...
Le #666821
@EmpereurZorg:

C'est un arrangement "amiable", car ils ont aucune autorité légale. Y'a aucune enquete ou quoique ce soit.C'est comme si demain ton voisin venait frapper à la porte, demande si il peut regarder chez toi si y'a pas tel ou tel chose qu'on lui a volé.

Ils s'estiment lésé, leur signale, les autres sont d'accords, il se mettre d'accord pour réparer cela sans aller jusqu'en justice. C'est quand même la base du bon sens plutôt que de faire appel à la justice au moindre problème.


Après, les pratiques mafieuses de la BSA, c'est surtout de justement se faire passer pour des organismes ayant autorité. Si des gars comme ça se pointent, la seule chose à faire, c'est de leur fermer la porte au nez.


Sinon le connais un gars (celui qui les a laissé entré et faire leur "audit") qui doit pas etre à l'aise dans ces baskets pour le prochain remaniement du personnel


Le #666831
À signaler tout de même que l'antenne française de cette association avait été dissoute il y a quelques années déjà. toute réclamation du "BSA" en France est illégale.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]