Des catapultes pour les avions de ligne d'ici 2050

Le par  |  5 commentaire(s) Source : The Economist
catapulte

Faire décoller un avion de ligne n'est aujourd'hui pas très compliqué, mais se révèle très consommateur de carburant, Airbus pourrait d’ores et déjà avoir trouvé un moyen d'économiser des litres de kérosène en s'inspirant des catapultes de porte-avions.

Le décollage d'un avion est un véritable gouffre en terme de consommation de carburant, les moteurs devant être poussés à plein régime pour donner suffisamment d'inertie à l'appareil et lui permettre de s'envoler.

Une surconsommation provoquant des couts énormes, mais une procédure qui apporte également son lot de désagrément comme le bruit ou la pollution de l'air ambiant sur les aéroports.

À la recherche d'une solution permettant d'optimiser les trajets des longs courriers, les ingénieurs d'Airbus semblent avoir trouvé une solution en étudiant les catapultes utilisées pour propulser les chasseurs depuis les porte-avions. Selon eux, la solution serait d'équiper des pistes et plateformes avec des moteurs à induction électrique, comme ceux qui équipent les trains à haute vitesse pour permettre aux appareils d'avoir une poussée rapide, silencieuse et économique.

L'appareil souhaitant décoller serait donc placé sur une plateforme d'accueil se déplaçant à haute vitesse, permettant ainsi à l'avion d'obtenir la plus grande partie de l'inertie nécessaire à son envol, ses moteurs conventionnels prenant le relais en bout de route pour continuer le vol.

Une sorte de catapulte géante qui permettrait de lourdes économies, les moteurs à réaction n'étant pas prévus pour une utilisation au sol et étant de ce fait peu performants dans ces conditions.

La solution pourrait permettre ainsi d'économiser du carburant ( les estimations tablent sur l'équivalent de 3% de la consommation de carburant nécessaire à un vol de 900km), et donc de diminuer le prix des billets, mais également de soulager le voisinage des aéroports d'une partie du bruit et de la pollution. Le projet très sérieusement étudié pourrait équiper les premiers aéroports d'ici 2050, à moins que l'aviation civile ne soit entièrement passée au tout électrique d'ici là.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1092062
Un avion tout électrique avec une autonomie de 30minutes bonjours la longueur de la rallonge.
Le #1092122
micropastis a écrit :

Un avion tout électrique avec une autonomie de 30minutes bonjours la longueur de la rallonge.


Une catapulte assez puissante et même plus besoin de kérosène.
Le #1092192
@micropastis je n'ai pas bien compris ta remarque xD

Concernant un point je reste sceptique : le bruit. Pas sûr que la diminution du régime des moteurs au décollage permette tant que ça de soulager le voisinage, un fois les trains décollés du sol, les moteurs doivent quand même envoyer pour faire monter l'avion donc le bruit reste présent ...
Le #1092252
me semble que juste mettre une attache qui tire l,avion et qui lâche dès que l'avion réussi à aller plus vite que ce qui tire, ferait le même travail pour moins de coût et moins de modification des avion

et 40 ans pour faire un aide pour pousser un avion au décollage, c'est plutôt abusé. Mais oui, ça économiserait beaucoup, puisque les moteurs à réaction ne sont vraiment pas optimisé pour pousser un objet avec une résistance au sol
Le #1093642
Et les procédures dans tout ça? Le CDB poursuit le décollage si les moteurs ont atteint un certain régime, c'est à dire que l'on met pleins gaz dès le début pour valider ce paramètre. A partir de quand mettrait-il pleins gaz avec ce système? Un turboréacteur a une inertie importante, et un avion civil n'est pas un avion de chasse

A ces vitesses là tout va très vite. Si un décollage doit être interrompu (dysfonctionnement de l'appareil, obstacle sur la piste,...), l'action de freinage doit être immédiate. Comment un système d?accélération indépendant de l'appareil réagira-t-il, que ce soit en terme de temps de réaction ou de défaillance de ce dernier? Question sécurité ce n'est pas si simple... Ils leur faudra bien quelques années (et aussi quelques centaines de millions d'euros) pour mettre au point un tel système. Mais bon y'a de l'idée

PS: l'aviation commerciale au tout électrique d'ici 2050,faut pas rêver non plus... Un GE90-115B de B777 développe environ 110000 ch, et il y en a 2...
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]