CNRS : LED flexibles à nanofils pour les écrans pliables du futur

Le par  |  1 commentaire(s) Source : CNRS
LED Flexible

De nouvelles LED flexibles à nanofils ouvrent la voie à de futurs écrans LED déformables pour les gadgets du futur.

écran soupleLes premiers smartphones à écran incurvé ou étirés sur les tranches ont fait leur apparition ces deux dernières années, tandis que les écrans plats des téléviseurs commencent également à prendre des courbes. Mais pour le moment, il s'agit d'une incurvation fixe, ne pouvant être modulée.

La prochaine étape devrait contribuer à faire émerger des affichages souples pouvant se replier sur eux-mêmes. Dans le domaine des smartphones, les travaux sont en cours depuis plusieurs années mais les premières réalisations concrètes et grand public pourraient voir le jour dès l'an prochain.

Du côté des technologies LED, le CNRS, associé au CEA, à l'Université Paris-Sud et à l'Université Joseph Fourier, a développé un procédé permettant de fabriquer des LED flexibles à nanofils préparant le terrain à des écrans LED déformables.

Une première LED flexible verte a ainsi été créée, ainsi qu'une variante émettant dans le bleu. En exploitant des nanofils de nitrures (les LED à base de nitrures offrant une bonne brillance et une durée de vie importante) englobés dans un polymère puis détachés du substrat pour créer une membrane flexible, les chercheurs ont obtenu des LED flexibles à nanofils de nitrures qui pourront servir de composants de base pour des affichages LED souples.

CNRS LED flexible

Car si les polymères organiques permettent déjà de créer des composés souples, il restait à régler le problème de la faible brillance dans le bleu et de leur fragilité qui limite leur durée de vie. Avec ces nouvelles LED flexibles, ces problématiques ont pu être contournées et un système multicouche a été créé en combinant les LED flexibles vertes et bleues.

Une fois qu'une LED rouge du même type pourra être créée et combinée aux deux autres, il sera alors possible "d'émettre une lumière blanche et d'afficher des vidéos". Pour obtenir de nouvelles couleurs, il est possible de remplacer les nitrures par d'autres composants comme les arséniures ou les phosphures, et de jouer sur la taille des nanofils.

A terme, "cette avancée ouvre la porte à des écrans, montres ou ampoules à LED déformables", indique le CNRS dans son communiqué.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1863431
"nitrures, arséniures, phosphures"

Ça me fait un peu penser à bromure/arsenic... Ça serait pas un peu toxique tout ça ??? (Sans compter qu'on ne sait toujours pas l'impact des "nanos" sur le corps humain...).

Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]