ZFS disponible dans Debian… ou presque

Le par  |  12 commentaire(s)
Debian-logo

Le système de fichiers ZFS n'est pas exactement disponible dans Debian mais son code source l'est.

LinuxDes problèmes de licence ont fait barrage à l'arrivée du système de fichiers ZFS dans Debian. Le projet a fini par trouver une manière de contourner certains obstacles. Il n'est ainsi pas question de distribuer des binaires mais de livrer ZFS en tant que code source.

Sur Bits from Debian, Ana Guerrero Lopez explique que cela signifie que le code de ZFS est inclus dans la section contrib et disponible pour les utilisateurs ayant recours au framework DKMS - Dynamic Kernel Module Support - pour créer des modules du noyau Linux.

La section contrib rassemble les paquets se conformant aux directives Debian pour le logiciel libre mais qui ne font pas partie de la distribution Debian comme avec la section main. Ils ont des dépendances en dehors de main.

Cette annonce est intervenue alors que le support du système de fichiers ZFS est dans les bagages d'Ubuntu 16.04. Cette intégration via des modules du noyau Linux a en fait hurler plus d'un qui considèrent que c'est une violation de la licence GPL. ZFS est sous licence CDDL et le noyau Linux uniquement sous licence GPLv2.

ZFS a été développé par Sun Microsystems qui est tombé dans l'escarcelle d'Oracle. En annonçant le support de ZFS sur Linux (ZFS-on-Linux) dans Ubuntu 16.04, Canonical a mis en avant l'association d'un gestionnaire de volumes et d'un système de fichiers avec des fonctions avancées d'enregistrement des modifications d'un volume, de clonage copy-on-write, de vérification de l'intégrité contre la corruption de données, de réparation automatique et de compression des données. Une technologie utilisée avec les conteneurs.

Complément d'information
  • Debian accepte enfin Firefox
    Les relations entre le projet Debian et Mozilla se réchauffent. Le fork Iceweasel n'a plus lieu d'être et cède sa place à Firefox dans la distribution GNU / Linux.
  • Linux : Debian 8.0 est disponible
    La distribution Linux Debian 8.0 alias Jessie est disponible dans la branche stable.

Vos commentaires Page 1 / 2

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1897954
Mais du coup quels changements face a du ext4 ou du ntfs ?
Le #1897956
Tellement chiant ces licences copyleft...

Faîtes vos machins sous MIT/BSD et arrêter d'emmerder ceux qui veulent reprendre vos trucs sous une licence différente.

Les licences copyleft type GPL ou autres sont plus privatrices qu'autre chose. Je comprends pas comment le copyleft peut être populaire dans le monde du libre, qui est censé prôner l'ouverture d'esprit.
Le #1897964
jujubibi a écrit :

Tellement chiant ces licences copyleft...

Faîtes vos machins sous MIT/BSD et arrêter d'emmerder ceux qui veulent reprendre vos trucs sous une licence différente.

Les licences copyleft type GPL ou autres sont plus privatrices qu'autre chose. Je comprends pas comment le copyleft peut être populaire dans le monde du libre, qui est censé prôner l'ouverture d'esprit.


C'est trop complexe comme sujet
Le #1897970
Entièrement d'accord jujubibi.
Le #1897971
coc4tm a écrit :

Mais du coup quels changements face a du ext4 ou du ntfs ?


ntfs ne sait pas gérer des volumes de plus de 2^64 octets.
zfs sait gérer jusqu'à 2^128 octets c'est à dire des disques de milliards de fois plus gros que ntfs.
Mais surtout:
- L'intégrité des données (sha-256) utilisé dans tout l'arbre du file system)
- Les pools de stockage (Les pools de disque peuvent avoir des disques en spare en cas de défaillance d'un disque)
- Plus besoin de fsck pour la vérification des disques
- Un puissant système de snapshot

et, pour pas un rond, entièrement libre tu disposes d'un truc d'habitude facturé à des tarifs exorbitants:

La déduplication permet d'éviter que des copies de données similaires ne soient stockées deux ou "n" fois sur le FS.

Le Stripping dynamique qui permet de répartir les écritures sur tous les disques lors de l'ajout d'un nouveau disque à un pool

La manipulation du système de fichier est grandement simplifiée et elle s'apparente plus à la création / modification d'un répertoire sous un système classique qu'à la modification du FS en lui même.

Les systèmes de cache sont optimisés grâce à l'utilisation de ARC.

L'encryption qui a récemment fait son apparition sur FreeNAS permet de sécuriser les données stockées sur les différents volumes en permettant leur encryption.

La pré-allocation de ressources

La gestion de différents niveaux de compressions au niveau du FS avec différents algorithmes (lzjb et gzip avec n niveau pour la compression gzip).

En gros, c'est des années lumière devant ntfs.
Anonyme
Le #1897976
Pendant ce temps là... Bill Gates se dit: " Ouff! Une chance que c'est Open Source, ça me permet de copier pleins de trucs et de les adapter à ma manière dans mon os!" (puis un rire gras et lugubre qui vient du font d'une caverne)
Le #1897978
sir_renard a écrit :

Pendant ce temps là... Bill Gates se dit: " Ouff! Une chance que c'est Open Source, ça me permet de copier pleins de trucs et de les adapter à ma manière dans mon os!" (puis un rire gras et lugubre qui vient du font d'une caverne)


T'as pas pris tes petits cachets bleu toi ... il faut pourtant !
Le #1897988
mouarf76 a écrit :

coc4tm a écrit :

Mais du coup quels changements face a du ext4 ou du ntfs ?


ntfs ne sait pas gérer des volumes de plus de 2^64 octets.
zfs sait gérer jusqu'à 2^128 octets c'est à dire des disques de milliards de fois plus gros que ntfs.
Mais surtout:
- L'intégrité des données (sha-256) utilisé dans tout l'arbre du file system)
- Les pools de stockage (Les pools de disque peuvent avoir des disques en spare en cas de défaillance d'un disque)
- Plus besoin de fsck pour la vérification des disques
- Un puissant système de snapshot

et, pour pas un rond, entièrement libre tu disposes d'un truc d'habitude facturé à des tarifs exorbitants:

La déduplication permet d'éviter que des copies de données similaires ne soient stockées deux ou "n" fois sur le FS.

Le Stripping dynamique qui permet de répartir les écritures sur tous les disques lors de l'ajout d'un nouveau disque à un pool

La manipulation du système de fichier est grandement simplifiée et elle s'apparente plus à la création / modification d'un répertoire sous un système classique qu'à la modification du FS en lui même.

Les systèmes de cache sont optimisés grâce à l'utilisation de ARC.

L'encryption qui a récemment fait son apparition sur FreeNAS permet de sécuriser les données stockées sur les différents volumes en permettant leur encryption.

La pré-allocation de ressources

La gestion de différents niveaux de compressions au niveau du FS avec différents algorithmes (lzjb et gzip avec n niveau pour la compression gzip).

En gros, c'est des années lumière devant ntfs.


Très bon FS, mais plutôt gourmand en mémoire dès qu'il faut gérer la déduplication.
Par ailleurs plusieurs FS ont aussi certaines de ces possibilité, BTRFS, mais aussi NTFS ou REFS peuvent faire la déduplication.


Du moins pour NTFS, c'est "normalement" sur serveur, sinon on peut l'activer sur W10 :
http://arthurremy.com/index.php/107-tutorials?limit=4

Pour le BTRFS il a l'avantage d'être natif dans le kernel linux.
À la base ZFS vient de Solaris
Le #1897993
Rymix a écrit :

jujubibi a écrit :

Tellement chiant ces licences copyleft...

Faîtes vos machins sous MIT/BSD et arrêter d'emmerder ceux qui veulent reprendre vos trucs sous une licence différente.

Les licences copyleft type GPL ou autres sont plus privatrices qu'autre chose. Je comprends pas comment le copyleft peut être populaire dans le monde du libre, qui est censé prôner l'ouverture d'esprit.


C'est trop complexe comme sujet


En fait c'est simple.

Quand tu publies un logiciel open source, tu dois lui attribuer une licence, qui dit ce que les utilisateur ont le droit de faire ou pas.

Linux, par exemple, est sous licence GPL, ce qui me permet, entre autre, de modifier et redistribuer le logiciel, mais à condition de publier ma version modifié sous licence GPL aussi. C'est ce qu'on appelle une licence copyleft : une licence qui oblige les logiciels dérivés à ré-utiliser la même licence.

À l'inverse, une licence MIT, BSD ou WTFPL (allez regarder celle-là, elle est marrante) me permet de faire ce que je veux (tant que je respecte les droits d'auteur bien entendu). Je peux prendre FreeBSD, le modifier, et même le publier sous licence propriétaire si je le veux.

ZFS étant sous licence CDDL, la fondation Debian n'a pas le droit de l'intégrer dans son système, car ce dernier est sous licence GPL, qui interdit la cohabitation avec d'autres licences. De plus, la fondation ne peut pas changer la licence CDDL pour mettre une licence GPL, car la licence CDDL a un copyleft.

Si Sun avait publié ZFS sous licence MIT, la fondation aurait pu changer la licence pour intégrer ZFS à Debian. À l'inverser, si la fondation avait fait tout son système avec MIT, elle aurait pu intégrer un logiciel avec une autre licence sans problème*. Mais parce que Sun et la fondation Debian ont décidé de faire chier le monde avec le copyleft, ils se retrouvent dans ce genre de situation absurdes.

*En réalité cela pose deux problème. 1 : ils faut que tous les composants du système Debian (dont le noyau Linux) soit sous licence non-copyleft, ce qui n'est pas le cas. 2 : pour intégrer un logiciel avec une autre licence, ils faut faire attention à ne pas violer cette autre licence.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]