La téléphonie mobile, du Bi-Bop à l'EDGE

Le par  |  0 commentaire(s)
Le GSM ( intialement Groupe Spécial Mobile, avant de devenir Global System for Mobile Communications ) est né en 1982 à l'initiative de la CEPT ( Conférence Européenne des administrations des Postes et Télécommunications ) et marque la naissance de la téléphonie 2G. C'est le 7 septembre 1987 qu'une quinzaine d'opérateurs en ont fixé le cadre technique. En 20 ans, cette norme s'est étendue sur presque tous les continents et est employée par plus de 700 opérateurs dans le monde.

Mais tout n'a pas été simple pour en arriver jusque là.

nokia_3310En 1991, la première communication expérimentale est réalisé par le groupe GSM. Les bandes 900, puis 1800 MHz sont progressivement choisies tandis que les premiers appareils mobiles bibande font leur apparition et que sur le continent américain, le choix se porte sur les bandes 850 et 1900 MHz.


Quand la voix ne suffit plus
Mais le réseau GSM est pensé pour les communications téléphoniques vocales et fonctionne selon un schéma proche de celui des lignes fixes et de ses réseaux commutés. Rien n'est spécialement prévu pour des transmissions de données. Or, entre-temps, l'Internet "grand public" prend forme et laisse entrevoir de nouvelles possibilités.

C'est pourquoi l' ETSI ( European Telecommunications Standards Institute ) met en place un nouveau protocole plus adapté au transfert de données, qui va permettre de passer d'un débit fourni par la norme GSM d'une dizaine de Kbit/s à 115 Kbit/s maximum théorique et environ 40 Kbit/s en maximum pratique : c'est le GPRS ( General Packet Radio Service ).


Son point fort : l'architecture cellulaire
L'un des points forts du réseau GSM par rapport aux réseaux précédents repose sur sa structure en cellules, avec pour chacune un choix de fréquences ne risquant par d'interférer avec ses voisines.

Les cellules se recouvrent partiellement et permettent le passage de l'une à l'autre de façon transparente ( handover ), un élément fondamental qui va permettre de maintenir la communication même en déplacement. La répartition des cellules est variable selon la topographie et les usages : nombreuses et de faible portée en zones urbaines ( liées à la densité de population et aux nombreux obstacles gênant la diffusion du signal ), plus rares et avec une couverture plus importante en zone rurale.

L'architecture en cellules repose sur l'implantation de stations-relais mobiles BTS ( Base Tranceiver Station ) de différentes puissances

L'utilisation de téléphones GSM est associée sur le réseau à plusieurs identifiants, comme la carte SIM ( Subscriber Identity Module ), qui définit les conditions d'accès de l'utilisateur mobile, et le numéro IMEI ( International Mobile Equipment Identity ) propre à chaque téléphone et obtenu en tapant *#06#.


Le GSM, vecteur de développement économique
C'est à partir de ces éléments mis en partage que la téléphonie GSM a pu se développer selon une ligne commune en Europe, au contraire des Etats-Unis qui n'ont pas tranché pour une norme et possèdent des réseaux GSM et CDMA non compatibles entre eux.

Aujourd'hui la norme GSM ( dans toutes ses variantes ) touche 2,5 milliards d'abonnés mobiles ( sur 3 milliards en tout ). Il existe plus de 700 réseaux GSM dans le monde, répartis dans plus de 200 pays. Et l'immense majorité du milliard de téléphones qui seront vendus au cours de l'année 2007 fonctionnera sur les réseaux GSM...

Le rôle de la téléphonie mobile dans l'accélération des échanges économiques n'est plus à démontrer et c'est ce principe que cherchent à développer divers programmes d'aide au développement des pays émergents en implantant des réseaux GSM en Afrique, en Asie et en Amérique du Sud.
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos commentaires
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]