ABI : incertitudes autour du déploiement du EDGE Evolution

Le par  |  0 commentaire(s)
logo ABI Research

On parle beaucoup depuis quelques semaines d'évolution des réseaux 3G, mais le réseau 2,75G EDGE peut aussi être amélioré. Encore faut-il que les opérateurs décident de l'adopter.

logo ABI ResearchLe premier lancement commercial d'un réseau EDGE et les évolutions de la 3G du HSPA vers le HSPA+ ont largement alimenté l'actualité récente, promettant des débits toujours plus impressionnants. Les équipementiers télécom se battent pour attirer l'attention des opérateurs et remporter de juteux contrats.

Mais ils possèdent également des solutions pour doper les débits des réseaux 2G, et notamment des réseaux 2,75G EDGE via une amélioration portant divers noms : EDGE Evolution, Evolved EDGE ou, plus synthétique, E-EDGE.

Elle consiste en une mise à jour qui permet de doubler ou tripler le débit EDGE ( environ 200 Kbps ), permettant d'atteindre jusqu'à près de 600 Kbps ( avec possibilité d'atteindre ultérieurement jusqu'à 1 Mbps ), de quoi réduire l'écart de débit entre 2G et 3G dans les zones où la couverture est faible ( intérieur des habitation) ou nulle.

Pour le cabinet d'études ABI Research, l'adoption du E-EDGE par les opérateurs pourrait représenter des investissements en adaptation des stations de base de l'ordre de 3,7 milliards de dollars en 2015...si ces derniers se décident à l'utiliser.

Ericsson EDGE Evolution
Les débits théoriques de EDGE Evolution (source : Ericsson)


Les enjeux sont du côté des marchés émergents

Malgré la promesse d'une meilleure efficacité spectrale et de débits améliorés pour les réseaux 2G, il n'existe actuellement aucun réseau E-EDGE actif et pas plus de terminaux mobiles compatibles. Selon les analystes, il s'agit d'un classique problème d'amorçage du marché : les fabricants de mobiles ne produiront pas de terminaux tant qu'il n'y aura pas de réseau E-EDGE et les opérateurs ne déploieront pas de réseau E-EDGE sans un choix de terminaux suffisant.

Le fabricant de smartphones Research in Motion ( RIM ), créateur des Blackberry, pourrait aider à sortir de ce cercle vicieux. Il s'est largement impliqué dans la promotion du E-EDGE qui permettrait d'apporter un débit intéressant en zones rurales et mal desservies en 3G, avec une expérience utilisateur correcte sans pour autant saturer les réseaux ( problème très actuel ).

Dans ses gammes, RIM compte encore beaucoup de smartphones Blackberry uniquement compatibles avec le réseau GSM / EDGE, adaptés à un usage de messagerie mobile en push et offrant une meilleure autonomie que des modèles 3G. Faire grimper les débits en passant au E-EDGE serait un atout indéniable.

Cependant, les réseaux 3G évoluent très rapidement, posant la question de l'opportunité de faire migrer les réseaux EDGE en E-EDGE, du moins sur les marchés établis. En revanche, les marchés émergents peuvent être très intéressés par la technologie E-EDGE qui permettrait de créer un palier en attendant de disposer de réseaux mobiles 3G.

L'opérateur Nokia Siemens Networks évoquait d'ailleurs récemment une expérimentation avec l'opérateur China Mobile, avec l'espoir d'attirer les opérateurs vers sa solution. L'équipementier suédois Ericsson est également très impliqué envers EDGE Evolution. Si les marchés émergents sont conquis, le marché du E-EDGE décollera très rapidement.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]