L'ESA teste un filet capable de récupérer les débris spatiaux

Le par  |  5 commentaire(s) Source : ESA
esa débris vignette

L'Agence spatiale Européenne ESA souhaite aller faire un peu de ménage dans le ciel pour débarrasser l'orbite terrestre des débris spatiaux. Et son programme e.DeOrbit s'est récemment accéléré.

Il y a tout juste un an, l'ESA présentait son projet e.DeOrbit, un programme qui a pour objectif de permettre de nettoyer l'orbite terrestre des milliers de débris spatiaux représentant chaque jour un risque pour les diverses missions habitées, mais aussi pour les centaines de satellites en fonction.


débris espace  "Des dizaines d'années de lancements (en orbite) ont laissé la Terre entourée d'un halo de déchets spatiaux : plus de 17 000 objets plus gros qu'une tasse à café sont suivis en permanence, chacun menaçant les missions en cours par une éventuelle collision aux effets catastrophiques. Même un débris de 1cm pourrait avoir la force de frappe d'une grenade" indiquait alors l'ESA pour appuyer son programme.

Actuellement, il existerait environ 500 000 débris spatiaux en orbite se déplaçant à plus de 28 160 km/h. Cela implique des lancements plus complexes pour les esa débris vignette missions spatiales, et l'obligation pour la NASA de corriger régulièrement la trajectoire de l'ISS.

Depuis sa présentation, l'ESA a avancé sur le projet et construit un filet qui permettrait d'aller à la pêche aux débris. Plusieurs filets ont ainsi été testés dans des avions effectuant des vols paraboliques pour simuler l'apesanteur. Équipés de poids, ils ont été projetés à l'aide d'air comprimé vers des maquettes de satellite, le but étant d'observer leur réaction en état de micro gravité.

L'ESA indique avoir obtenu des résultats satisfaisants avec 20 filets, qui seront progressivement améliorés jusqu'en 2021, date de la première opération de récupération de satellite programmée.

L'utilisation d'un filet n'est que l'une des options, la plus simple, abordée par l'ESA dans le cadre de son programme de recherche. D'autres solutions évoquent la conception de robots autonomes équipés de bras ou des vaisseaux équipés de harpons. Restera alors la question de l'avenir de ces débris récupérés, la solution la plus évidente voulant une entrée dans l'atmosphère impliquant leur incinération.


 Le Japon évoquait également il y a quelque temps déjà souhaiter proposer des robots placés en orbite capable d'aller récupérer certaines pièces sur les satellites hors d'usage afin de les recycler, et pourquoi pas de réparer sur place certains équipements en cannibalisant certaines épaves spatiales.

Complément d'information
  • L'ESA teste avec succès son nouveau module d'atterrissage pour Mars
    La NASA n'est pas la seule agence à souhaiter renvoyer prochainement de nouvelles sondes robotisées à la surface de Mars. L'ESA vient de présenter un nouveau module capable de faire atterrir en douceur ses propres véhicules.
  • Mars 2018 : l'ESA teste deux rovers
    La NASA ne sera prochainement plus la seule agence à disposer d'un robot sonde à la surface de Mars. L'ESA vient ainsi de lever le voile sur Bridget et Bryan, deux modules qui préfigurent du prochain Rover martien Européen qui tiendra ...

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1837669
"la solution la plus évidente voulant une entrée dans l'atmosphère impliquant leur incinération." ... Mais oui bien sur ... Faudrait peut-être leur dire quand dans ce tas de débris il y en a qui sont extrêmement radioactifs (résidu des piles au plutonium, etc...)

Mais c'est vrai, j'y pense, la couche d'ozone se résorbe peu à peu, il est temps de polluer l'atmosphère de nouveau ...
Le #1837681
Ulysse2K a écrit :

"la solution la plus évidente voulant une entrée dans l'atmosphère impliquant leur incinération." ... Mais oui bien sur ... Faudrait peut-être leur dire quand dans ce tas de débris il y en a qui sont extrêmement radioactifs (résidu des piles au plutonium, etc...)

Mais c'est vrai, j'y pense, la couche d'ozone se résorbe peu à peu, il est temps de polluer l'atmosphère de nouveau ...


La pollution dûe à l'industrie spatiale est inférieure à 1% de celle du transport terrestre... Faut qu'on commence TOUS à se promener en bus et en train ou encore mieux, à vélo avant de se plaindre des quelques kilos de ferraille qui risquent de brûler en entrant dans l'atmosphère...
Le #1837692
Crevax a écrit :

Ulysse2K a écrit :

"la solution la plus évidente voulant une entrée dans l'atmosphère impliquant leur incinération." ... Mais oui bien sur ... Faudrait peut-être leur dire quand dans ce tas de débris il y en a qui sont extrêmement radioactifs (résidu des piles au plutonium, etc...)

Mais c'est vrai, j'y pense, la couche d'ozone se résorbe peu à peu, il est temps de polluer l'atmosphère de nouveau ...


La pollution dûe à l'industrie spatiale est inférieure à 1% de celle du transport terrestre... Faut qu'on commence TOUS à se promener en bus et en train ou encore mieux, à vélo avant de se plaindre des quelques kilos de ferraille qui risquent de brûler en entrant dans l'atmosphère...


C'est pas la ferraille qui m'inquiète, ce sont les poussières radioactives qu'il va y avoir après leur combustion dans l'atmosphère. Dans ces débris il y a en de très radioactif car ce sont des résidus de piles à l'uranium ou au plutonium (encore utilisé par la NASA).
Le #1837696
Faudrait peut-être arrêter de pourrir l'espace, les mers,
les décharges avant de chercher à passer le balai ...

Je suis plus inquiet des déchets qui pourrissent en ce moment même nos mers que de ceux qui pourraient potentiellement nous retomber sur la gueule ...

Déjà que le citoyen paie pour envoyer des mecs dans l'espace faire on ne sait trop quoi dans on ne sait trop quel but, ça coûte des Milliards et maintenant, va encore falloir
payer pour ramasser les merdes que ces enflures ont laissés ?

Va peut-être falloir arrêter le délire nan ?
A quand la répartition des dépenses au choix celui qui paie ? ( ex : humble bundle ).

Je préfère répartir mes impôts dans la construction de nouvelles prisons
ou le recyclage de vieux en bouillon cube ... ( Cherchez le moment où je déraille )

@Ulysse2K, devines pourquoi les constructeurs d'alimentations ne diffusent pas le coût carbone des alims à haut rendement qu'ils fabriquent, la couche d'ozone qui se répare, mes fesses oué, rien qu'à voir l'état des cieux durant l'éclipse ... comme si on vidait un cendrier sur les grandes villes ... Les mecs qui arrêtent la clope, c'est déjà ça mais si
c'est pour aller vivre sur Paris ensuite, autant sniffer les résidus de pots
d'échappement
Le #1837751
Y'a 3 trucs que je pige pas :

1. Les tests sont fait sur des objets immobiles, alors qu'on nous dit que ce qui est dangereux c'est justement que les objets en cause circulent à des vitesses hallucinantes...

2. D'après l'image :
http://img.generation-nt.com/esa-debris-vignette_00FA000001550642.jpg
J'avais l'impression que le filet traînait derrière un engin et ramassait tout ce qu'il pouvait. Mais si c'était le cas, qu'est-ce qui nous dirait qu'il ne va pas lui-même être victime des débris, voire se faire embarquer par une collection de débris beaucoup plus grosse que lui... Et venir s'additionner au bordel déjà présent ?
D'après la vidéo, j'ai plutôt l'impression qu'on va cibler un débri spécifique et fabriquer un filet ad hoc par débri... Pas très économique comme approche...

3. On nous dit que des objets d'à peine 1cm sont déjà très dangereux à cette vitesse... Quand je vois la taille du filet et de ses mailles, j'ai l'impression qu'on cible uniquement des objets BEAUCOUP plus gros que le cm...
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]