Hadopi : usages licites ou illicites, le gratuit a le vent en poupe

Le par  |  3 commentaire(s) Source : Hadopi
hadopi

D'après les résultats d'une étude publiée par la Hadopi, le gratuit s'impose pour la consommation de biens culturels qu'il s'agisse d'usages licites ou illicites.

La Haute Autorité pour la diffusion et la protection des œuvres sur Internet ( Hadopi ) publie son baromètre intitulé : " Hadopi, biens culturels et usages d'Internet : pratiques et perceptions des internautes français. "

Il a été réalisé en ligne par l'Ifop de fin septembre à début octobre 2012 auprès d'un panel de 1 530 internautes âgés de 15 ans et plus.

Sur la base du déclaratif, 15 % des internautes indiquent avoir consommé des biens culturels sur Internet de manière illicite, voire exclusivement de manière illicite pour 2 %. Une notion de biens culturels large qui englobe la musique, les vidéos, jeux vidéo ou encore les logiciels.

Ils sont 52 % à affirmer consommer de manière exclusivement licite, tandis que 33 % ne sont pas des consommateurs de biens culturels sur Internet.

Pour l'ensemble des internautes, la principale motivation à consommer de façon légale est celle d'être en conformité avec la loi, devant le respect pour les auteurs et la crainte de virus.

Chez ceux qui déclarent consommer de manière illicite, le principal frein à une consommation licite demeure le prix jugé trop élevé, devant le manque de choix et la force de l'habitude ( " Pourquoi payer ce que je peux obtenir gratuitement ? " ).

Hadopi-barometre-consommation-biens-ifop-oct-2012Usages licites ou illicites et quel que soit le type de biens, c'est du reste la consommation gratuite qui a arrive largement devant la consommation payante. C'est toutefois surtout vrai pour la musique et les séries TV, et un peu moins pour les jeux vidéos et logiciels.

Par ailleurs, le panier moyen des dépenses de biens culturels est de 21 €, soit une forte diminution par rapport à la situation en décembre 2011 où il était de 30 €. Et fait notable, il n'y a pas de différence entre ceux qui déclarent des usages illicites et ceux qui n'en déclarent pas. Ils dépensent autant.

Une note dans l'étude empêche cependant d'aller plus loin dans l'analyse : " Attention : cette question* ne permet pas déterminer dans quelle mesure les achats sont effectués sur des plates-formes d'offres licites ou illicites. "

* De façon générale, quel montant dépensez-vous en moyenne chaque mois pour votre consommation de produits ou services culturels dématérialisés sur Internet ?

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1157072
"D'après les résultats d'une étude publiée par la Hadopi, le gratuit s'impose pour la consommation de biens culturels qu'il s'agisse d'usages licites ou illicites. "

il faut avoir fait des études pour en conclure ca ? ils sont pitoyables
Le #1157282
Pas pitoyable mais vraiment lamentable et totalement à coté de la plaque.
Le #1158682
Non pas totalement car arriver à affirmer cela : " il n'y a pas de différence entre ceux qui déclarent des usages illicites et ceux qui n'en déclarent pas. Ils dépensent autant" est une progression !!!

Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]