Loi Hadopi : les effets inattendus (?)

Le par  |  23 commentaire(s)
Hadopi-nouveau-logo

Une étude précoce évalue déjà les premiers effets de la loi Hadopi. Selon cette étude, le nombre de pirates dits numériques a légèrement augmenté depuis le vote de la loi.

Hadopi-nouveau-logoÉvaluer les effets de la loi Hadopi peut paraître pour l'heure anachronique. Certes la loi pour lutter contre le téléchargement illégal a été votée, mais elle n'est pas encore entré en vigueur et les premiers e-mails d'avertissement ne sont pas attendus avant le printemps, voire début de l'été 2010.

Il n'empêche que les industries culturelles ont déjà salué les effets pré-Hadopi. Le vote de la loi aurait déjà installé un certain climat psychologique faisant que le téléchargement musical notamment souffrirait moins du piratage. La peur anticipée du gendarme. Ce n'est pas forcément ce qui ressort d'une étude réalisée par des chercheurs de l'université de Rennes 1.

Intitulée " première évaluation de la loi Hadopi sur les pratiques des internautes français ", cette étude a été menée entre le 16 novembre et le 23 décembre 2009 auprès de 2 000 individus, qui en l'occurrence sont représentatifs de la population de la région Bretagne. Une étude dès lors régionale mais il n'est pas interdit de penser que sa portée peut tout aussi bien être nationale.

L'étude met la loi Hadopi face à ses limites : une loi taillée pour le P2P comme vient d'ailleurs de le confirmer la récente publication d'un décret. " La mise en place d'une autorité administrative ciblant l'usage des réseaux Peer-to-Peer semble avoir eu surtout pour effet de modifier les techniques de piratage avec une utilisation croissante de pratiques qui contournent les dispositions de la loi Hadopi ", peut-on lire.

Seulement 15 % des internautes qui utilisaient les réseaux P2P pour du téléchargement illégal ont déclaré y avoir renoncé. Parmi eux, un tiers a complètement tourné le dos au téléchargement illégal, soit 5 % de " repentis ". Mais les deux tiers restants ont adopté des pratiques échappant au contrôle d'Hadopi. Des pratiques alternatives avec le streaming illégal qui semble avoir particulièrement la cote ou le téléchargement direct sur des sites d'hébergement ( Megaupload, Rapidshare ).

D'après l'étude : " bien que  le nombre d'internautes fréquentant les réseaux Peer-to-Peer ait diminué, le nombre de pirates numériques a légèrement augmenté depuis le vote de la loi Hadopi ". Par ailleurs, si l'on se fie aux déclarations des personnes interrogées, 14 % des consommateurs de vidéo et de musique sur Internet échangent des fichiers via P2P. Ce sont ces 14 % qui sont susceptibles de tomber sous le coup de la loi, alors que 16 % y échappent pour le moment ( 70 % disent rester dans la totale légalité ).

On soulignera aussi une conclusion de cette étude voulant que les pirates numériques sont dans la moitié des cas des acheteurs. À méditer :

" Couper la connexion Internet des utilisateurs de réseau Peer-to-Peer pourrait potentiellement réduire la taille du marché des contenus culturels  numériques de 27 %. Une extension de la loi Hadopi à toutes les formes de piratage numérique exclurait du marché potentiellement la moitié des acheteurs de contenus culturels numériques. "

Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 3

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #608561
Que dire ?..... mort de rire !
Le #608571
Moi j'ai téléchargé quelques séries américaines parce qu'elles mettent 2 ans à arriver en france et que je voulais connaitre la suite sans attendre le retard, mais quand les dvd sortent ENFIN en france, je m'empresse aussi de les acheter... elle dit quoi la loi, que je suis un maudit voleur ?? Moi je dirais plutôt que la loi ne devrait pas prendre en compte ce phénomène... à savoir, seuls les contenus dont les supports DVD/VOD ou autres existent devraient entrer sous le coup de la loi... mais quand les supports ne sont pas sortis, on ne peut pas reprocher à quelqu'un le téléchargement, non ??
Le #608601
Ca reste du téléchargement illégal et donc du vol !
Trouver des excuses pour voler (sans parler de la futilité de celles-ci) ne change rien.
deathscythe0666 Hors ligne VIP 5898 points
Le #608611
@gedd

On va le répéter combien de fois ! Ce n'est pas du vol (qui consiste à spolier autrui de son bien) puisque les contenus numériques sont par nature immatériels et se dupliquent à l'envi.

D'autre part, il est normal que les contenus culturels aient un coût de production initial et que les artistes gagnent quelque chose pour la vente de leur production. Mais, la situation actuelle consiste pour les artistes à vivre d'une rente sur ce qu'ils produisent et pour les majors à assurer des revenus sans mesure avec leur utilité ni leur investissement.

Ça a marché un temps, maintenant les solutions techniques pour éviter de se faire tondre existent et les majors se prennent le retour de bâton bien mérité.

La culture a un coût mais il n'est pas celui des fortunes des qql guignols qui en profitent.
Le #608621
Le but premier de cette loi était de faire peur au pékin standard qui avait installé emule ou bitorrent car c'est facile et "gratuit". Mais la réalité est nettement plus complexe car rien n'empêchera jamais l'échange de contenus protégés sur le web ou ailleurs même en fliquant 100% des internautes.
D'ailleurs je me marre quand on cite les 70% (officiels) qui restent dans la légalité car ils oublient que de profiter des téléchargements des autres est tout aussi illégal !
Qui en France aujourd'hui peut affirmer n'avoir jamais vu ou écouté un contenu téléchargé "illégalement" qu'il a lui même téléchargé ou que quelqu'un lui a prêté ???
On ne va pas refaire le (mauvais) film mais le ver est à présent dans la pomme et les conséquences indirectes de cette loi et de la suivante (Loppsi) se feront sentir dans les prochaines années.
Les libertés individuelles sont le ciment de la démocratie, pouvoir mordre la ligne blanche de temps à autre est vital pour éviter que la population ne se révolte et la France a pris un chemin bien dangereux depuis quelques années ...
Le #608641
Tant de temps et d'argent dépensés dans une loi érigée par un groupe de personnes ne connaissant absolument rien à l'informatique...
Se limiter au P2P, quelle blague...
Il existe tellement de solutions alternatives (direct links, newsgroups, private sharing, streaming...). Un utilisateur qui télécharge 40GB par jour sur les newsgroup équivaut largement aux 14% d'utilisateurs s'amusant avec leur emule (qui est d'ailleurs d'une lenteur à crever comparé aux autres méthodes précitées).
Quand ils se rendront compte de leur bêtise, ça ne va pas être triste
Le #608651
@deathscythe0666

Ok donc vis a vis de la loi qui dit que c'est du vol, on va pouvoir tranquillement la baffouer et se faire gauler sans crainte.

Et puis c'est vrai vu qu'on nous a forcé a acheter plein de choses dont on pouvait tranquillement se passer. Il est juste maintenant qu'on les vole.

Le prix de la culture ... , il y a largement moyen de se cultiver sans voler, sans spécialement dépenser tout son argent d'ailleurs.
Le #608681
Et j'ajouterai à ce sondage la mutation des réseaux P2P en réseaux F2F crypté. Ce qui rends Hadopi inopérant je peux citer Freenet, Gnunet pour les ancien réseau dont la performance laisse un peu à désirer, mais il y a aussi de nouveau challenger comme OneSwarm rétrocompatible avec les Torrent dont les performances sont très satisfaisantes avec un cryptage aes128bit et possibilité de limité le réseau uniquement a tes amis (à la tribal web).

Ce qui prévisible dans les années à venir c'est que les pirates confirmés vont être protéger par les réseaux crypté ou le streaming. Par contre ce sera le pirates occasionnelles qui se fera prendre sur emule pour une chanson qu'il aura voulu écouter avant de l'acheter.

Quand les majors auront compris que l'existence du P2P est vitale pour leur survie, il y aura peut-être encore une chance qu'elles ne disparaissent pas comme les dinosaures qui n'avaient pas su s'adapter.
Le #608701
@gandalf79
Merci pour ces exemples supplémentaires que je n'avais pas cité
Tribal web est un bon exemple de ce que j'appelais du private sharing, du P2P privé en fait.
Le #608731
Vivement qu'elle soit vraiment appliqué, déjà qu'un peu de neige paralyse un pays comme la France, alors des millions de pirates reconnus, ce sera l'anarchie
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]