Des milliers de sites de contrefaçon fermés

Le par  |  1 commentaire(s)
in-our-sites-transatlantic-2

Sixième volet de l'opération In Our Sites qui a vu la saisie de domaines Internet et la fermeture de près de 37 500 sites de contrefaçon.

Via l'opération In Our Sites, la chasse est menée sur le Web aux violations de propriété intellectuelle et aux sites vendant en ligne des biens contrefaits. Le sixième volet de cette initiative vient d'aboutir à la fermeture 999… ou 37 479 sites Web.

Le chiffre de près d'un millier de sites Web est évoqué par les autorités européennes, tandis que le second chiffre largement plus conséquent est mentionné par les autorités américaines. Un quiproquo qui s'explique vraisemblablement par une confusion dans la communication.

A priori, il devrait donc s'agir de la saisie de près d'un millier de domaines Internet et la fermeture de près de 37 500 sites Web de contrefaçon. Une vingtaine de pays ont été impliqués dans la dernière opération sous la direction d'Europol et l'Homeland Security Investigations (HSI) de l'Immigration and Customs Enforcements (ICE) des États-Unis. À noter la participation d'Interpol, ce qui est une première.

site-contrefaçon

Entre 2012 et fin 2014, les précédents volets de l'opération In Our Sites avaient abouti à la saisie de plus de 1 600 domaines Internet. Le sixième volet, qui vient d'avoir lieu et a précédé la période du Black Friday et Cyber Monday, dénote une montée en puissance du dispositif.

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1870387
Cet article montre bien la finalité de cette 'Europe. Incapable de s'entendre sur quoi que ce soit exception faite de la finance et du commerce. Même Interpol, cette vieille institution, est sollicité dans la traque de sites de contrefaçons, alors, qu'elle n'est pas capable de protéger notre communauté de la C.E. contre les attentats.
L'article nous parle de la protection d'un business de luxe pour de riches nantis qui n'appartiennent même pas à notre monde.
Pendant ce temps, les sites frauduleux (intéressés essentiellement par nos cartes bancaires) fleurissent à tout-va. Les spams nous submergent, les sollicitations non désirées nous assaillent, Et là, "les autorités" U.S. ou U.E. ne peuvent rien faire.Bref ! le consumérisme du petit peuple !
En conclusion, cet article ne méritait pas plus de deux lignes.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]