Le succès des femtocells est entre les mains des opérateurs

Le par  |  2 commentaire(s)
Informa logo

Selon Informa Telecoms and Media, un réseau de 40 millions de femtocells en 2013 permettra de dériver 8% du trafic mobile vers les réseaux fixes et de réaliser des économies de l'ordre de 5 milliards de dollars pour les opérateurs...à condition que leur modèle soit correctement mis en place.

Informa logoLes femtocells, ces cellules 3G miniatures qui assureront une couverture de qualité au sein des bâtiments, sont proches de leur point de commercialisation ( voir notre dossier ). Elles permettront d'étendre la couverture à moindre frais pour les opérateurs et de relier les cellules au réseau Internet fixe de l'abonné.

Selon le cabinet d'études Informa Telecoms and Media, plus de 40 millions de femtocells seront installées d'ici 2013, dont environ 22 millions d'unités rien que pour cette échéance. Cela permettra aux opérateurs de dériver 8% du trafic mobile de leur macro-réseau sur le réseau fixe des utilisateurs.

Outre un allègement de la charge du réseau mobile, les femtocells permettront d'étendre la couverture 3G de façon ponctuelle plus rapidement que s'il fallait installer des stations de base supplémentaires. Informa note que pour assurer l'équivalent du trafic mobile des 22 millions de femtocell activées en 2013 sur leur leur macro-réseau, les opérateurs devraient dépenser 13,8 milliards de dollars ou, en prenant en compte les capacités supplémentaires des réseaux existants, autour de 9 milliards de dollars.

D'un autre côté, le support d'un réseau femtocell de 22 millions d'unités reviendrait à 3,7 milliards de dollars, représentant donc 5,3 milliards d'économies potentielles si les opérateurs parviennent à mettre en place un modèle économique efficace pour ce marché.


Encore beaucoup d'incertitudes
Bien sûr, ce potentiel économisé sera grignoté par les conditions de déploiement des services femtocell, du choix des technologies, de la subvention des coûts, de l'importance du marketing engagé dans leur promotion, etc.

Une grande partie de leur succès va donc dépendre de la façon dont les opérateurs introduisent individuellement ce type de service. " Déployer des femtocells demande une bonne compréhension de la segmentation du marché entre utilisateurs mobile et marchés domestiques, demandant une préparation méticuleuse et des campagnes marketing ciblées, ce qui signifie que les opérateurs ne devront pas lésiner sur la promotion s'ils veulent réussir l'adoption de ce type de service ", explique Malik Saadi, analyste Informa.

Encore une fois, c'est bien la façon de présenter le service femtocell au consommateur qui pourra créer un marché profitable. Un déploiement timide, réservé à des utilisateurs confirmés acceptant de mettre un certain prix, aiderait certes à faire connaître le service, mais offrirait peu d'avantages de réduction des coûts au niveau des infrastructures.

Autant dire qu'à moins de disposer d'un solide panel de services associés capables d'intéresser le grand public, à des prix attractifs, les opérateurs pourraient avoir bien du mal à trouver un équilibre entre leur macro-réseau et celui des femtocells afin de gérer leur trafic mobile et de profiter des économies prédites.
Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #300731
Bonjour,

Je me demande encore quels sont les intérêts pour les consommateur de bénéficier d'une telle borne chez soi :
- Elle nécessite déjà un accès internet, de grande préférence en haut débit.
- Elle offrira des services que, je trouve, sont déjà disponible en majorité et en mieux sur internet.
- Enfin, j'ai l'impression que le consommateur va devoir payer pour en bénéficier, en gros ça serait "de payer la couverture à la place de l'opérateur ?"

Je me trompe ?
Le #300831
Non, non et non !
Les femtocellules prolongent la logique d'un opérateur de téléphonie mobile et donc son modèle économique (largement orienté voix et donc durée).
Or, ce modèle est désormais largement obsolète la plupart des contenus étant à présent véhiculés par des réseaux de DONNEES y compris, donc, la voix. La facturation de ces réseaux s'effectue soit au volume ou, plus communément, au forfait.
Les réseaux voix GSM ne sont PAS pas conçus pour véhiculer de la donnée : trop de charge. Les réseaux 3G le sont davantage.
Mais véhiculer uniquement de la donnée (même critique) ne nécessite pas d'infrastructure aussi élaborée que l'est l'infrastructure GSM/3G (avec ses SMS, son mode paquet, etc).
L'avenir n'est donc pas aux femtocells mais à des infrastructures issues des réseaux et non issues de la téléphonie.

Malgré ces lourds handicaps gageons que le législateur/gouvernement français saura se montrer bienveillant pour faciliter l'introduction de ces dispositifs au sein des foyers français ...
db


Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]