Les "likes" de Facebook sont protégés par la liberté d'expression

Le par  |  5 commentaire(s) Source : The Verge
facebook

Que valent nos "Likes" sur les réseaux sociaux ? En dehors de l’intérêt financier direct ou indirect que cette forme de partage d’opinion peut représenter pour les annonceurs, le fait d’afficher nos opinions de la sorte peut-il nous porter préjudice ?

Du simple problème d' E-réputation, les "Likes" sur le réseau social Facebook viennent d’entrer dans une nouvelle dimension, celle de la loi.

Facebook-Like En 2009, le Shériff BJ Roberts se présentait aux réélections pour conserver son poste. Alors qu’il espérait le soutien de ses adjoints lors de la campagne, il a constaté que 6 de ceux-ci avaient "liké" la page Facebook de son principal opposant alors qu’il appelait à le faire renvoyer avant la fin des élections.

BJ Roberts a finalement conservé son poste suite aux élections, mais a aussitôt rassemblé son équipe, et licencié les six adjoints en question. La question qui s’est rapidement posée était alors de savoir si ce choix pouvait être légalement justifié.

Non d’après la Cour d’appel des États-Unis pour le quatrième circuit qui a précisé que les "Likes" de Facebook tombaient sous le coup de la liberté d’expression. Dans ce cas précis, la justice à établi que le fait d’aimer une page était "l’équivalent sur Internet d’installer une pancarte de soutient politique au bout de son jardin ", une pratique qui est elle-même reconnue comme de la libre expression.

En définitive, les adjoints licenciés abusivement peuvent poursuivre le shérif en justice pour ne pas avoir respecté leur liberté d’expression. La Cour a ajouté qu' "un utilisateur peut employer un simple clic de souris pour afficher une idée ou une page qu’il apprécie au lieu de taper lui même le même message à l’aide de plusieurs touches de clavier, il n’y a aucune différence significative à ce niveau."

En outre, la liberté d’expression rejoint ici la liberté d’opinion. C’est justement ce genre de décision que Facebook souhaite voir appliquer le plus possible. Et pour cause, il y va de l’avenir de la plateforme sociale.

Pour autant, tout n’est pas encore gagné puisque les mois précédents, une décision inverse avait été annoncée suite à une affaire similaire.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1489162
Ce serait pas plus mal de rajouter "aux Etats-Unis" dans le titre... à moins que ce soit pour faire du sensationnalisme à 2 balles...

"Que valent nos "Likes" sur les réseaux sociaux ?..."
=>En France, rien du tout (à part peut-être pour FB qui doit avoir un moyen de les transformer en $$)...
Le #1489242
Je pense à la page FB: soutient au bijoutier de nice avec ces 1,6M de personnes qui aime. Si dans quelques temps le proprio de la page veut la vendre... pour faire de la pub il est tranquille avec autant de personne.
Le #1489322
zorglub123 a écrit :

Ce serait pas plus mal de rajouter "aux Etats-Unis" dans le titre... à moins que ce soit pour faire du sensationnalisme à 2 balles...

"Que valent nos "Likes" sur les réseaux sociaux ?..."
=>En France, rien du tout (à part peut-être pour FB qui doit avoir un moyen de les transformer en $$)...


Yep, c'est ce que je me suis dit aussi.

"Facebool" olol.
Le #1489552
"Facebool" : On aurait voulu la faire, celle-là...
Le #1491842
Le plus étrange c'est qu'il n'y ait pas de bouton "don't like"...
On n'est pas chez les bisounours, on a le droit de ne pas aimer et de le dire...

On m'aurait mentiiii ?
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]