Live streaming illégal : la confidentialité des données menacées ?

Le par  |  10 commentaire(s)
Microsoft-securite-authenticator

Le mois dernier, une équipe de chercheurs américains, l’Association of Internet Security Professionals (AISP), s’est intéressée à la nouvelle mode sur la toile : le live streaming. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les conclusions de leur rapport, intitulé « Illegal Streaming and Cyber Security Risks : A dangerous status quo ? », surprennent.

Le revers de la médaille du live streaming illégal

Si depuis l’aube d’Internet, les sites pornographiques constituent le vecteur principal de propagation de virus sur la toile, les sites illégaux de live streaming représentent une concurrence de taille. Selon l’étude de l’AISP, alors que 97 % des sites de streaming illégaux sont infectés par des malwares (logiciels malveillants), faisant de cette pratique la voie d’infection la plus courante sur Internet, les plateformes illégales de live streaming représentent une grande partie des ces infections. Au point de devenir une véritable porte ouverte à la fraude et au vol de données.

Le streaming vidéo, qui constitue aujourd’hui 91 % du trafic Internet mondial, est depuis quelque temps déjà ancré dans le paysage virtuel mondial. Son pendant « en direct », le live streaming, est quant à lui entré dans les mœurs il y a peu. Développées en 2008 par des entreprises comme Youtube ou Google, les technologies permettant le visionnage et le partage de vidéos en direct sur Internet ont plus ou moins stagné depuis. Il faudra attendre la Coupe du monde de football 2014 au Brésil pour démocratiser la pratique dans le monde entier, mais surtout pour voir un véritable marché noir du live streaming se développer en parallèle. Du 12 juin au 13 juillet dernier, plus de 20 millions de personnes à travers le monde ont regardé les matches de la Coupe du monde en live streaming sur des sites illégaux.


Une question d’informations

Leur gratuité, si elle a permis à ces sites de se démocratiser, est aussi la cause principale de l’émergence des pirates dénoncée par l’AISP. Comme n’importe quelle marchandise ou service, un site peut être gratuit soit parce qu’il bénéficie de subventions ou de dons – une hypothèse peu probable pour les sites illégaux de live streaming – soit parce qu’il a minoré ses investissements dans son développement, le plus souvent au détriment de sa sécurité.

Faire sauter les pare-feu des sites illégaux de live streaming est ainsi bien souvent un jeu d’enfants pour pirates et hackers. Toujours selon ce rapport de l’AISP, certains d’entre eux vont même jusqu’à créer et développer leurs propres sites de live streaming illégal, infectés et porteurs de chevaux de Troie dès leurs créations, afin d’augmenter leurs chances d’attraper un internaute dans leur toile. Ainsi, alors que 160 000 nouveaux malwares sont créés par jour, les sites illégaux de live streaming ont envahi les moteurs de recherche et représentent une pierre de plus à l’édifice de menaces que constitue Internet aujourd’hui.

La toile est en effet souvent pointée du doigt comme la source de dangers toujours plus nombreux et variés. Des accusations parfois exagérées qui ne doivent pas faire oublier la responsabilité de l’internaute. Pour Anton Korobkov-Zemlianski, un membre de la commission de la science et des innovations de la Chambre publique de Russie, également expert en médias, Internet « présente moins de dangers que d’autres objets que nous utilisons. Les voitures causent la mort de beaucoup plus de monde qu’Internet (…) Beaucoup commencent à voir dans Internet une panacée appelée à simplifier leur vie. Le web ne simplifie pas notre vie, il crée des conditions nouvelles et exige que les gens changent et évoluent ».

Une réglementation comme le Code de la route est cependant impossible à mettre en place sur la toile, l’anonymat étant à la portée de tous sur Internet. La diffusion de l’information et la responsabilisation des usages apparaissent alors comme la plus fiable des solutions. Et tandis qu’il suffit d'ajuster son comportement aux risques et aux menaces d’Internet, « il vaut mieux prévenir que guérir » n’a jamais été aussi adapté.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1821257
Et pourquoi ça se développe ? Parce qu'avant, tout le monde pouvait regarder les événements sportifs majeurs alors que maintenant seulement une partie est éventuellement retransmise et que le reste l'est sur plusieurs chaînes payantes.

Des milliards de droits de retransmission se font en vendant du vent puisque avant les prix étaient suffisamment raisonnables pour que les chaînes en clair puissent les payer via la pub.

Ici le piratage est une saine réaction au délire financier qui a touché le sport.

Le #1821262
PauletteParis a écrit :

Et pourquoi ça se développe ? Parce qu'avant, tout le monde pouvait regarder les événements sportifs majeurs alors que maintenant seulement une partie est éventuellement retransmise et que le reste l'est sur plusieurs chaînes payantes.

Des milliards de droits de retransmission se font en vendant du vent puis qu’avant les prix étaient suffisamment raisonnables pour que les chaînes en clair puisse les payer via la pub.

Ici le piratage est une saine réaction au délire financier qui a touché le sport.


Je suis en total accord avec toi.
Le #1821270
"Le streaming vidéo, qui constitue aujourd’hui 91 % du trafic Internet mondial"
=>Wow... carrément déprimant....
Vu que je streame pas je vais demander une réduction de 91% à mon FAI
Le #1821274
PauletteParis a écrit :

Et pourquoi ça se développe ? Parce qu'avant, tout le monde pouvait regarder les événements sportifs majeurs alors que maintenant seulement une partie est éventuellement retransmise et que le reste l'est sur plusieurs chaînes payantes.

Des milliards de droits de retransmission se font en vendant du vent puisqu’avant les prix étaient suffisamment raisonnables pour que les chaînes en clair puisse les payer via la pub.

Ici le piratage est une saine réaction au délire financier qui a touché le sport.


Tout est dit ....
t'as ouvert la boite de Pandore
Le #1821298
D'ailleurs dois-je toujours payer ma redevance TV alors que je n'ai pas d'antenne terrestre et que j'utilise la télé via ADSL (et donc que je paye un abonnement pour cela)? De plus, étant donné que les pubs faisant référence au seks pullule à la télé, dois-je toujours payer alors que je me coltine de la pub qui me fait rougir de honte devant mes gosses? Si je supprime électroniquement le tuner de ma télé, dois-je toujours payer ma redevance?
Le #1821309
L'article ne parle que de live streaming mais c'est pareil pour le streaming en général, non ?
Le #1821318
kitopa a écrit :

D'ailleurs dois-je toujours payer ma redevance TV alors que je n'ai pas d'antenne terrestre et que j'utilise la télé via ADSL (et donc que je paye un abonnement pour cela)? De plus, étant donné que les pubs faisant référence au seks pullule à la télé, dois-je toujours payer alors que je me coltine de la pub qui me fait rougir de honte devant mes gosses? Si je supprime électroniquement le tuner de ma télé, dois-je toujours payer ma redevance?


Fais comme moi, débarrase-toi de ton téléviseur. Si tu peux vraiment pas te passer de télé, je crois que les cartes TV ne sont pas assujetties mais à confirmer car il était question de changer ça il me semble.
Le #1821601
bizarre, avec mon openelec, je ne fais pratiquement que du streaming et j ai aucun souci de virus, quelqu un a une explication?

sinon qui sont ces guignols dont on ne trouve aucune trace sur google?
Le #1821741
Internet est une boite de pendor.
Le #1822228
Le porno a au moins passé son tour.

Apres voir le nombre de saloperies qui veulent s'installer pour juste regarder un pauvre film en streaming, ca fou les chocotes !
Ca signifie juste que le streaming ca pue.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]