Livraisons par drones en ville : la NASA reste perplexe

Le par  |  3 commentaire(s) Source : Nex York Times
Amazon drone

Amazon lançait l'idée il y a quelques mois : la livraison par drone pourrait se démocratiser dans un avenir proche... Ou pas, d'après la NASA.

Une fois l'idée d'Amazon Prime Air lancée, un système de livraison de produits achetés auprès du géant de la vente en ligne, acheminé par drone volant jusqu'au client, une foule d'acteurs de la vente ou de la livraison ont fait connaitre des projets similaires.

Or, la FAA et les diverses autorités de régulation du trafic aérien ont rapidement mis un terme à toute précipitation : l'usage des drones commerciaux devra être réglementé et particulièrement encadré.

drone national geographic Ces drones volants pullulent sur le globe depuis que Parrot a fait de son AR Drone le premier drone grand public. Des modèles plus simples, mais aussi plus sophistiqués se sont par la suite invités auprès des amateurs, et les vidéos de prises de vues aériennes ont inondé les réseaux, avec toutefois quelques rappels à l'ordre sur la sécurité et la législation selon les cas.

Et si Google vient de dévoiler à son tour son Project Wing, un autre service de livraison par drone, cette fois c'est la NASA qui donne son avis sur le déploiement de tels services.

Selon l'agence spatiale américaine, il devrait être particulièrement complexe de réguler le trafic de drones au-dessus des villes. La NASA aurait déjà conçu un programme de gestion du trafic d'engins volants à de faibles altitudes. Un logiciel qui tiendrait compte de plusieurs facteurs comme la température, le vent, les capacités techniques des modèles... autant d'éléments cruciaux pour des drones légers à l'autonomie et à la puissance limitées.

drone skyranger Parimal H.Koperdekar, chef du projet, a toutefois émis quelques réserves : " Avec un à la fois, on peut les faire fonctionner et les garder en sécurité. Mais quand il y en a une quantité en action dans le même espace aérien, il n'y a pas d'infrastructure pour le permettre."

Deux critères majeurs sont donc à prendre en considération, selon lui, lors de l'exploitation de ces drones commerciaux. Le premier est la densité d'habitants en fonction des zones survolées, l'autre étant le prix que les usagers seront prêts à payer pour accéder au service.

Dans un premier temps, ce sont les zones les plus reculées et difficilement accessibles par les voies terrestres qui devraient le plus largement profiter de ce type de livraison, à condition là encore de concevoir des drones capables de parcourir de grandes distances avec suffisamment de capacité d'emport.

Les premières livraisons devraient ainsi être programmées d'ici cinq ans dans des zones peu peuplées. La livraison par drone en ville pouvant ne pas intervenir avant plusieurs dizaines d'années.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1807250
On va bien rigoler, quand il va y avoir les premiers crash de drones
seulement, attention aux dommages collatéraux
Le #1807277
Je suis contre... Drone donc forcément avec une caméra qui filme et donc enregistre tout et donc la vie privée de tout le monde.

Il y en a un qui passe près de ma fenêtre je le shoote

Le #1807317
PauletteParis a écrit :

Je suis contre... Drone donc forcément avec une caméra qui filme et donc enregistre tout et donc la vie privée de tout le monde.

Il y en a un qui passe près de ma fenêtre je le shoote


Et ça devrait être un droit de le faire. La légitime défense devrait inclure ce genre d'intrusion. Ainsi, ça pourrait équilibrer certains types de comportement. Souvent, les touristes se disent "touriste" pour filmer n'importe qui et n'importe quoi à l'insu des habitants des lieux.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]