La théorie de la Longue traîne malmenée : 1% des artistes musicaux gagne toujours plus

Le par  |  4 commentaire(s) Source : Financial Times
Long Tail

La théorie de la longue traîne de Chris Anderson peine à épouser l'évolution de l'industrie musicale où la richesse se concentre toujours autour du 1% des artistes les plus en vue.

La théorie de la Longue traîne de Chris Anderson a tenté de montrer que l'économie numérique ne profite pas uniquement aux plus gros acteurs d'un marché et qu'au-delà des très gros succès qui génèrent l'essentiel de la valeur, il existe une demande exploitable pour tout le reste du segment.

Cette longue traîne crée en retour une offre très riche qui malgré les faibles volumes générés peut se maintenir sur le marché. Une étude de Midia Consulting rapportée par le Financial Times suggère cependant que les mécanismes vertueux imaginés par Chris Anderson ne se réalisent pas dans l'industrie musicale.

Long Tail L'étude suggère qu'en 2013, le 1% des artistes générant le plus de valeur a capté 77% de l'ensemble des revenus du secteur, alors que ce taux était de 71% en 2000. Au lieu de se répandre dans la longue traîne et de profiter à l'ensemble du secteur, la valeur ne s'est donc jamais autant concentrée autour d'un très petit nombre d'artistes, tandis que l'immensité de la longue traîne doit se contenter des miettes (23%).

La chute des coûts apportée par l'économie numérique a bel et bien permis de créer une offre sans précédent, avec des catalogues de dizaines de millions de titres...mais c'est une offre que personne où presque ne consulte. Et, dans le cas particulier de la musique, il apparaît même que les superstars captent une plus grande proportion des revenus dans la musique numérique que dans les ventes physiques.

Autrement dit, alors que le numérique est censé apporter une offre beaucoup plus vaste, les achats de musique se concentrent encore plus fortement sur les quelques mêmes artistes. Les analystes de Midia Consulting y voient peut-être le fait d'un manque de visibilité qui conduit les portails de musique numérique à ne mettre en avant que les très grands artistes quand il est possible de flâner dans les rayons d'un magasin physique et de tomber sur un artiste moins connu mais qui piquera la curiosité.

La raffinement des outils de découverte et de recommandation peuvent éventuellement amener plus d'artistes à être mis en valeur mais le constat de Midia Consulting se fait réaliste : même avec un choix très large, les consommateurs restent cantonnés à quelques artistes superstars, toujours les mêmes, et les atouts de l'économie numérique n'y ont rien changé :

"Le marché nous montre que les humains sont autant des moutons en quête de rassemblement dans un troupeau en ligne que hors ligne", indique Mark Mulligan, auteur de l'étude.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1674642
"Le marché nous montre que les humains sont autant des moutons en quête de rassemblement dans un troupeau en ligne que hors ligne", indique Mark Mulligan, auteur de l'étude."

Ca, c'est ce que j'appelle un langage diplomatique !
Le #1674682
"Le marché nous montre que les humains sont autant des moutons en quête de rassemblement dans un troupeau en ligne que hors ligne"

Et en même temps, y a tellement de merde que je comprends les gens qui veulent quelque chose d'écoutable...
Le #1674772
qui en doutait ? avec de nouveaux outils, la médiocrité reste lma médiocrité.
Le #1674952
graveen a écrit :

qui en doutait ? avec de nouveaux outils, la médiocrité reste lma médiocrité.


C'est tout à fait ça, de la musique de m.... que ce soit sur CD ou numérique, ça reste de la musique de....

Après c'est toujours le discours du grand méchant vilain consommateur qui pirate la musique, encore et encore.

Ah oui ce que j'ai adoré c'est cette phrase :
"La chute des coûts apportée par l'économie numérique a bel et bien permis de créer une offre sans précédent, avec des catalogues de dizaines de millions de titres...mais c'est une offre que personne où presque ne consulte".

Des dizaines de millions de titres... oui c'est bien beau tout ça, mais j'ai pas le temps d'écouter tous ces titres en ligne ! C'est bien d'avoir de l'offre en ligne, mais on ne peut pas tous les consulter.
En tout cas, un artiste qui a de vrais fans, ils achèteront des disques, point barre. Et ironie de tout cela, c'est grâce au "piratage" comme on dit si bien que j'ai découvert mon groupe favori et que j'ai claqué une fortune en CD .


Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]