Lutte contre un site anti-IVG : Comment le Gouvernement prouve son absence de maîtrise de Google

Le par  |  13 commentaire(s)
IVG gouv

Le Gouvernement français part une nouvelle fois en guerre contre Google et son référencement en invitant les internautes à cliquer un maximum de fois sur son site d'information sur l'IVG.

L'IVG sur Internet : un sujet complexe

Techniquement, le gouvernement français n'a pas les moyens d'imposer le déréférencement d'un site de Google qui ne viole aucune loi. Le même constat s'applique pour imposer à Google de faire redescendre dans le classement de ses résultats de recherche un site qui n'est pas condamnable légalement.

C'est donc par des mesures détournées que le gouvernement cherche à faire tomber le premier site renvoyé par Google lorsque l'on tape le terme "IVG" dans la boite de recherche. Et pour cause : le premier site mis en avant par Google est justement un site anti-IVG.

Pour y parvenir, le gouvernement demande aux internautes de cliquer sur son site d'information sur l'interruption volontaire de grossesse, afin que ce dernier reprenne la première place au classement de Google. L'objectif serait ainsi de lutter contre la désinformation sur l'IVG en mettant en avant le site www.ivg.social-sante.gouv.fr.

ivg

Le site pointé du doigt avait déjà été dénoncé en 2012 pour partager des informations trompeuses aux visiteurs sur un sujet sensible, tout en profitant de la détresse des visiteurs pour imposer son message.

Le gouvernement ne maitrise pas le fonctionnement de Google

L'issue du combat est connue d'avance : le seul fait de cliquer sur le site du gouvernement n'y changera rien, puisqu'il suffira au site anti-IVG de payer Google pour maintenir sa position. Le fonctionnement de l'algorithme de Google est volontairement maintenu opaque, et seul le travail sur le SEO permet de faire évoluer son PageRank.

Plus que les clics, le gouvernement aura plutôt intérêt à faire parler de lui, avec un lien direct de son site au coeur des gros médias, ceux qui ont le plus de poids dans le pays. Rien que notre propre lien aura plus d'impact sur l'évolution du Page Rank du site du gouvernement sur l'IVG que des dizaines de milliers de clics ou de partages Twitter d'anonymes.

Le gouvernement a, par ailleurs, une partie des cartes en main pour mener son combat seul, simplement en multipliant les liens vers son site depuis les sites des autres ministères, puisque l'indice de confiance des sites de l'Etat explose littéralement les plafonds de Google.

Une carte à jouer lors de la modernisation des services du gouvernement

L'autre carte à jouer se fera lors de l'étape de modernisation des services de l'État et la refonte des sites du Gouvernement : Google apprécie plus particulièrement les sites clairs et bien construits, compatibles avec les navigateurs mobiles et exploitant le HTML 5. L'utilisation des balises a également son importance, particulièrement si le gouvernement faisait l'effort de renseigner le terme "IVG" dans sa "balise" h1 par exemple afin d'en désigner l'importance capitale dans la thématique débattue au coeur du texte qui suit. ( A titre de comparaison, à l'heure actuelle le terme IVG est dans une balise h2 dans le titre de la page "Campagne d'information sur l'IVG").

Marisol Touraine a assuré que le gouvernement a prévu de réviser l'architecture de ses différents sites afin d'obtenir plus de visibilité sur Google dans un avenir proche.

Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 2

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1875022
J'imagine bien le gouvernement faire du "black hat" envers google ...
Le #1875041
"le fonctionnement de l'algorithme de Google est volontairement maintenu opaque"

=>Ah et donc qu'est-ce qui vous permet d'affirmer qq lignes plus bas que :

"Plus que les clics, le gouvernement aura plutôt intérêt à faire parler de lui, avec un lien direct de son site au coeur des gros médias, ceux qui ont le plus de poids dans le pays. Rien que notre propre lien aura plus d'impact sur l'évolution du Page Rank du site du gouvernement sur l'IVG que des dizaines de milliers de clics ou de partages Twitter d'anonymes."

Edit : ah ok j'ai compris, ils demandent de cliquer sur le lien dans Twitter et non dans les résultats Google Ca aurait été cool de le préciser dans la news, pour qu'elle ait un peu de sens...

Et ça aussi c'est bidon, ça confond résultats sponsoriés et résultats normaux (ou alors Google fait dans le pot-de-vin et ça mériterait bien une news) "le seul fait de cliquer sur le site du gouvernement n'y changera rien, puisqu'il suffira au site anti-IVG de payer Google pour maintenir sa position". Bref, pas clair l'article...
Le #1875052

























L'Etat n'aime pas être devancé ....

Un dicton affirme bien : « On trouve toujours son maitre »

http://www.unproverbe.com/si-fort-que-l-on-1856.html
Le #1875053
Quand on tape IVG dans Google on ne tombe pas sur un site Anti-IVG
Le #1875062
skynet a écrit :

Quand on tape IVG dans Google on ne tombe pas sur un site Anti-IVG


Et pourtant le site ivg.net est bien tenu par une association anti-IVG
Le #1875063
skynet a écrit :

Quand on tape IVG dans Google on ne tombe pas sur un site Anti-IVG


Le site ivg (point) net qui arrive en première position sur google est un site clairement Anti-IVG !
Il suffit de lire les "témoignages"...
Le #1875068
En tout cas il ne semble pas l'être par ses propos. Toutes les infos réglementaires y sont donné. je n'ai pas regardé les commentaires mais je ne trouve rien sur le site qui tenterait de décourager de pratiquer l'IVG ...
Le #1875074
"Le site pointé du doigt avait déjà été dénoncé en 2012 pour partager des informations trompeuses aux visiteurs sur un sujet sensible, tout en profitant de la détresse des visiteurs pour imposer son message."

Deux choses sont mélangées à la fois dans l'article et dans la présentation du gouvernement et ça m'oripile :

- Le site est anti-IVG... Grand bien (mal?) leur fasse... À chacun ses opinions... À ce que je sache (du moins, jusqu'à l'après janvier dernier et les lois de surveillance), la France est(était) un pays où la liberté d'expression reigne(ait). Donc je ne vois pas en quoi on pourrait/devrait agir pour faire fermer/baisser le rang d'un site, s'il est légal.

- Le site raconte des bobards sur l'IVG et profite de la faiblesse des femmes tombées enceintes par erreur en utilisant le FUD. Dans ce cas, 1) oui, il faut fermer le site (et tous ceux qui utilisent ces méthodes) et 2) il existe des moyens légaux de le faire, donc qu'on arrête de nous bassiner avec le fait qu'il faut créer toujours plus de lois liberticides pour la masse populaire sous prétexte qu'un ou deux connards abusent et que notre justice ne fait pas son travail correctement...

Bref : conclusion, ce n'est pas au peuple de faire la justice, ni au gouvernement d'appeler à faire un bashing minable d'un site web, mais bien aux politiciens de faire leur travail..
Le #1875088
Ils ont qu'à payer s'ils veulent un meilleur référencement...

Et surtout, les gens n'ont qu'à lire un peu au lieu qe cliquer n'importe où, n'importe quand...
Le #1875093
LIAR a écrit :

"Le site pointé du doigt avait déjà été dénoncé en 2012 pour partager des informations trompeuses aux visiteurs sur un sujet sensible, tout en profitant de la détresse des visiteurs pour imposer son message."

Deux choses sont mélangées à la fois dans l'article et dans la présentation du gouvernement et ça m'oripile :

- Le site est anti-IVG... Grand bien (mal?) leur fasse... À chacun ses opinions... À ce que je sache (du moins, jusqu'à l'après janvier dernier et les lois de surveillance), la France est(était) un pays où la liberté d'expression reigne(ait). Donc je ne vois pas en quoi on pourrait/devrait agir pour faire fermer/baisser le rang d'un site, s'il est légal.

- Le site raconte des bobards sur l'IVG et profite de la faiblesse des femmes tombées enceintes par erreur en utilisant le FUD. Dans ce cas, 1) oui, il faut fermer le site (et tous ceux qui utilisent ces méthodes) et 2) il existe des moyens légaux de le faire, donc qu'on arrête de nous bassiner avec le fait qu'il faut créer toujours plus de lois liberticides pour la masse populaire sous prétexte qu'un ou deux connards abusent et que notre justice ne fait pas son travail correctement...

Bref : conclusion, ce n'est pas au peuple de faire la justice, ni au gouvernement d'appeler à faire un bashing minable d'un site web, mais bien aux politiciens de faire leur travail..


Excellente analyse, merci.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]