Matériel informatique : les défaillances font perdre jusqu'à 30 minutes par jour aux salariés

Le par  |  8 commentaire(s) Source : Crucial
efficacité travail informatique

En marge des différentes études qui pointent parfois du doigt l'accès à Internet comme une perte de temps et d'argent pour les employeurs, une étude met désormais en avant les défaillances informatiques comme un autre facteur de perte de temps.

Crucial.fr et l'Institut EasyPanel viennent ainsi de publier le compte rendu d'une étude focalisée sur l'efficacité au travail, qui prend largement en compte la question des problèmes informatiques dans l'optimisation au coeur des entreprises. Un sondage a été réalisé auprès d'un panel de 1015 personnes représentatif de la population française et possédant un ordinateur.

Crucial étude efficacité travail L'étude révèle ainsi que lorsque l'on demande quels sont les éléments qui font perdre du temps en entreprise, 16,4 % pointent du doigt un matériel informatique jugé trop lent.

Près de la moitié des sondés ( 40,7%) estime ainsi que l'utilisation d'un matériel informatique défaillant leur fait perdre jusqu'à 30 minutes par jour. Rapporté à l'année, cela représente 109 heures par an, soit près de 14 jours de travail perdu. Du temps qui ne profite pas à l'entreprise. En outre, ces défaillances se présenteraient comme un frein au télétravail pour plus d'un tiers des sondés ( 36,7%).

L'étude, commandée par un spécialiste du stockage ( Crucial ) y va donc de sa recommandation pour lutter contre cette perte de temps : le renforcement du système et l'ajout d'un module de mémoire SSD ... évidemment.

Malheureusement, tout n'est pas si simple, et il aurait sans doute fallu être plus explicite concernant ce que les sondés considèrent comme des " défaillances informatiques ". Selon les motifs, l'entreprise peut effectivement reprendre la main ou non sur ces pertes de temps : qu'il s'agisse de matériel obsolète, d'une connexion à Internet défectueuse ou limitée, d'un logiciel professionnel inadapté ou défaillant, d'un personnel peu ou pas formé à l'utilisation de l'outil informatique, les options ne seront pas les mêmes.

Reste un principe de base immuable dans l'univers informatique, une loi universelle que les analystes devraient conserver en tête lors de chaque étude : dans la majorité des cas, le problème provient de l'autre côté de l'écran.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1733992
"défaillant" ou "lent" ? Ce sont 2 choses très différentes. Pour le reste, vu le nombre de gars qui se sont branlés la nouille en passant de Vista à Seven alors que ces derniers étaient tous bien plus lent et moins réactif qu'XP, que dire d'autre que l'on a que ce que l'on mérite ?
Le #1734082
oldjohn a écrit :

"défaillant" ou "lent" ? Ce sont 2 choses très différentes. Pour le reste, vu le nombre de gars qui se sont branlés la nouille en passant de Vista à Seven alors que ces derniers étaient tous bien plus lent et moins réactif qu'XP, que dire d'autre que l'on a que ce que l'on mérite ?


non mais je rêve là
"le nombre de gars qui se sont branlés la nouille en passant de Vista à Seven alors que ces derniers étaient tous bien plus lent et moins réactif qu'XP"
tu vis dans quel monde ?
En supposant que les gars étaient les tech à qui ont a rien demandé en quoi il se sont branlé la nouille ?
Ou en supposant que les gars étaient les DSI devaient-il laisser les machines sous XP ?
A priori c'est ce que tu pense sauf qu'a l'heure actuelle tu fait quoi ?

Le #1734092
Et pis surtout, on oublie toujours de rappeler le temps gagné en permanence par l'utilisation de l'informatique. Plutôt que d'en perdre, les soit-disant défaillances en font moins gagner.

A les entendre, il faudrait abolir les mails et Internet....
Le #1734122
Sinon il y'a Mac et OSX. 15 secondes au démarrage (en SSD), ça plante quasi jamais. Bel outils de travail pour le montage vidéo, la MAO, Photoshop...
Le #1734172
Perso, de ce que je vois, c'est en majeure partie la formation qui fait défaut, et du coup, ça induit de la lenteur et des défaillances techniques...

Avec des O.S. plus musclés, ça passerai, mais bon, c'est vrai qu'avec des Windows, c'est joli...
Le #1734462
Les logiciels ont de sérieux problèmes... Voir les mlogiciels de gestion de la paye des fonctionnaires qui après des centaiens de millions ne focntionnent toujours pas. Le logiciel sur mesure, un marché juteux, surtout quand ce sont des amdinistrations ou des entreprises qui payent. Je me demande toujours aujourd'hui comment avec des bases de données toute prêtes aussi puissantes il est aussi difficicle de pondre un logiciel un peu correct.
Le #1734572
cycnus a écrit :

Les logiciels ont de sérieux problèmes... Voir les mlogiciels de gestion de la paye des fonctionnaires qui après des centaiens de millions ne focntionnent toujours pas. Le logiciel sur mesure, un marché juteux, surtout quand ce sont des amdinistrations ou des entreprises qui payent. Je me demande toujours aujourd'hui comment avec des bases de données toute prêtes aussi puissantes il est aussi difficicle de pondre un logiciel un peu correct.


Ce genre de logiciels n'a jamais été fait pour fonctionner. Ils sont la pour justifier des dépenses massives d'argent public dans ce qui est, dans le meilleur des cas, des subventions déguisées. Même dans le privé, l'adéquation entre les moyens, les besoins et le personnel, est très rarement le critère de choix numéro 1. Si on ajoute l'incompétence technique du management, ce qui est étonnant, c'est que ça arrive encore à peu prés à tourner.
Le #1734592
cycnus a écrit :

Les logiciels ont de sérieux problèmes... Voir les mlogiciels de gestion de la paye des fonctionnaires qui après des centaiens de millions ne focntionnent toujours pas. Le logiciel sur mesure, un marché juteux, surtout quand ce sont des amdinistrations ou des entreprises qui payent. Je me demande toujours aujourd'hui comment avec des bases de données toute prêtes aussi puissantes il est aussi difficicle de pondre un logiciel un peu correct.


Tu ne sais visiblement pas de quoi tu parles.

C'est surtout un travail que pas grand monde ne comprend, y compris et surtout parmi ceux qui y font appel. D'où l'incapacité du client à définir ses besoins, son cahier des charges et tout simplement à exprimer clairement ce qu'il veut et comment il le veut. L'inculture informatique s'exprime aussi ici, au travers des innombrables chefaillons qui sont ceux qui prennent et imposent les décisions sans bien comprendre de quoi ils parlent, et en plus bien souvent sans eux-même faire partie des futurs utilisateurs.

Au final on se retrouve avec des applications qui ne conviennent à aucun process métier et à aucun utilisateur. Je le sais. C'est mon boulot. Je le vis presque tous les jours.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]