Mobiles et santé : le principe de précaution reste de mise

Le par  |  0 commentaire(s)
Logo minist

Le ministère de la santé, de la jeunesse et des sports rappelle que le consensus sur les émissions de radiofréquences par les produits mobiles et/ou WiFi porte actuellement sur une attitude neutre.

Logo ministN'en déplaise aux associations qui agitent le drapeau d'un éventuel risque sanitaire des appareils grand public émettant des radiofréquences, comme les téléphones portables ou les produits WiFi, le ministère de la santé, de la jeunesse et des sports rappelle dans un communiqué qu'en la matière, il n'existe aucune preuve scientifique démontrant que l'utilisation d'un téléphone portable présente un danger particulier pour la santé, qu'il s'agisse des adultes ou des enfants.

Certes, certaines études récentes suggèrent un risque faible à long terme ( plus de 10 ans ) et en cas d'utilisation intensive, mais son existence reste à confirmer et à quantifier. Dans ces conditions, la position du ministère reste neutre, en attendant les résultats de l'étude Interphone supervisée par l' OMS ( Organisation Mondiale de la Santé ) et de la mise à jour des connaissances sur les risques liés à l'exposition aux radiofréquences de l' AFSSET ( Association Française de Sécurité Sanitaire de l'Environnement et du Travail ).


Pour une attitude raisonnée
Le ministère rappelle son engagement auprès de la Fondation Santé et Radiofréquences, faisant le point sur les connaissances et l'état de la recherche, et souligne l'intérêt de son quatrième appel à projets pour la recherche sur les risques pour les enfants et les effets à long terme.

La présence d'un risque ne pouvant être écartée, un appel à la prudence est recommandé pour les parents et les familles concernant l'usage de ces dispositifs chez les enfants, dont l'organisme est plus sensible que celui des adultes, et une utilisation modérée dans tous les cas.

La question est redevenue particulièrement sensible depuis l'introduction du téléphone portable pour enfant Mo1 d' Imaginarium, qui est visé par plusieurs associations demandant son retrait du marché. Elles rencontreront à cet effet le ministre de la santé Roselyne Bachelot le 15 janvier prochain.

Le ministère recommande d'utiliser son mobile avec discernement, d'éviter de téléphoner dans des conditions de mauvaise réception ou lors de déplacements à grande vitesse et d'éloigner le téléphone des zones sensibles du corps en utilisant par exemple un kit mains libres.
Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]