Piratage : Google et Microsoft pour réduire les revenus publicitaires des sites

Le par  |  6 commentaire(s)
pirate drapeau

Google, Microsoft, Yahoo ! ou encore AOL s'engagent aux États-Unis à faire le nécessaire pour bouter hors de leurs réseaux publicitaires des sites qui violent de la propriété intellectuelle.

Avec le soutien de l'Interactive Advertising Bureau qui réunit les acteurs de la publicité en ligne, plusieurs groupes dont AOL, Yahoo!, Microsoft et Google ont pris un engagement aux États-Unis au sujet d'un code de bonne conduite pour leurs réseaux publicitaires.

pirate drapeauCela concerne plus précisément les sites impliqués dans la violation de propriété intellectuelle, soit le piratage et la contrefaçon de biens.

Selon le Bureau américain de la gestion et du budget, cet engagement volontaire va permettre de " réduire le flux des recettes publicitaires " de sites qui se livrent de manière importante à du piratage et de la contrefaçon.

Google souligne par exemple une politique claire pour ses réseaux publicitaires avec interdiction pour de tels sites. La firme de Mountain View indique par ailleurs qu'en 2012, la diffusion de publicités a été désactivée pour 46 000 sites en raison d'une violation de droits d'auteur, et plus de 82 000 comptes ont été fermés pour avoir tenté de faire de la publicité de biens contrefaits.

De son côté, Microsoft met en avant une procédure de notification et retrait appropriée via l'identification par les propriétaires de droits et une réponse rapide des services en ligne. Pour la publicité, il s'agira donc d'accepter des notifications des ayants droit à la manière des notifications DMCA pour les demandes de retrait de contenus piratés.

Si cette démarche est sur la base du volontariat, en France, la ministre de la Culture et de la Communication a lancé une mission qui doit élaborer une feuille de route afin de lutter contre le piratage commercial.

Celle-ci doit impliquer les fournisseurs de solutions de paiement, les moteurs de recherche, les réseaux sociaux et les régies publicitaires.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1406872
La grosse question, c'est de savoir QUI décide qu'un site est un site de piratage.
Si c'est Google ou Krosoft qui décident eux-même, c'est la porte ouverte aux abus. Si une entreprise veux emmerder un concurrent, il lui suffira de la dénoncer. Perte de revenus pour le concurrent le temps qu'il se défende...

D'autre part, via Google, on trouve de tout, y compris de l'illégal. Google participe donc au piratage. Google va-t-il être impartial et s'auto bloquer ?

Le #1406892
Google grand défenseur de la neutralité de web... quel foutage de gueule...
Le #1407062
Google, Microsoft, Yahoo ! ou encore AOL s'engagent aux États-Unis à faire le nécessaire pour bouter hors de leurs réseaux publicitaires des sites qui violent de la propriété intellectuelle.



que dire de plus
Le #1407122
mapool a écrit :

Google, Microsoft, Yahoo ! ou encore AOL s'engagent aux États-Unis à faire le nécessaire pour bouter hors de leurs réseaux publicitaires des sites qui violent de la propriété intellectuelle.



que dire de plus


On attend avec impatience qu'ils se mettent à bouter hors de leur réseau les sites qui violent la vie privée des internautes.
Le #1407262
quand les gros accorde leurs violon c'est jamais bon pour le clients final .... mais c'est vrai qu'il faut aider les industries touché par la crise pour qu'il puisse toujours payer jusqu'à 75 millions de $/an leurs employés

Le #1407292
Google en grand seigneur du web, ne saurait tromper les internautes....
Que cela soit dit et accompli !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]