Plus c'est mieux

Le
Bour-Brown
J'ai jeté un oeil sur le comparatif des super zooms de dpreview, en
particulier ses conclusions :
http://www.dpreview.com/reviews/q109superzoomgroup/page16.asp

Les ringards de la photographie ont aujourd'hui tout faux :

- les capteurs sont minuscules
- les résolutions atteignent 10 Mpx
- les hautes sensibilités deviennent accessibles
- les zooms ont une plage impressionnante, de 28 mm à 500 mm
- les prix tournent autour de 350 euros
- le tout pour un bridge stabilisé multifonction

Il y a dix ans pour deux mille balles on n'avait *RIEN* d'équivalent.
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses Page 1 / 8
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Jide
Le #18400851
Le Fri, 16 Jan 2009 11:13:07 +0100, Bour-Brown a écrit:

- les zooms ont une plage impressionnante, de 28 mm à 500 mm



Avec quelles ouvertures? Quelles qualités optiques?
( Excuse ces questions ringardes..)
J.D.
Jean-Pierre Roche
Le #18400841
Bour-Brown a écrit :

Les ringards de la photographie ont aujourd'hui tout faux :

- les capteurs sont minuscules
- les résolutions atteignent 10 Mpx
- les hautes sensibilités deviennent accessibles
- les zooms ont une plage impressionnante, de 28 mm à 500 mm
- les prix tournent autour de 350 euros
- le tout pour un bridge stabilisé multifonction

Il y a dix ans pour deux mille balles on n'avait *RIEN* d'équivalent.



C'est absolument évident. Cela dit il ne faut pas être trop
exigeant non plus sur la qualité d'image dès qu'on sort de
l'usage pour lequel ces appareils sont prévus...
A la limite les progrès sont encore plus spectaculaires sur
les compacts : visée précise, macro, grand angle, télé,
sensibilité. Un compact argentique ne proposait pas tout ça
et, de plus, les résultats pratiques étaient souvent d'une
qualité douteuse. Ils étaient fait avant tout pour faire du
10X15 à partir de négatif couleur...

--
Jean-Pierre Roche

enlever sanspub pour m'écrire...
Bour-Brown
Le #18401291
Jide a écrit
( news: )

Avec quelles ouvertures?



Quelle importance ? Si tu peux prendre la photo tu es content, non ?


Quelles qualités optiques?



Avec les lentilles asphériques et tout le panel de corrections embarquées,
je pense qu'elles sont en progrès constant.
eric
Le #18401281
On 16 jan, 11:23, Jean-Pierre Roche
Bour-Brown a écrit :

> Les ringards de la photographie ont aujourd'hui tout faux :

> - les capteurs sont minuscules
> - les résolutions atteignent 10 Mpx
> - les hautes sensibilités deviennent accessibles
> - les zooms ont une plage impressionnante, de 28 mm à 500 mm
> - les prix tournent autour de 350 euros
> - le tout pour un bridge stabilisé multifonction

> Il y a dix ans pour deux mille balles on n'avait *RIEN* d'équivalent.

C'est absolument évident. Cela dit il ne faut pas être trop
exigeant non plus sur la qualité d'image dès qu'on sort de
l'usage pour lequel ces appareils sont prévus...
A la limite les progrès sont encore plus spectaculaires sur
les compacts : visée précise, macro, grand angle, télé,
sensibilité. Un compact argentique ne proposait pas tout ça
et, de plus, les résultats pratiques étaient souvent d'une
qualité douteuse. Ils étaient fait avant tout pour faire du
10X15 à partir de négatif couleur...



on se demande qui sont les " ringards "
en revanche, le compact argentique de bonne qualité donnait des images
impeccables, bien exposées et en auto complet quand même ?
le jetables dans leur catégorie répondaient bien a leur cahier des
charges
Et puis au delà du 10 x 15 le pourcentage d'agrandissement était
dérisoire
on faisait parfois même pas un 30 x 40 par mois, un poster de temps a
autres
il est certain qu'avec de petits capteurs on a facilement des longues
foacales, tiens, il suffit de voir une caméra 35 mm avec une image 18
x 24 mm et les zoom a rallonge, des plans allant du général sur un
vallée, le village, le clocher et la pendule du clocher, le tout en
variation de focale continue, sans raccord !
les zooms a grande amplitude sur les petits capteurs ne sont pas une
prouesse, mais une conséquence optique, et la qualité, bon, mais pour
le grand public, segment de clientèle auquel ils sont destinés, la
notion et les exigences ne sont pas les mêmes que pour l'amateur de
photo averti, parfois et pltot souvent on me demandait de " repiquer "
un visage dans une assemblée, je prévenais, ça ne va pas être net,
c'est fortement agrandi, inutile de dire a la personne que le format
projeté serait aussi grand que le comptoir elle te disait qu 'elle
voulait un 10 x 15 , bref discours impossible et ça se terminait
inévitablement par:
- Oh, du moment qu'on distingue le personnage
ou pour les identités,
- c'est moche, mais pour ce que c'est faire....( pas je suis moche )
--
ricco
Bour-Brown
Le #18401261
Jean-Pierre Roche a écrit
( news:gkpn6r$ftb$ )

Cela dit il ne faut pas être trop exigeant non plus sur la qualité d'image
dès qu'on sort de l'usage pour lequel ces appareils sont prévus...



C'est vrai, mais la plage d'utilisation devient de plus en plus confortable.


A la limite les progrès sont encore plus spectaculaires sur les compacts :
visée précise, macro, grand angle, télé, sensibilité.



Tout à fait.

Il fut un temps où je commençais à loucher vers les reflex, aujourd'hui je
me sens de moins en moins pressé de franchir le pas. Je préfère encore avoir
deux appareils dont un toujours en poche que je change tous les quatre ou
cinq ans, et tant pis pour tout ce que je ne peux pas encore faire.
Bour-Brown
Le #18401481
eric a écrit
( news: )

on se demande qui sont les " ringards "



Tous ceux qui disaient que les zooms c'était nul, que les petits capteurs
c'était nul, que y mettre plus de pixels c'était nul, que la stabilisation
c'était nul, que l'absence de visée optique c'était nul, que les modes scène
c'était nul, que les corrections embarquées c'était nul, enfin bref tous
ceux qui râlent en permanence parce que de leur temps c'était mieux.


en revanche, le compact argentique de bonne qualité donnait des images
impeccables, bien exposées et en auto complet quand même ?



Ben voyons.

Il avait un zoom 28 mm - 500 mm, il proposait une position macro, il
permettait des clichés indifféremment en lumière naturelle et artificielle,
il offrait la visée à travers l'objectif en temps réel et sans erreur de
parallaxe, il avait une correction embarquée de diverses distorsions et
aberrations, il était stabilisé, et une fois acheté il permettait de faire
des milliers de photos sans bourse délier, absolument.

Tout ça est bien connu, à se demander pourquoi il s'en vend aujourd'hui si
peu.


le jetables dans leur catégorie répondaient bien a leur cahier des charges



Peut-être bien, mais en quoi cela concerne-t-il les bridges superzoom, mmh ?
Nicolas
Le #18401911
Bour-Brown wrote:

- les capteurs sont minuscules
- les résolutions atteignent 10 Mpx
- les hautes sensibilités deviennent accessibles
- les zooms ont une plage impressionnante, de 28 mm à 500 mm
- les prix tournent autour de 350 euros
- le tout pour un bridge stabilisé multifonction



Je pense que tout cela répond aux attentes du consommateur (photographe
dans notre cas) "flippé". Il veut le package complet avec tout ce qui
est inimaginable et possible comme caractéristique technique et
fonctionnalité. "Avec cet appareil, mon brave monsieur vous pouvez tout
faire", mais vous n'en ferrez peut-être rien.

Le problème est pas tant l'appareil que le besoin a quoi il répond: tout
faire. L'angoisse du photographe qui a peur de rater sa photo et qui
achète le matériel a tout faire me fait penser qu'il a peu de chance
qu'il aie la curiosité et l'envie de se faire peur a aller chercher la
photo "pas facile" a faire, a se surpasser. Il va sûrement rester dans
son confort et le confort est potentiellement un tueur de créativité
très efficace.

Je ne pense personnellement pas que la facilité qu'apporte ces appareils
conduisent a faire de meilleures photos. J'aurais meme tendance a penser
que un peu de contrainte, de difficulté et de l'incertitude conduise
plus souvent de se surprendre a prendre de meilleur photos.
--
nicolas
http://dishio.eu
markorki
Le #18402121
Bour-Brown a écrit :
eric a écrit
( news: )

on se demande qui sont les " ringards "



Tous ceux qui disaient que les zooms c'était nul, que les petits capteurs
c'était nul, que y mettre plus de pixels c'était nul, que la stabilisation
c'était nul, que l'absence de visée optique c'était nul, que les modes
scène
c'était nul, que les corrections embarquées c'était nul, enfin bref tous
ceux qui râlent en permanence parce que de leur temps c'était mieux.



- petit capteur et beaucoup de pixels dessus, ça reste nul, l'absence de
visée optique aussi (sur écran c'est je ne vois rien ou je pompe la
batterie à mort dès qu'il fait clair), les modes scène ça reste nul
(sauf éventuellement quelques cas très difficiles, comme portrait de
nuit, pas facile sans pratique), les corrections embarquées ce n'est pas
nul mais souvent impossible sauf 12 écrans de menu à descendre... par
contre je ne connais personne qui trouve la stabilisation nulle, pour
peu qu'elle soit abordable. du temps de l'agentique, la stab c'était sur
des reflex, objectif par objectif, et pas d'objectif en-dessous de 10000
et plutôt 15000 f...



en revanche, le compact argentique de bonne qualité donnait des images
impeccables, bien exposées et en auto complet quand même ?



Ben voyons.

Il avait un zoom 28 mm - 500 mm, il proposait une position macro, il
permettait des clichés indifféremment en lumière naturelle et artificielle,
il offrait la visée à travers l'objectif en temps réel et sans erreur de
parallaxe, il avait une correction embarquée de diverses distorsions et
aberrations, il était stabilisé, et une fois acheté il permettait de faire
des milliers de photos sans bourse délier, absolument.



Il y avait (vers 2000) un compact Pentax qui faisait 24-105 et quelques
autres à 28-105 qui étaient excellents en diapo et avaient un viseur
optique zoom fiable en cadrage...
Il leur manquait certes la macro sans parallaxe (et d'ailleurs la vraie
macro tout-court), mais c'était déjà des appareils compacts, fiables et
polyvalents, qu'on pouvait promener sur soi en permanence en voyage...
et hors macro, on voyait **parfaitement** ce qu'on faisait. Il n'y avait
pas de modes scène, ce qui est à mon avis inutile et entièrement bidon:
quand un ignorant ne veut pas même apprendre les rudiments, sa pratique
relève par essence de la réussite ancedotique dans n flot d'échecs ou de
médiocrité; ses photos sont bonnes, mais il est le seul à le penser.
S'il consent à un léger effort, la photo ce n'est pas si compliqué, et
un auto avec possibilité de modif de l'expo suffit à tout.

Je connais un propriétaire de Lumix assez cher, bourré de modes scènes,
avec un gros objectif marqué Leica, dont parfois une photo est
regardable, mais elle ne fait aucun effort, puisque c'est tout auto,
elle n'est pas responsable, et en plus ça ne peut pas être mauvais,
c'est marqué Leica là !!;-)

Reste que, à quelques modèles près, les appareils ne se sont pas
améliorés en 4 ans... ce qui aurait pu être gagné en techno (augmenter
la qualité en restant vers 5 ou 6 MP, n'a servi qu'à ajouter des pixels
inutiles sauf photo de groupe).
Bour-Brown
Le #18403501
Nicolas a écrit
( news: )

Je pense que tout cela répond aux attentes du consommateur (photographe
dans notre cas) "flippé". Il veut le package complet avec tout ce qui est
inimaginable et possible comme caractéristique technique et
fonctionnalité.



Perso je souhaite avoir une plage encore plus large, une sensibilité encore
plus haute, une dynamique encore plus grande. P'têt bien que je suis flippé,
mais je me dis que celui qui n'aime pas ça, rien ne l'empêche d'acheter à
prix d'or des appareils plus limités et de les passer en tout manuel,
histoire d'en baver un max.


la curiosité et l'envie de se faire peur a aller chercher la photo "pas
facile" a faire, a se surpasser.



Bof, tu files n'importe quel appareil à un débutant et tu comptes les ratés
: à
chaque fois, c'est bien qu'il est sorti de la plage des possibles, donc
qu'il
voulait, sans le savoir, faire une photo pas facile...


le confort est potentiellement un tueur de créativité très efficace.



L'essentiel de mes besoins photographiques est d'avoir des photos
techniquement réussies.

Les reste, genre machin pris à ras du sol entre deux branches à contre jour
et horizon penché pour ne pas faire comme tout le monde, j'évite, comme ça
ceux qui le font seront tout heureux d'être créatifs sans trop se casser la
tête.


J'aurais meme tendance a penser que un peu de contrainte, de difficulté et
de l'incertitude conduise plus souvent de se surprendre a prendre de
meilleur photos.



Faut prendre une chambre argentique, m'est avis.
Bour-Brown
Le #18403671
markorki a écrit
( news:497089a3$0$4081$ )

- petit capteur et beaucoup de pixels dessus, ça reste nul



Petit capteur = économique, zoom impressionnant, grande profondeur de champ.
Beaucoup de pixels = beaucoup de détails. Reste le bruit : hier il était un
obstacle, aujourd'hui c'est un inconvénient, demain ce sera un souvenir.


les modes scène ça reste nul



Ce n'est rien d'autre que ce qu'on faisait à la main, simplement au lieu
d'avoir posemètre, abaque et patience on tourne une molette, la belle
affaire.


les corrections embarquées ce n'est pas nul mais souvent impossible sauf
12 écrans de menu à descendre...



Sur certains Lumix les jpg sont exempts d'aberrations chromatique sans rien
faire, même chose sur certains Nikon, demain ça sera partout. De toute façon
ou bien on le fait ensuite sur l'ordi, ou bien il faut une optique à
plusieurs milliers d'euros...


Il y avait (vers 2000) un compact Pentax qui faisait 24-105 et quelques
autres à 28-105 qui étaient excellents en diapo et avaient un viseur
optique zoom fiable en cadrage...



Là ok, très bien.
Publicité
Poster une réponse
Anonyme