Immortalité numérique : en route vers la vie éternelle ?

Le par  |  12 commentaire(s)
numerique

Une tribune de Serguei Beloussov, PDG d'Acronis, sur la restauration de l'être humain grâce aux avancées technologiques et la numérisation de la vie.

Serguei-BeloussovNous disposons aujourd'hui d'une puissance informatique illimitée, où que nous soyons, via nos terminaux mobiles, grâce aux technologies de l'information dématérialisée, comme le Cloud. Il y a encore quelques années, cela paraissait inconcevable.

Le numérique marque une disruption dans de nombreux secteurs. Bientôt, la monnaie et les cartes bancaires disparaîtront au profit de transactions purement numériques et sécurisées. La plupart des objets peuvent être reproduits par une imprimante 3D. Les informations de santé, les statistiques et les activités humaines sont enregistrées en temps réel sur des équipements portables.

Tout ce qui nous entoure devient une partie de l'Internet global. Pour certaines tâches, des robots et des drones remplacent maintenant des personnes réelles dans leur travail. Les technologies Big Data, permettent d'utiliser de grandes quantités de données dans un but précis et l'intelligence artificielle devient de plus en plus pertinente. Nos équipements numériques et nos programmes deviennent de plus en plus intuitifs, et prennent virtuellement vie.

La singularité est déjà en marche, l'immortalité sera-t-elle au programme ?

Le monde numérique d'aujourd'hui est directement relié à un des sujets d'actualité : la singularité technologique. Elle est définie comme le « point au-delà duquel les événements deviennent imprévisibles, voire même inaccessibles à l'intelligence humaine. »

Pour moi, la singularité définit le point à partir duquel le monde numérique sera plus grand et plus important que le monde physique. Bientôt, il n'y aura plus de vie sans données, tout comme il n'y a plus de vie sans eau. Les informations numériques vont devenir aussi importantes que l'air que nous respirons. C'est même déjà le cas aujourd'hui pour la survie des grandes entreprises et des organisations, leurs existences dépendent de la disponibilité des données et des processus numériques. Sans données, ils n'existeraient plus.

L'immortalité a toujours attiré l'espèce humaine, avec par exemple la momification pour les pharaons. Aujourd'hui, nous disposons de moyens plus sophistiqués pour préserver un être humain - en sauvegardant toutes les données directement ou indirectement reliées à la personne en question, en plus de son ADN. Même l'esprit et la pensée peuvent être transformés en une collection de données numériques et quantiques pour être sauvegardés.

À l'inverse du monde physique où rien n'est éternel, et tout change, la perte des propriétés est différente dans le monde numérique. À quelques exceptions près, les données numériques sont virtuellement éternelles. Elles peuvent être déplacées, et stockées d'un support sur un autre sans perte de qualité pour une durée indéterminée - plus longtemps que la durée connue de notre univers, par exemple.

Il serait même possible de corriger les erreurs éventuelles découvertes au fil du temps, via l'auto-apprentissage, si les techniques appropriées de correction des erreurs sont implémentées. En d'autres termes, si vous avez la copie numérique d'un être humain en votre possession, vous pourrez un jour la « restaurer », même dans plusieurs milliers d'années.

Comme nous ne savons pas exactement quelle partie des données est suffisante ou significative, il faut disposer d'un ensemble complet de données - notes personnelles, photographies, journaux intimes, correspondance, archives médicales, ainsi que les informations de parties tierces comme la mémoire des amis, leurs photographies de cette personne, etc.

La restauration de ces données dans le futur peut aider à créer une copie numérique d'un être humain - une personne capable de réagir au monde extérieur avec un comportement proche de l'original - voire même de parler et de répondre aux questions de la même manière. Une version améliorée du fameux test Turing pourrait être élaborée pour vérifier le succès d'une telle restauration de l'original.

L'énigme éthique reste entière

Il est déjà techniquement possible de créer un clone d'un être humain à partir de son ADN (bien qu'il subsiste des obstacles moraux et éthiques), et il n'y a rien d'extraordinaire à enregistrer et à stocker de grandes quantités d'informations au sujet d'une certaine personne.

La question est de savoir comment télécharger ces informations dans le clone pour obtenir quelque chose de plus performant, de plus « humain » qu'une copie virtuelle. Sans doute, le fait de posséder une grande quantité d'informations spécifiques à une personne soulève des interrogations quant à la confidentialité et à la sécurité des données. Et c'est précisément pourquoi nous devons apprendre à les contrôler et à élaborer des outils nous permettant de gérer ces informations.

Nous ne savons pas encore quelles sont les données requises pour une restauration au sens propre d'un être humain dans sa spécificité. Par mesure de précaution, il faudrait sauvegarder absolument tout - chaque étape, chaque rencontre et chaque souvenir. Dans le futur, si la société poursuit sa quête d'immortalité, j'espère que nous trouverons une solution plus aisée qui n'affecte pas le quotidien des gens. Il existe déjà des applications permettant d'enregistrer des données complètes pendant le sommeil et l'activité physique, et ce n'est qu'un début.

Considérons Toutankhamon, l'homme le plus puissant du monde il y a environ 3 300 ans. En plus de son ADN, il existe un grand nombre d'informations sous forme de mémoires et de manuscrits contenant des récits détaillés de sa vie. Mais cela ne représente qu'une fraction de ce que nous pouvons enregistrer aujourd'hui au sujet d'une personne (ou d'une société), pour protéger la vie des personnes et permettre aux générations futures de les connaître.

Ces données pourraient s'avérer utiles pour les particuliers comme pour les organisations, et peut-être un jour pourrons-nous les utiliser sur le chemin de l'immortalité et de la renaissance - dont l'humanité a toujours rêvé.

Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 2

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1896875
Merci pour ce bel article très intéressant !
Le #1896879
L'immortalité ! ce rêve fou pour certains, mais impossible humainement parlant
Imaginons une seconde, si l'homme ne meurt pas ou vit très vieux, comment trouverons nous la place nécessaire sur Terre pour toutes les générations suivantes ?
Aujourd'hui, à plus de 7 milliards d'humains, c'est chaud, dans 50 ans ou plus, à 10 ou 15 milliards d'humains sur Terre .... ça va craquer

Sinon, pour revenir à l'immortalité numérique, ça risque de générer de sérieuses complications ....
Enfin pour moi, savoir que mes données restent perpétuellement, même si je meurs !
Après moi, d'autres pourraient exploiter ces données ... contre ma famille ?

Pour s'affranchir d'un traçage généralisé de toutes les données nous concernant, va falloir couper court avec l'informatique, dans tous les domaines de la vie ....
ça va être dur impossible même

Vivre comme à l'époque de l'âge de pierre ?

Le #1896880
Un peu olé olé nan ? Non seulement on parle d'un état des infrastructures dans les grandes villes occidentales, qui est bien embelli et surtout qui est loin, très loin d'être le cas pour plus de la trois quart de la planète. Mais en plus l'éternité est physiquement impossible que ce soit pour un être vivant sur Terre, un corps céleste, un objet ou encore une simple donnée numérique. Mais ici on parle et on parlera TOUJOURS de COPIES, même à l'état de données numériques. Je suis peut-être le seul à le voir comme ça, mais la persistance (et de facto l'illusion d'immortalité) nous est toujours présentée par la copie, mais dès qu'il y a copie, il y a tout simplement mort ou simple duplication de l'original.

Aujourd'hui nous sommes capable de faire un clone humain via l'ADN d'une personne, mais il est IMPOSSIBLE qu'il soit pour autant l'original. Tout ce que nous sommes se construit de la naissance à la mort par le vécu, l'éducation, les expériences, l'environnement et cetera. Il sera une personne à part entière, potentiellement diamétralement opposée à l'original. Le clone d'Einstein pourrait tout aussi bien devenir un dealer anonyme par exemple

Peut-être qu'un jour serons-nous capable d'écrire dans le cerveau humain, mais ça restera une copie ,'conforme' certes, mais copie toujours. Et le cas échéant, à partir de quand "tuons"-nous l'hôte pour le remplacer par la copie de l'original ? Dès la naissance du clone ? Est-ce possible de doter un nourrisson du savoir d'une vie ? Ou une fois enfant, ados ou adulte ? Ce qui implique d'office de tuer le malheureux propriétaire du corps cloné ?
Par exemple, si demain je viens à mourir, que l'on "transfert" ma personnalité entièrement dans un autre corps, comme on peut le voir dans certains films, ce n'est pas moi, mais une copie conforme qui prend vie. Moi, je meurs, quoi qu'il arrive. La copie et par conséquent le "transfert", n'est qu'une rémanence de ce que je fus. Le seul moyen d'atteindre l'immortalité est de régénérer indéfiniment le cerveau d'origine, dans le corps d'origine ou dans un autre ensemble.

Pour les "personnalités" numériques, ici on parle de compilation de données qui ne définissent pas forcément la personne. Les tweets, facebook et cetera ? L'écrasante majorité passent leur temps à envoyer des tweets insignifiants qui restent sans réponses, des sortes de didascalies de leur vie. Seule la copie conforme du cerveau est utilisable pour recréer une personnalité.
Et le cas échéant, elle ne servirait que d' intelligence artificielle limitée à laquelle nous pourrions soumettre des énigmes et questions sous forme de mathématiques. Ça serait comme l’hologramme de l'homme âgé dans iRobot, mais en encore plus limité, car il est peu probable qu'une machine qui fonctionne avec des 0 et des 1, soit un jour capable de "binariser" un langage humain entier, encore moins de le nuancer.
Le #1896885
Encore un qui a trop visionné "Transcendance" avec Johnny Depp. Je ne dis pas qu'on y arrivera pas mais qu'on en est encore loin... Très loin !
Le #1896895
Ce qui serait déjà plus accessible serait de faire une copie numérique d'une conscience humaine, et celle ci ne serait pas transférée dans un autre corps mais deviendrait une conscience artificielle. Imaginez si vous pouviez continuer de parler à une personne disparue par le biais de votre ordinateur, comme un chat en ligne voire un Skype !
Le #1896899
"Bientôt, la monnaie et les cartes bancaires disparaîtront au profit de transactions purement numériques et sécurisées."

C'est une belle ânerie. La monnaie n'a pas vocation à disparaître.
Et heureusement d'ailleurs.
Le #1896900
JCDentonMale a écrit :

Ce qui serait déjà plus accessible serait de faire une copie numérique d'une conscience humaine, et celle ci ne serait pas transférée dans un autre corps mais deviendrait une conscience artificielle. Imaginez si vous pouviez continuer de parler à une personne disparue par le biais de votre ordinateur, comme un chat en ligne voire un Skype !


Ça n'aurait un éventuel intérêt que purement thérapeutique (deuil très difficile), juridique (meurtre) ou garder des esprits révolutionnaires en activité (scientifiques...). Sans pour autant être la personne en elle-même.

Y a plusieurs problèmes à ça, qui me font dire que c'est tout aussi utopique et irréalisable:
1. comment lire "octet par octet" un cerveau ?
2. quelle support pour la quantité phénoménale, estimée, que représente un seul cerveau ?
3. même avec 8 cœurs et une vitesse de calcul unitaire bien plus rapide, un ordinateur ne transmet ou n'acquiert qu'une info à la fois sous forme binaire, quand l'humain en valide et échange d'instinct des biens plus élaborés entre 1 à quelques secondes (hors calcul, ironiquement). On n'aurait qu'un pâle SIRI en face de nous, surtout avec les limitation d'accès aux données conséquentes, que ne subit pas la mémoire humaine (même si des données se perdent avec le temps)
Le #1896911
DeepBlueOcean a écrit :

L'immortalité ! ce rêve fou pour certains, mais impossible humainement parlant
Imaginons une seconde, si l'homme ne meurt pas ou vit très vieux, comment trouverons nous la place nécessaire sur Terre pour toutes les générations suivantes ?
Aujourd'hui, à plus de 7 milliards d'humains, c'est chaud, dans 50 ans ou plus, à 10 ou 15 milliards d'humains sur Terre .... ça va craquer

Sinon, pour revenir à l'immortalité numérique, ça risque de générer de sérieuses complications ....
Enfin pour moi, savoir que mes données restent perpétuellement, même si je meurs !
Après moi, d'autres pourraient exploiter ces données ... contre ma famille ?

Pour s'affranchir d'un traçage généralisé de toutes les données nous concernant, va falloir couper court avec l'informatique, dans tous les domaines de la vie ....
ça va être dur impossible même

Vivre comme à l'époque de l'âge de pierre ?


C'est la première idée qui m'est venue à l'esprit, avec un monde coupé en deux : Les riches ayant accès à l'immortalité (semi physique et numérique), et les pauvres de l'autre, mourant peut de temps après leur retraite prise de plus en plus tard...

Bon, on n'en est pas encore là.
Le #1896913
Tout ça tant qu'il y aura de l'électricité.....
Le #1896919
Mouais , qui en profitera ? Je vous le donne en mille , les riches...

Toujours plus d'injustice et vivre éternel dans un monde injuste ? Non merci. L'humanité va encore connaître des guerres , des problèmes culturel et une crosse crise écologique puis quoi , être éternel et voué a une vie de servitude jusqu'a la fin des temps ? Non merci , sans moi.

Boulot/manger/dodo , c'est vraiment pas pour moi , je ne suis l'esclave de personne... Et je me contente de ce que j'ai , la richesse ne m'intéresse pas.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]