WhatsApp, Skype : la Commission européenne veut remettre de l'ordre par rapport aux télécoms

Le par  |  5 commentaire(s)
Europe logo pro

La Commission européenne veut rééquilibrer la réglementation concernant les applications de messagerie et communication IP, telles que WhatsApp ou Skype, par rapport au secteur télécom, répondant à une demande des opérateurs qui y voient une concurrence inéquitable.

Europe-USAFace à la pression des opérateurs télécom traditionnels, Bruxelles devrait finalement proposer en septembre une série de mesures visant à réviser le statut des applications de messagerie et VoIP populaires, afin de les amener à suivre les mêmes règles que les services télécom.

Tout en proposant des services de communication, les fournisseurs de ces applications, comme WhatsApp ou Skype, ont toujours fait en sorte ne pas être considérés comme des services télécom à part entière, leur permettant de s'affranchir d'un certain nombre de contraintes propre au secteur, ce qu'ont régulièrement dénoncé les opérateurs qui proposent eux aussi des services de communication IP.

La Commission européenne, visant toujours un projet de création d'un marché télécom unique, cherche ainsi à harmoniser et à rationaliser le secteur pour faciliter le développement et le rayonnement des opérateurs européens soumis à une forte concurrence de la part des acteurs internationaux et pour encourager les investissements dans des capacités réseau stratégiques pour l'essor de l'économie européenne.

En filigrane, il y a également la gestion et la protection des données personnelles des utilisateurs qui se retrouvent captées par ces différents fournisseurs de services de communication, souvent  nord-américains.

Les opérateurs télécom ont aussi des restrictions sur l'exploitation des données personnelles auxquelles ne sont pas soumis les fournisseurs de services OTT (Over The Top ou "hors offre FAI" dans le français de la commission de terminologie) et ils réclament donc un rééquilibrage des réglementations.

Cela pourrait d'ailleurs passer par une obligation faite à ces acteurs de répondre aux injonctions des Etats membres pour accéder à ces données dans le cadre d'investigations judiciaires et par l'obligation de mettre en place et de supporter un service d'appels d'urgence.

On retrouve enfin la problématique régulière de ceux qui fournissent les infrastructures, fruits de lourds investissements qu'ils doivent rentabiliser, et de ceux qui profitent de ces installations en y proposant des services concurrents et souvent gratuits, avec, sous-jacente, la question de la Neutralité du Net.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1917050
Que je sache, ceux qui déploient les infrastructures nous font les poches pour cela. Je ne vois pas où est le problème. Ca revient à dire que mon boulanger doit gagner plus parce que EDF gagne plus !
Le #1917058
cycnus a écrit :

Que je sache, ceux qui déploient les infrastructures nous font les poches pour cela. Je ne vois pas où est le problème. Ca revient à dire que mon boulanger doit gagner plus parce que EDF gagne plus !


Ils nous faisaient les poches, au temps de France Télécom. D'ailleurs les lignes nous appartiennent tellement on les a déjà payées.
Mais aujourd'hui c'est plus le cas, on n'est plus obligé de passer par Orange.

Dans le fond ces demandes ne sont pas délirantes (droit de regard de la justice, numéro de secours,..)
La fin de l'article résume bien l'affaire.
Le #1917118
Du socialisme partout !
Le #1917208
kerlutinoec a écrit :

Du socialisme partout !


Je ne l'aurais pas dit si crument et en si peu de mots, mais c'est à peu près cela. Voilà pourquoi nous n'aurons jamais d'industrie (IT) en Europe : les brontosaures profitent de l'environnement politico-idéologique anti-innovation de l'Europe (neutralité, nivellement technico-économique par le bas, normes et réglementations à outrance, environnementalisme débile, etc) pour garder captif leur marché (et leur vaches à lait). A croire que l'économie devrait être un musée.

Ces crétins de Kommissars non élus (mais avec des nullards comme Moscovici rien d'étonnant) n'ont pas compris ou ne veulent pas admettre que la "forte concurrence de la part des acteurs internationaux" est due au fait que leurs marchés propres sont déréglementés (par rapport au nôtre) et sont donc bien plus dynamiques. Le protectionnisme n'a jamais enrichi quiconque.

La farce des données personnelles est bien bonne : je n'ai pas plus confiance dans la justice en UE qu'aux USA.

Bref, tant que l'idéologie dominante en UE sera de faire du "crapitalisme" bolchévique en faisant semblant de libéraliser pour mieux réglementer/régenter a posteriori, le niveau de vie de ceux qui ne comprennent pas le système (et donc ne peuvent pas le contourner) continuera de baisser.
Le #1917819
Remettre de l'ordre dans ce panier de crabes ....
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]