Test Deadly Premonition (Import PS3/Xbox 360)

Le par  |  0 commentaire(s)

Pourquoi un tel battage autour de Deadly Premonition ? Pour son scénario, imprévisible et délicieux dont l'écriture surprend tant elle n'apparaît pas conforme au moule habituel. C'est qu'il n'est pas courant de rencontrer un héros de jeu vidéo schizophrène, cinéphile et amateur de bonne cuisine. Francis York Morgan s'adressera effectivement souvent à Zach durant son enquête, une seconde personnalité que le joueur incarnera vraisemblablement par divers choix d'actions. York est également quelqu'un de difficilement perturbable et d'accroc à la cigarette. Et pourtant, on ne l'entendra pas tousser une seule fois dans tout le jeu.

L'histoire de Deadly Premonition paraît avoir été écrite pour un média autre que vidéoludique, on le ressent par exemple dans certaines cinématiques où les silences durent un certain temps, comme pour permettre au joueur de cogiter par lui-même, en lui donnant l'occasion de se faire ses propres suppositions à défaut de faire le boulot à sa place. Comme dans un film, une série américaine de haut calibre. Le joueur que je suis se délecte de chaque séquence grâce à la mise en scène impeccable du soft, et finalement, on en vient à se dire que mieux réalisé, le titre d'Access Games n'aurait peut-être pas été aussi marquant. Pourquoi ? Ce point a été cité plus haut, le travail accompli sur l'animation des protagonistes témoigne d'une relative maladresse. A côté de ça, vous avez des dialogues intelligents et des personnages forts qui gomment légèrement ce défaut. Et puis souvenez-vous de ces productions 16 bits où il était nécessaire de faire fonctionner nos méninges pour pallier au manque d'expressions et d'animations des petits bonshommes que nous dirigions. C'est un peu la même chose qui se produit avec Deadly Premonition : nous faisons nous-mêmes les liens avec notre imagination pour considérer les scènes comme nous voulons qu'elles soient. On sent une vraie honnêteté dans le scénario, une volonté de nous livrer, non pas un prétexte scénaristique, mais une véritable histoire qui relèguerait presque au second plan le jeu à proprement parler. Il n'en est cependant rien, et ce bien que les différents gameplay de ce titre n'offrent pas la même satisfaction.

Deadly Premonition Xbox 360 (7) Deadly Premonition Xbox 360 (8)

Ce n'est pas pour être désagréable, mais il me semble que ça ne va pas chez vous.

La conduite en voiture est agréable, York profitant des trajets pour étaler sa culture cinématographique. Par contre, pas question de foncer comme un malade sur la route (sécurité des civils oblige), la vitesse de votre véhicule est à ce titre limitée (mais vous pourrez l'outrepasser en enclenchant la sirène). On appréciera le souci du détail apporté au jeu se traduisant ici par la présence de ces inutiles clignotants et de ces essuie-glaces qui caressent la pluie plus qu'ils ne la fouettent. Au passage, amusez-vous à jouer avec la caméra avec L3, vous verrez que York n'a en fait pas de tête. C'est l'un des rares bugs du jeu qui fasse sourire.

Deadly Premonition emprunte à Majora's Mask, Shenmue ou encore à Gregory Horror Show cet aspect "voyeur de la communauté", qui vous fera vous intéresser à l'emploi du temps de toutes les personnes résidant à Greenvale. C'est du reste de cette façon que vous pourrez participer aux quelques cinquante missions annexes du titre. Sachez que vous n'aurez pas toujours l'occasion de vous adonner à ces activités dispensables suivant votre avancée, un constat plutôt triste pour les joueurs non prévenus et qui souhaiteraient boucler le jeu à 100%. Soyez également prévenus que le temps qui passe fera baisser votre jauge de sommeil, et que votre barre de "miam-miam'" aura elle aussi grand besoin d'être remplie une fois que York quittera le pays des songes. Et sans prendre attention à ces indicateurs, votre barre de vie finira par diminuer toute seule. Mais ce cas de figure risque peu d'arriver, rassurez-vous.

Et puis, parce qu'il s'agit d'un point que nous avons failli oublier, on a quand même fichtrement peur dans Deadly Premonition. Pour vous dire, il est très facile de s'en apercevoir : en étant sujet à la frayeur, vous maudirez les écrans rouges de chargement et bénirez les "sains" (les premiers annonçant des passages fortement animés et les seconds sur fond noir, des moments plus tranquilles). En effet, lorsqu'après avoir passé plusieurs dizaines de minutes dans un sombre manoir à tenter d'échapper à vos assaillants, vous verrez enfin, juste après une cinématique et sans prévenir, le "loading screen" perdre sa teinte sang, vous vous surprendrez presque à lâcher un lourd soupir de soulagement.

Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos commentaires
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]