UK : le lien entre mobile et cancer à court terme est écarté

Le par  |  0 commentaire(s)
MHTR logo

On prend les mêmes et on recommence : une nouvelle étude du programme anglais MTHRP indique que le lien entre téléphone portable et augmentation du risque de cancer n'est pas établi pour des expositions inférieures à dix ans. Mais au-delà ?

Mhtr logoDangereux ou pas ? le téléphone portable continue de susciter les interrogations concernant ses effets éventuels sur la santé et plus particulièrement sur le risque d'augmentation de cancer. Les études se suivent et annoncent alternativement l'absence ou la suspicion de ce même risque.

Le programme britannique MTHRP ( Mobile Telecommunications and Health Research Programme ) mené sur six ans vient de rendre ses conclusions sur les effets des émissions radio des mobiles. Fondé en 2001 et financé à 50:50 par le gouvernement et l'industrie à hauteur de 8,8 millions de livres ( presque 13 millions d'euros ) et supervisé par une équipe indépendante, ce programme porte sur 28 projets de recherche autour du thème " santé et mobile ".

Les résultats rendus publics concernent l'étude des effets des mobiles sur des périodes inférieures à dix ans. Sur cet intervalle de temps, aucun effet secondaire ni perturbation de l'activité cérébrale produites par une exposition aux rayonnements électromagnétique des téléphones portables n'ont été constatés.


Pas de danger à court terme, mais ensuite ?
Si cette observation est encourageante, les auteurs du rapport sont plus nuancés concernant une exposition régulière supérieure à 10 ans, en sachant que les symptômes d'un cancer mettent 10 à 15 ans pour se manifester.

Le MTHRP estime donc que les études complémentaires des effets à court terme ne sont plus nécessaires, de même que celles impliquant une atteinte des cellules par l'échauffement produit par les radiations, qui n'ont rien donné de probant.

En revanche, les efforts doivent maintenant se concentrer sur les effets à long terme, mais aussi sur les effets sur l'enfant, ce domaine étant particulièrement mal connu alors que ces derniers sont de plus en plus amenés à utiliser des sources d'émission proches du corps.

On pourra rapprocher cette étude de celle émise par le BioInitiative Work Group il y a quelques jours, plus alarmiste quant à l'existence d'un lien entre mobile et augmentation du risque de cancer à long terme et appelant à la réévaluation des limites maximales autorisées.
Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]