Voici à quoi ressemble la surface d'une comète

Le par  |  15 commentaire(s) Source : ESA
Roestta comète

Les clichés sont historiques : pour la première fois de l'histoire, l'homme a pu photographier directement la surface d'une comète, et c'est l'agence spatiale européenne qui est à l'origine du projet.

Cette semaine est capitale pour la mission de l'ESA impliquant la sonde Rosetta. Après plus de dix années à parcourir le système solaire et 6,4 milliards de kilomètres, la sonde s'est mise en chasse de la comète 67P.Churyumov-Gerasimenko.

Rosetta comète 2 Désormais, la sonde poursuit la comète à un peu plus de 100 kilomètres et a dégainé son système d'imagerie OSIRIS pour réaliser et partager des clichés de la surface de cette dernière.

Les photographies ont été prises à 130 kilomètres de distance, et pour nous donner une idée de la taille de la comète 67P, un pixel équivaut à 2,4 mètres.

Il s'agit là des premiers clichés directs de la surface d'une comète, ce sont les plus détaillés à ce jour, en attendant que Rosetta continue de se rapprocher, jusqu'à 2 ou 3 km de la comète pour entrevoir davantage de détails de sa Roestta comète surface. Le noyau binaire de la comète ferait ainsi plus de 4km de large et elle se déplace à une vitesse de 55 000 kilomètres par heure.

La surface de cette dernière est chaotique, parsemée de cratères et fissures, son passage répété à proximité du soleil ne semble pas avoir véritablement permis de lisser sa surface, une nouvelle preuve que la comète dispose d'une épaisse couche de poussière recouvrant son noyau de glace.

La prochaine étape capitale de Rosetta interviendra en novembre prochain, lorsque le module Philae sera projeté à la surface de la comète pour en réaliser des prélèvements et des analyses plus poussées.

Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 2

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1804537
Ca ne donne pas envie d'aller s'y promener Blague dans le coin, 10 ans de patience, un réveil réussit après une mise en veille prolongée et une mise en orbite très complexe réalisée avec succès. Chapeau Messieurs !

Espérons que le module d'analyse puisse s'y cramponner quand il sera largué.
Le #1804539
Belle prouesse technique !!!! Respect


Le #1804544
Vive l'Europe, vive la France
Le #1804557
et la belgique aussi
Anonyme
Le #1804567
Burning a écrit :

et la belgique aussi


Pourquoi ? la Belgique n'est pas intégrée dans l'Europe ?

Google mon ami me rapporte ceci

La part la plus importante revient à l' Allemagne avec 26 %, la France ne participe qu' à 20%. La Grande Bretagne et l' Italie suit avec 15 % chacun et les 6 derniers participent à moins de 10%

Source : http://goo.gl/OePafA (capcomespace.net).

Un article très intéressant sur la page suivante http://goo.gl/ZkmCLG (Wikipedia)
L'historique du pourquoi comment de cette sonde.
Je vois dans cette article que les américains sont devenus des incompétents dans le domaine spatiale, l'article l'explique très bien.

Bonne lecture
Le #1804569
20% pour la France, bonne participation.

Déception de la part des anglais et des italiens.

VIVE LA FRANCE, ET VIVE LA BELGIQUE
Le #1804572
Burning a écrit :

et la belgique aussi


Exactement, faudrait pas les oublier !
Le #1804584
Pour ce que cela va rapporter.
Le #1804585
jeanlucesi a écrit :

Pour ce que cela va rapporter.


Autant Mars présente peu d'intérêt, autant une comète est très intéressante. Elle est le vestige de notre système solaire à sa naissance. L'étude de sa composition permettrait de mieux comprendre pourquoi (par exemple) certaines planètes sont rocheuses et d'autres gazeuses. L’oxygène, l'eau sont-ils apportés par les comètes, les météorites ? Voilà un peu l'objectif de ce genre de mission.
Anonyme
Le #1804589
jeanlucesi a écrit :

Pour ce que cela va rapporter.


Suite à ta remarque, j'ai recherché sur le net. Je t'invite à faire de même, mais voici quelques trucs :
Sans fusées, pas de téflon ni de titane
démocratisation des couches-culottes
miniaturisation et jeux électroniques
électrocardiogrammes et scanners
émergence de la télémédecine
espions en orbite
transmettre des images, de la voix et des données
se repérer sur la planète
prévisions météo et éveil à l'écologie.
Pour approfondir le sujet, il existe un livre qui fait le point sur plus de 100 technologies développées pour la navette spatiale ont trouvé des applications civiles.

Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]