5G an II : des premiers pas à l’expansion des réseaux

Le par  |  4 commentaire(s)
Qualcomm 5G Summit

Après avoir lancé les premiers réseaux 5G et smartphones compatibles en 2019, l’heure est maintenant à la recherche des moyens d’étendre les couvertures en utilisant toutes les ressources spectrales disponibles.

Evoquer un an II de la 5G sur un marché mobile, le nôtre, où les réseaux de nouvelle génération en sont encore au stade pré-natal peut paraître curieux mais c’est pourtant bien le message passé par le groupe Qualcomm, spécialiste des communications mobiles, durant son événement 5G Summit organisé à Barcelone du 14 au 16 octobre 2019.

Qualcomm 5G Summit

Qualcomm Christiano Amon

Christiano Amon, Qualcomm

Après tout, c’est aussi le rôle de l’industriel de pousser les technologies et de proposer des solutions pour assurer l’essor de technologies qui lui rapporteront beaucoup, l’entreprise étant aussi détenteur d’un puissant portefeuille de brevets qu’elle doit faire fructifier.

Qualcomm 5G Summit 02

Avec plus de 30 opérateurs dans le monde déjà positionnés sur la 5G au bout d’un an de déploiements et une quarantaine de fabricants d’appareils mobiles 5G, alors qu’ils se comptaient sur les doigts d’une main pour la 4G au bout de la même période, la mobilisation pour la 5G est beaucoup plus intense que pour la génération précédente, même si, pour la plupart, les nouveaux réseaux ne se résument encore qu’à quelques maigres poches de couverture.

Qualcomm Snapdragon 5G ecosysteme

Qualcomm a largement fait partie de l’effort de cette première vague en fournissant une plate-forme mobile 5G s’appuyant sur la combinaison Snapdragon 855 / modem X50 présente dans la majeure partie des premiers smartphones. Avec plus de 150 appareils mobiles lancés et en développement, et la capacité de les faire fonctionner sur les fréquences sub-6 GHz comme en mmWave (bandes millimétriques), le groupe de San Diego s’est offert une belle avance sur la concurrence, souvent limitée à de la 5G sub-6 GHz.

Qualcomm 5G Summit 04

Qualcomm 5G Summit 03

Là encore, il s’agit d’être en avance sur le marché mondial qui débute très largement par le sub-6 GHz mais les opérateurs ont ainsi dès à présent le choix des armes et peuvent concevoir leurs réseaux en fonction de ces deux types de couverture.

5G avantages


Qu'apportera la 5G côté grand public ? Outre l'émergence de nouveaux services comme le jeu en streaming, annoncé à chaque nouvelle génération mais cette fois porté par les hauts débits et la faible latence, la consommation de vidéo restera l'un des arguments forts des réseaux de future génération, avec des contenus accessibles en qualité 4K.

La réalité virtuelle et la réalité augmentée sont aussi attendues au tournant, notamment grâce aux possibilités de l'edge computing pour rassembler la puissance aux marges du réseau et l'apporter aux terminaux, avec de nouveaux services comme de la visioconférence avec traduction instantanée.

La 5G peut aussi fonctionner en point d'accès fixe et sans fil à Internet (on parle de FWA ou Fixed Wireless Access) pour raccorder des foyers en complément des déploiements fibre, là où ce n'est pas possible ou trop onéreux.

En 2020, cap sur l'expansion de la couverture 5G

Mais pour réaliser pleinement les promesses de la 5G, en matière de débit comme de faible latence et de large disponibilité, il faudra mobiliser toutes les réserves spectrales disponibles. Pour accélérer la couverture en 5G, il y a bien sûr les fréquences dédiées à cette nouvelle technologie mais Qualcomm plaide également pour l’utilisation conjointe des fréquences de la 4G, qui transportent moins d’information mais offrent une meilleure portée.

Qualcomm DSS 01

Cet An II de la 5G pourrait donc se jouer en 2020 au niveau de la technique du DSS (Dynamic Spectrum Sharing) qui donne la possibilité d’utiliser les fréquences de la 4G pour faire passer à la fois 4G et 5G et largement évoqué par Christiano Amon, président de Qualcomm, dans sa keynote.

Qualcomm DSS 03

Qualcomm 5G DSS

Alors qu’il devient difficile pour les opérateurs de trouver de nouveaux sites pour installer des antennes, voire de positionner des antennes 5G sur des pylônes déjà bien remplis d’antennes de génération précédente, le DSS permettrait une réutilisation des sites existants et un fonctionnement sur des fréquences déjà détenues par les opérateurs pour la 4G, avec un système logiciel assurant la cohabitation et l’attribution des canaux pour les signaux 4G et 5G sur une même antenne et une même fréquence. De quoi faciliter l’expansion des couvertures 5G en attendant de disposer d’un réseau natif mais aussi d’utiliser dès à présent une partie du spectre de la 4G pour faire de la 5G.

5G enablers

La 5G n’est pas qu’une question de vitesses de transfert améliorées et de faible latence. Elle doit devenir le médiateur de nouveaux services jusqu’à présent impossibles à mettre en place avec la 4G grâce à une gestion intelligente des flux au niveau des antennes, capables de conjuguer par exemple leur faisceau pour apporter les débits nécessaires en un point donné, mais aussi à la montée de l’Edge Computing apportant des ressources à la marge du réseau pour réduire les temps de latence par rapport à un service purement en cloud.

5G Edge cloud AI

5G, fondement de la quatrième révolution industrielle

Ces éléments sont particulièrement importants pour ce qui est vu comme le vrai point de départ de la 5G : son utilisation pour fonder ce que les spécialistes nomment Industry 4.0 ou quatrième révolution industrielle en faisant communiquer tous les éléments d’une usine

5G industrie

Sur ce point, Andreas Mueller, responsable de la 5G au sein du groupe allemand Bosch et intervenant régulier dans les événements de Qualcomm, donne une image puissante de l’avenir de l’industrie vu comme un ballet orchestré par les multiples apports de la 5G, des capteurs intelligents IoT aux communications sans fil en passant par l’edge computing et un QoS (Qualty of Service) affiné au sein des sites de production.

5G industrie 02

Dans ce cas de figure, la 5G devient une sorte de Super WiFi offrant une large flexibilité et conservant une bonne sécurisation par l'intermédiaire des réseaux privés d'entreprise.

5G private networks

5G industrie 03

En France, l'Arcep a tenté de mobiliser sur cet aspect pour des expérimentations mais n'a rencontré qu'un succès modéré, les entreprises, qui ne seront pas détentrices de fréquences, ayant tendance à attendre que les opérateurs leur fournissent des solutions clé en main.

L'Internet des objets à l'échelle industrielle est pourtant vu comme la véritable "Killer App" de la 5G, capable de transformer en profondeur le fonctionnement des usines et de la logistique. Mais ceci est une histoire à construire...

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #2081336
"l’heure est maintenant à la recherche des moyens d’étendre les couvertures en utilisant toutes les ressources spectrales disponibles"

Si vous avez un problème de ressources spectrales, vous savez qui appeler.

https://www.youtube.com/watch?v=m9We2XsVZfc


Le #2081342
Surtout que le DSS veut justement croiser les effluves.
On sait comment ça finit !
Le #2081346
Christian D. a écrit :

Surtout que le DSS veut justement croiser les effluves.
On sait comment ça finit !


OMG !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
Anonyme