Logo SisvelL'édition 2008 du CeBIT, grand salon annuel sur les nouvelles technologies qui se tient à Hanovre, en Allemagne, a ouvert ses portes mardi 4 mars.

Mercredi et jeudi, les autorités allemandes ont effectué des perquisitions sur 52 stands de constructeurs soupçonnés de contrefaçons. Visiblement, la pêche a été très bonne. Hans-Jürgen Lendeckel, procureur général de Hanovre en charge du dossier et dont les propos ont été recueillis par l'agence de presse AFP, a indiqué que " les appareils recouvrent toute une table et l'ensemble des données saisies remplit 68 cartons de déménagement qui sont maintenant entre les mains de la police ".

Cette descente de police, qui n'est pas une première au CeBIT, n'en est pas moins la plus importante jamais opérée. Hans-Jürgen Lendeckel l'a ainsi justifiée : " Les dommages causés par la piraterie sont énormes, notre action avait aussi une visée préventive. Certains exposants avaient déjà été épinglés. Il faut que cela s'arrête."


La société Sisvel et le brevet sur le MP3
Les appareils en question sont des téléphones portables et des baladeurs numériques qui utilisent la technologie de compression audio MP3 et dont les constructeurs ont été dénoncés par la Sisvel ( Società Italiana per lo Sviluppo dell'Elettronica ), une société italienne de gestion des brevets qui s'occupe entre autres du brevet sur le format audio MP3. Le souci est que les fabricants pointés du doigt, qui sont aussi bien asiatiques qu'européens, n'auraient pas acquis les droits d'utilisation de la technologie MP3.

Une affaire qui n'est pas sans rappeler ce qui s'était passé lors du salon IFA de Berlin en 2006 et dont SanDisk avait fait les frais à l'époque.
Source : AFP / Digitimes