Luc Marie ChatelLe 1er juillet 2008, la France va prendre la tête de l’Union européenne et dans cette perspective, Luc Chatel a rencontré plusieurs députés européens ainsi que la commissaire en charge de la Société de l’information et des Médias, Viviane Reding. Chatel a ainsi proposé " d’engager des travaux sur un droit d’accès au haut débit, à un prix abordable, sur l’ensemble des territoires européens, selon des modalités adaptées aux spécificités des Etats membres. "

On se doute que le secrétaire d’Etat a dû trouver oreille attentive auprès de Viviane Reding. Par le passé, la commissaire s’était en effet prononcée en faveur d’un accès Internet gratuit pour tous afin de lutter contre le phénomène d’exclusion sociale. Depuis, Reding semble être revenue à la raison. Il n’empêche, Chatel a également évoqué par ce droit d’accès, la lutte contre les exclusions au moyen des nouvelles technologies.


Une petite couche au passage sur la fibre optique
Tout en faisant la promotion du projet de loi français sur l’économie numérique qui prévoit 4 millions de foyers connectés au très haut débit d’ici à 2012, Luc Chatel a en appelé à une meilleure régulation des télécoms afin d’assurer la concurrence dans ce secteur. Encore une douce musique aux oreilles de Reding qui défend depuis de nombreux mois la création d’une entité consultative s’appuyant sur l’ensemble des régulateurs nationaux, dont l’Arcep pour la France qui n’est guère enchantée par cette idée.

Chatel a également profité de cette occasion pour rappeler que l’Arcep interviendra cet été si les opérateurs en France ne parviennent pas à trouver un accord concernant la mutualisation des réseaux, gage d’un déploiement rapide de l’offre FTTH et d’une concurrence effective.